Une révolte juive contre les verrouillages

Les juifs orthodoxes se rassemblent pour des «prières Hoshanot» dans le cadre de leur célébration de Souccot sur une pelouse du quartier pour éviter le surpeuplement dans une synagogue couverte dans la banlieue new-yorkaise de Monsey, le 5 octobre.


Photo:

Mike segar / Reuters

Haredim, comme on appelle les juifs ultra-orthodoxes, se traduit par «ceux qui tremblent». Mais comme l’apprennent les dirigeants de New York, les Haredim tremblent devant Dieu – pas les politiciens.

Cette semaine, ils protestent dans la rue et les tribunaux contre de nouvelles restrictions sévères de verrouillage des codes postaux dans les comtés de Brooklyn, Queens, Binghamton, Rockland et Orange, y compris plusieurs quartiers Haredi. Imposées mardi par le gouverneur Andrew Cuomo, les règles ont également fermé les écoles, les restaurants, les bars et les gymnases.

Mais le gouverneur a choisi les institutions religieuses dans les «zones chaudes» pour des limites spéciales. Pas plus de 10 personnes autorisées. Un quorum de 10 hommes est le strict minimum pour les prières juives clés. Pire encore, la casquette est déconnectée de la science: de nombreuses synagogues sont construites pour accueillir des centaines, voire des milliers, et bien plus de 10 peuvent prier en toute sécurité. Agudath Israel of America, un groupe de coordination orthodoxe, a déposé jeudi une action en justice contestant la constitutionnalité des nouvelles restrictions.

Les règles ont surpris de nombreux dirigeants haredi, tout comme la menace de M. Cuomo de fermer des synagogues non conformes. Annoncer les deux pendant la fête juive de Souccot n’a pas aidé. Jeudi, le gouverneur a même accusé massivement que la communauté Haredi n'avait jamais suivi les règles de Covid.

Sa rhétorique discrédite les dirigeants Haredi responsables qui ont exhorté au calme et à la conformité, alors même que leurs communautés souffrent plus que la plupart sous le verrouillage. Il permet également aux démagogues locaux qui poussent des foules d'adolescents à brûler des masques et à traquer les journalistes communautaires défavorisés dans les rues.

Les juifs orthodoxes de New York ont ​​des raisons de se sentir bouc émissaire. Le maire Bill de Blasio et le gouverneur les traitent comme des auteurs, et non des victimes, de Covid-19, et agissent comme si les leurs étaient les seules à connaître des taux d'infection en hausse. Certaines autres communautés minoritaires du Queens ont des taux plus élevés.

Lorsque certains manifestants de Borough Park ont ​​scandé «La vie juive compte», ils ont souligné un double standard flagrant. En avril, M. de Blasio a fait rage au sujet d'un grand enterrement en plein air pour un rabbin orthodoxe, menaçant «la communauté juive», mais en juin, il a assisté à une manifestation encore plus grande Black Lives Matter. Quelques jours plus tard, les responsables de la ville ont expulsé des enfants haredi d'un parc pour avoir enfreint la même règle contre les rassemblements. Faut-il s'étonner que certains résidents soupçonnent que les nouvelles règles sont davantage fondées sur la politique que sur la science?

Interrogé sur le double standard en juin, M. de Blasio a qualifié les manifestations et les services religieux de «pommes et oranges» et a déclaré que les premiers étaient plus importants et méritaient des privilèges refusés aux seconds. C’est ainsi que lui et M. Cuomo ont pu autoriser et louer d’énormes manifestations contre la police cet été, mais empêcher 11 Juifs de prier ensemble aujourd’hui.

Les rassemblements de masse sont une mauvaise idée, et l'augmentation des cas de Covid dans les zones juives orthodoxes est un problème de santé légitime. Mais la combinaison de menaces, de boucs émissaires et de diktats inflexibles ne renforce pas la crédibilité des dirigeants de New York ou leurs règles. Si MM. De Blasio et Cuomo veulent une coopération pour lutter contre Covid-19, ils devraient commencer par traiter les Haredim comme des citoyens et non comme des criminels.

Wonder Land: Des épidémiologistes de premier plan se sont réunis pour rédiger «La déclaration de Great Barrington», qui préconise une stratégie de «protection ciblée» dans la gestion du coronavirus, et a déjà été signée par des milliers de scientifiques. Images: Getty Composite: Mark Kelly

Copyright © 2020 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *