Une ascension longue, inégale et incertaine – IMF Blog

Par Gita Gopinath

عربي, 中文, Español, Français, 日本語, Português, Русский

La pandémie de COVID-19 continue de se propager avec plus d'un million de vies tragiquement perdues jusqu'à présent. Vivre avec le nouveau coronavirus a été un défi pas comme les autres, mais le monde s'adapte. En raison de l'assouplissement des verrouillages et du déploiement rapide d'un soutien politique à une échelle sans précédent par les banques centrales et les gouvernements du monde entier, l'économie mondiale revient des profondeurs de son effondrement au premier semestre de cette année. L'emploi a partiellement rebondi après avoir chuté au plus fort de la crise.

Cette crise est cependant loin d'être terminée. L'emploi reste bien en deçà des niveaux d'avant la pandémie et le marché du travail est devenu plus polarisé, les travailleurs à faible revenu, les jeunes et les femmes étant plus durement touchés. Les pauvres s’appauvrissent avec près de 90 millions de personnes qui devraient tomber dans la misère cette année. L'ascension de cette calamité sera probablement longue, inégale et hautement incertaine. Il est essentiel que le soutien de la politique budgétaire et monétaire ne soit pas retiré prématurément, du mieux possible.

Il s'agit de la pire crise depuis la Grande Dépression, et il faudra des innovations importantes sur le front des politiques, tant au niveau national qu'international pour se remettre de cette calamité.

Dans nos dernières Perspectives de l'économie mondiale, nous continuons de projeter une profonde récession en 2020. La croissance mondiale devrait être de -4,4%, une révision à la hausse de 0,8% par rapport à notre mise à jour de juin. Cette revalorisation est due à des résultats un peu moins désastreux au deuxième trimestre, ainsi qu'aux signes d'une reprise plus forte au troisième trimestre, compensés en partie par des dégradations dans certaines économies émergentes et en développement. En 2021, la croissance devrait rebondir à 5,2%, -0,2% de moins que notre projection de juin.

À l'exception de la Chine, où la production devrait dépasser les niveaux de 2019 cette année, la production dans les économies avancées et dans les pays émergents et en développement devrait rester inférieure aux niveaux de 2019 même l'année prochaine. Les pays qui dépendent davantage des services à forte intensité de contacts et les exportateurs de pétrole font face à des reprises plus faibles que les économies axées sur le secteur manufacturier.

La divergence des perspectives de revenus entre les économies avancées et les économies émergentes et en développement (à l'exclusion de la Chine) déclenchée par cette pandémie devrait s'aggraver. Nous relevons nos prévisions pour les économies avancées pour 2020 à -5,8%, suivi d'un rebond de la croissance à 3,9% en 2021. Pour les pays émergents et en développement (hors Chine), nous avons une révision à la baisse avec une croissance projetée à -5,7% en 2020, puis une reprise à 5% en 2021. Avec cela, la croissance cumulée du revenu par habitant des pays émergents et en développement (à l'exclusion de la Chine) sur 2020-2021 devrait être inférieure à celle des économies avancées.

Cette crise laissera probablement des cicatrices à moyen terme, car les marchés du travail mettent du temps à guérir, les investissements sont freinés par l'incertitude et les problèmes de bilan et la perte de scolarité nuit au capital humain. Après le rebond de 2021, la croissance mondiale devrait progressivement ralentir à environ 3,5% à moyen terme. La perte cumulative de production par rapport à la trajectoire prévue avant la pandémie devrait passer de 11 billions en 2020-2021 à 28 billions en 2020-2025. Cela représente un sérieux revers par rapport à l'amélioration du niveau de vie moyen dans tous les groupes de pays.

Il reste une incertitude énorme autour des perspectives avec des risques à la fois à la baisse et à la hausse. Le virus réapparaît et des verrouillages localisés sont rétablis. Si la situation s'aggrave et que les perspectives de traitements et de vaccins se détériorent, les conséquences sur l'activité économique seraient sévères et probablement amplifiées par de graves turbulences sur les marchés financiers. Les restrictions croissantes sur le commerce et l'investissement et l'incertitude géopolitique croissante pourraient nuire à la reprise. Du côté positif, une disponibilité plus rapide et plus répandue des tests, des traitements, des vaccins et des mesures de stimulation supplémentaires peut considérablement améliorer les résultats.

Davantage d'action est nécessaire

Le soutien budgétaire mondial considérable de près de 12 000 milliards de dollars et les importantes baisses de taux, les injections de liquidités et les achats d'actifs par les banques centrales ont contribué à sauver des vies et des moyens de subsistance et à éviter une catastrophe financière.

Il reste encore beaucoup à faire pour assurer une reprise durable. Premièrement, une plus grande collaboration internationale est nécessaire pour mettre fin à cette crise sanitaire. D'énormes progrès sont réalisés dans la mise au point de tests, de traitements et de vaccins, mais ce n'est que si les pays travaillent en étroite collaboration qu'il y aura une production suffisante et une distribution généralisée dans toutes les régions du monde. Nous estimons que si les solutions médicales peuvent être rendues disponibles plus rapidement et plus largement par rapport à notre base de référence, cela pourrait entraîner une augmentation cumulée du revenu mondial de près de 9 billions de dollars d'ici la fin de 2025, augmentant les revenus dans tous les pays et réduisant la divergence des revenus.

Deuxièmement, dans la mesure du possible, les politiques doivent s'attacher activement à limiter les dommages économiques persistants de cette crise. Les gouvernements devraient continuer de fournir un soutien du revenu grâce à des transferts monétaires bien ciblés, des subventions salariales et une assurance chômage. Pour éviter les faillites à grande échelle et garantir que les travailleurs peuvent retrouver des emplois productifs, les entreprises vulnérables mais viables devraient continuer à recevoir un soutien – dans la mesure du possible – par le biais de report d'impôt, de moratoires sur le service de la dette et d'injections équivalentes à l'équité.

Au fil du temps, à mesure que la reprise se renforce, les politiques devraient se déplacer pour faciliter la réaffectation des travailleurs des secteurs susceptibles de se réduire à long terme (voyages) vers des secteurs en croissance (commerce électronique). Les travailleurs devraient être soutenus à travers cet ajustement par des transferts de revenus, une reconversion et une requalification. Pour soutenir la réaffectation, il faudra également prendre des mesures pour accélérer les procédures de faillite et les mécanismes de résolution afin de lutter efficacement contre les insolvabilités d'entreprises. Une poussée des investissements publics dans les infrastructures vertes en période de taux d'intérêt bas et d'incertitude élevée peut considérablement augmenter les emplois et accélérer la reprise, tout en servant également de premier pas important vers la réduction des émissions de carbone.

Les pays émergents et les économies en développement doivent gérer cette crise avec moins de ressources, car nombre d'entre elles sont contraintes par un endettement élevé et des coûts d'emprunt plus élevés. Ces économies devront donner la priorité aux dépenses critiques pour la santé et les transferts aux pauvres et garantir une efficacité maximale. Ils auront également besoin d'un soutien continu sous la forme de dons internationaux et de financements concessionnels, et d'un allégement de la dette dans certains cas. Là où la dette est insoutenable, elle devrait être restructurée le plus tôt possible pour libérer des finances pour faire face à cette crise.

Enfin, les politiques doivent être conçues en vue de placer les économies sur la voie d'une croissance plus forte, équitable et durable. L'assouplissement global de la politique monétaire, bien qu'essentiel pour la reprise, devrait être complété par des mesures visant à prévenir l'accumulation de risques financiers à moyen terme, et l'indépendance de la banque centrale devrait être préservée à tout prix. Les dépenses budgétaires nécessaires et l'effondrement de la production ont poussé les niveaux de la dette souveraine mondiale à un niveau record de 100% du PIB mondial. Si la faiblesse des taux d'intérêt et le rebond prévu de la croissance en 2021 stabiliseront les niveaux d'endettement dans de nombreux pays, tous bénéficieront d'un cadre budgétaire à moyen terme pour donner l'assurance que la dette reste soutenable. À l'avenir, les gouvernements devront probablement augmenter la progressivité de leurs impôts tout en s'assurant que les entreprises paient leur juste part d'impôts, tout en éliminant les dépenses inutiles.

Les investissements dans la santé, les infrastructures numériques, les infrastructures vertes et l'éducation peuvent contribuer à une croissance productive, inclusive et durable. Et l'élargissement du filet de sécurité là où des lacunes existent peut garantir la protection des plus vulnérables tout en soutenant les activités à court terme.

Il s'agit de la pire crise depuis la Grande Dépression, et il faudra des innovations importantes sur le front des politiques, tant au niveau national qu'international pour se remettre de cette calamité. Les défis sont de taille. Mais il y a des raisons d'espérer. La réponse politique exceptionnelle, y compris la création du fonds de l'Union européenne pour la relance de la pandémie et l'utilisation des technologies numériques pour fournir une assistance sociale, est un rappel puissant que des politiques bien conçues protègent les personnes et le bien-être économique collectif. Au FMI, nous avons fourni un financement à une vitesse record à 81 membres depuis le début de la pandémie, accordé un allégement de la dette et appelé à une suspension prolongée du service de la dette pour les pays à faible revenu et à une réforme de l'architecture de la dette internationale. S'appuyant sur ces actions, les politiques pour la prochaine étape de la crise doivent rechercher des améliorations durables de l'économie mondiale qui créent un avenir prospère pour tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *