Une nouvelle vague de licenciements aux États-Unis craint alors que la douleur due aux coronavirus s'intensifie

WASHINGTON – Les suppressions d'emplois par les États américains et les gouvernements locaux dont les budgets ont été écrasés pour lutter contre la pandémie de COVID-19 et davantage de licenciements de deuxième vague dans le secteur privé ont probablement contribué la semaine dernière à une 10e semaine consécutive de plus de 2 millions d'Américains à la recherche d'allocations de chômage.

Jeudi, le rapport hebdomadaire sur les demandes de chômage du Département du travail, les données les plus récentes sur la santé de l’économie, devrait également montrer que le nombre de personnes bénéficiant de prestations de chômage a atteint un nouveau record à la mi-mai.

Le rapport est surveillé pour évaluer la rapidité avec laquelle l'économie rebondit après la fermeture des entreprises à la mi-mars pour contrôler la propagation du COVID-19 et presque arrêter le pays. Alors que les entreprises non essentielles commencent à rouvrir, les réclamations sont restées à des niveaux étonnamment élevés.

«Je suis préoccupé par le fait que nous assistons à une deuxième série de licenciements dans le secteur privé qui, conjuguée à un nombre croissant de compressions dans le secteur public, fait augmenter le nombre de chômeurs», a déclaré Joel Naroff, économiste en chef chez Naroff Economics en Hollande, Pennsylvanie. .

«Si tel est le cas, compte tenu du rythme de la réouverture, nous pourrions être dans une période prolongée de chômage extrêmement élevé. Et cela signifie que la reprise sera plus lente et prendra beaucoup plus de temps. »

Le nombre de personnes déposant de nouvelles demandes de prestations de chômage de l'État s'est probablement élevé à 2,1 millions désaisonnalisés pour la semaine terminée le 23 mai, contre 2,438 millions la semaine précédente, selon une enquête Reuters auprès d'économistes.

Le nombre a diminué régulièrement depuis qu'il a atteint un record de 6,867 millions fin mars, mais n'a pas enregistré moins de 2 millions depuis la mi-mars. Les gouverneurs des États ont demandé 500 milliards de dollars pour aider à couvrir les dépenses de santé publique et la perte de recettes fiscales, ce qui souligne l'impact dévastateur du COVID-19 sur l'économie.

Le département du Commerce devrait confirmer dans un autre rapport jeudi que le produit intérieur brut s'est contracté à un taux annualisé de 4,8% au premier trimestre, la baisse la plus profonde de la production depuis la grande récession de 2007-2009.

La deuxième vague de licenciements pourrait s'aggraver, Boeing annonçant mercredi qu'elle supprimait plus de 12 000 emplois aux États-Unis et révélant également qu'elle prévoyait « plusieurs milliers de licenciements restants » au cours des prochains mois.

Mercredi, le Livre beige de la Réserve fédérale, qui contient des informations anecdotiques sur l’activité commerciale de contacts à l’échelle nationale le 18 mai ou avant, était tout aussi sombre. Sa représentation du marché du travail indique que «l'emploi a continué de diminuer dans tous les districts» et «a continué de chuter fortement dans les secteurs du commerce de détail et des loisirs et de l'hôtellerie».

En plus du débordement sur des segments de l'économie qui n'ont pas été initialement touchés par la fermeture d'entreprises non essentielles, certains économistes ont déclaré que les demandes initiales restaient élevées également en raison des arriérés du flot d'applications qui ont submergé les bureaux de chômage de l'État.

Mais cela a été rejeté par beaucoup qui ont soutenu que ces arriérés auraient dû être éliminés maintenant.

LES RÉCLAMATIONS NE SONT PAS DÉCLARÉES?

On pense également que les bureaux d’emploi de l’Etat combinent les demandes de remboursement du programme d’aide en cas de pandémie (PUA) du gouvernement fédéral avec les demandes de chômage régulières au lieu de les séparer comme le requiert le Département du travail.

Le programme PUA s'adresse aux travailleurs des concerts et à de nombreux autres qui ne sont pas éligibles à l'assurance chômage régulière. Cependant, ils doivent d'abord déposer une demande de prestations de l'État et être refusés afin d'obtenir une aide fédérale pour les pertes d'emploi et de revenus liées au coronavirus.

Les déclarations de la semaine dernière porteraient le nombre de personnes ayant déposé des demandes d'allocations chômage à plus de 40 millions depuis le 21 mars. Les économistes ont averti que ce chiffre ne représente pas le nombre d'emplois perdus en raison de la pandémie, citant des difficultés techniques et des procédures dans les bureaux de chômage de l'État.

L'accent devrait être mis sur le nombre de personnes qui reçoivent encore des allocations de chômage. Ces prétendues revendications continues pourraient faire la lumière sur l’efficacité du programme de protection des chèques de paie du gouvernement.

Le PPP, qui faisait partie d'un ensemble budgétaire historique d'une valeur de près de 3 billions de dollars, offrait aux entreprises des prêts qui pourraient être partiellement annulés s'ils étaient utilisés pour les salaires des employés.

Selon le sondage Reuters, les réclamations continues, qui sont signalées avec un retard d'une semaine, ont probablement atteint un record de 25,750 millions au cours de la semaine se terminant le 16 mai, contre 25,073 millions la semaine précédente. Ces données couvriront la période au cours de laquelle le gouvernement a interrogé les ménages sur le taux de chômage en mai.

Sur la base de ces prévisions, le nombre de demandes en cours a augmenté d’environ 7,7 millions entre les périodes d’enquête d’avril et de mai, ce qui suggère une augmentation du taux de chômage par rapport au record de 14,7% enregistré le mois dernier après la Seconde Guerre mondiale.

« Le moment est bien choisi pour penser combien de ces personnes qui ont perdu leur emploi vont les récupérer, mon sentiment est que 25% ne le feront pas et c'est ce qui nous donne un taux de chômage à deux chiffres jusqu'en 2021 », a déclaré Joe Brusuelas, économiste en chef chez RSM à New York. «Les faillites de petites et moyennes entreprises entraîneront un taux beaucoup plus élevé de licenciements permanents.» (Reportage par Lucia Mutikani Édition par Chizu Nomiyama)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *