Une relance budgétaire temporaire et commune pour répondre au chaos de COVID-19

Nous ne sommes pas en temps normal et nous devons dépasser, ne serait-ce que pour la durée du choc COVID-19, les obstacles qui n'ont pas permis à la zone euro de se doter d'une politique budgétaire commune.

Par:
Francesco Papadia

Date: 2 avril 2020
Sujet: Macroéconomie et gouvernance européennes

Un inconvénient dans la conception de la zone euro est que nous avons une union monétaire complète mais pas d'union budgétaire, comme le démontre de manière concluante le rapport des cinq présidents de juin 2015 (1).

En temps normal, il n'a pas été possible de réaliser l'union fiscale en raison du contraire, mais en convergeant dans leurs effets, les actions de l'Italie et de l'Allemagne, pour prendre les exemples les plus clairs. L'Italie mène depuis de nombreuses années des politiques budgétaires imprudentes et n'a pas mis en œuvre les mesures structurelles qui l'auraient libérée de la stagnation économique. L'Allemagne a recherché une croissance des excédents extérieurs courants plutôt que de la demande intérieure et craint constamment que certains de ses partenaires européens ne soient intéressés qu'à saisir son épargne.

Nous ne sommes pas en temps normal et nous devons dépasser, ne serait-ce que pour la durée du choc COVID-19, les obstacles qui n'ont pas permis à la zone € de se doter d'une politique budgétaire commune. Cela peut être fait en utilisant la structure institutionnelle que nous avons d'une manière innovante.

Le besoin urgent de parvenir à une relance budgétaire commune découle de deux événements dramatiques.

Premièrement, la zone euro est frappée par un choc économique très grave: une baisse de 10% du PIB en 2020 est probable. La BCE a pris les mesures de politique monétaire appropriées pour faire face au choc et a clairement indiqué qu'elle était prête à en faire plus, si nécessaire. Une réponse budgétaire commune correspondante est nécessaire pour faire face à un tel choc, compte tenu de l'intégration économique dans la zone euro et de la nécessité de prendre correctement en compte les retombées des actions menées au niveau national.

Deuxièmement, certains pays peuvent ne pas être en mesure de prendre les mesures fiscales nécessaires sans mettre en danger leur solvabilité. Bien sûr, bien que le choc auquel ils sont confrontés ne soit pas de leur responsabilité, le fait qu'ils soient dans une situation financière précaire pour y faire face est dû à leurs mauvaises politiques passées. Ils devraient reconnaître cela.

Trois couches sont nécessaires pour parvenir à une politique budgétaire commune pour faire face à COVID-19.

Le Conseil européen devrait déclarer une urgence économique et fixer le cadre général de l'action fiscale commune. Cela devrait comprendre:

  • La période pendant laquelle l'action budgétaire doit avoir lieu, étant prêt à la prolonger si nécessaire
  • L'enveloppe globale du financement nécessaire de l'action commune, prêt à l'augmenter si nécessaire
  • Les instructions générales aux deuxièmes couches sur l'action à poursuivre
  • L'accord de décider, aux deux couches inférieures de l'action (voir ci-dessous), à la majorité.

Les décisions du Conseil européen qui viennent d'être mentionnées devraient être prises à l'unanimité et approuvées par le Parlement européen et, le cas échéant, par les parlements nationaux.

La mise en œuvre de l'action fiscale commune incomberait à la Commission européenne et à l'Eurogroupe. La Commission européenne ferait des propositions à l'Eurogroupe qui pourraient les modifier ou les rejeter sur la base de la majorité qualifiée. La Commission enverrait des instructions au gouvernement national sur la mise en œuvre opérationnelle du programme budgétaire commun.

Le MES fonctionnerait comme bureau de la dette de la zone euro, levant les fonds nécessaires à l'action commune décidée. Si nécessaire, sur la base de la décision susmentionnée du Conseil européen, des garanties supplémentaires seraient accordées au MES pour lever les fonds nécessaires.

(1) «Il importe également de veiller à ce que la somme des soldes budgétaires nationaux conduise à une orientation budgétaire appropriée au niveau de la zone euro dans son ensemble. « 


Republication et référencement

Bruegel se considère comme un bien public et ne prend aucun point de vue institutionnel.

En raison des accords sur les droits d'auteur, nous vous demandons de bien vouloir envoyer une demande par e-mail pour republier les opinions qui ont paru sur papier à (protégé par e-mail).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *