Un nouveau financement pour lutter contre le COVID-19 en Afrique, le Premier ministre somalien a voté et des mises à jour politiques au Mali et en Côte d’Ivoire

Nouveaux prêts et subventions annoncés à travers le continent en réponse au COVID-19

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé lundi le plus grand prêt d'urgence de son histoire, accordant à l'Afrique du Sud 4,3 milliards de dollars alors qu'elle fait face à sa récession la plus prolongée depuis la Seconde Guerre mondiale. Le FMI a déclaré que le prêt s'attaquera au «grave impact économique du choc Covid-19» ainsi qu'au défi de la soutenabilité de la dette après la pandémie. L'Afrique du Sud avait précédemment reçu 1 milliard de dollars de la nouvelle Banque de développement et 300 millions de dollars de la Banque africaine de développement, et elle espère obtenir jusqu'à 2 milliards de dollars de la Banque mondiale.

Le FMI a également approuvé un programme d'allégement de la dette d'une valeur maximale de 24,97 millions de dollars pour le Burundi dans le but d'aider le pays à rembourser sa dette au cours des deux prochaines années. Le FMI a maintenant accordé cette année 251,24 millions de dollars d'allégement de la dette à 28 pays en développement au titre de son Fonds pour la maîtrise des catastrophes et le secours, un financement qui, espère-t-il, permettra de libérer de l'espace budgétaire pour les besoins de santé publique et de reprise économique.

Cette semaine également, la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé une série de programmes de secours liés à la pandémie. La banque fournira 97,7 millions de dollars au Rwanda et 37,1 millions de dollars à Djibouti, tout en accordant des subventions (provenant de la Facilité d'intervention COVID-19 de 10 milliards de dollars de la banque) de 69 millions de dollars au Ghana, 31,6 millions de dollars à l'Ouganda et 53,3 millions de dollars chacun à la Gambie, au Libéria, et Sierra Leone. Dans d'autres informations de la BAD, également cette semaine, une enquête indépendante a annoncé qu'elle avait innocenté le président de la BAD Akinwumi Adesina pour faute, vérifiant les conclusions d'une enquête menée par la BAD plus tôt cette année.

Le Premier ministre Khaire absent après un vote de défiance

Le samedi 25 juillet, le parlement somalien a voté la destitution du Premier ministre Hassan Ali Khaire. Cent soixante-dix des 178 membres ont soutenu la motion, qui déclarait que Khaire n'avait pas «ouvert la voie à des élections démocratiques», notamment en améliorant la situation sécuritaire instable posée par les militants d'Al Shabaab. Le président Mohamed AbdullahiMohamed a nommé le vice-Premier ministre Mahdi Mohamed Guled au poste de Premier ministre par intérim, selon le bureau du président.

La Somalie a jeté son dévolu pendant des années sur «une personne, une voix» ou des élections au suffrage universel, mais n’a pas été en mesure d’appliquer cette politique lors des deux dernières élections du pays. En 2012, 135 anciens du clan ont choisi le parlement, qui à son tour a choisi le président. En 2016, 14025 représentants de clan ont tenu un second tour dans un hangar de l'aéroport de l'aéroport international Aden Adde de Mogadiscio. Les législateurs avaient pour objectif d'organiser la première élection pleinement démocratique du pays depuis un demi-siècle en 2021, mais cet objectif est désormais entouré d'incertitude.

Khaire, également citoyen norvégien et ancien professeur d'école primaire en Norvège, était nouveau en politique lorsqu'il a été nommé Premier ministre en 2017. En tant que membre du clan Hawiye, il avait servi à équilibrer le pouvoir avec le président Darod conformément au 4.5 système clanique, qui a traditionnellement conduit les clans Darod et Hawiye à occuper chacun l'un des deux postes les plus élevés. Il avait auparavant travaillé pour la société britannique Soma Oil and Gas, où il était directeur du département Afrique.

Actualités politiques au Mali et en Côte d’Ivoire

Au Mali, le bloc régional de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a continué de travailler à la négociation d'un accord politique entre le président Ibrahim Boubacar Keïta et une opposition protestataire. Plus tôt cette semaine, les négociateurs de la CEDEAO ont recommandé un accord dans lequel les 31 candidats élus au parlement du pays plus tôt cette année dans des circonstances contestées démissionnent et que des élections partielles soient organisées. Le plan comprend également une enquête sur la mort de 11 manifestants antigouvernementaux au début du mois. Bien que les manifestants appellent à la démission de Keïta, la CEDEAO a plutôt appelé à la formation rapide d’un gouvernement d’unité comprenant l’opposition. Cependant, la coalition d'opposition menant les manifestations, connue sous le nom de M5-RFP ou Mouvement du 5 juin, a rejeté le projet de plan de la CEDEAO.

En Côte d’Ivoire, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) au pouvoir a nommé le président actuel Alassane Ouattara pour se présenter à nouveau à la présidence après le décès récent de l’ancien candidat du parti et actuel Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly. Notamment, plus tôt cette année, Ouattara avait déjà refusé de briguer un troisième mandat en faveur d'un successeur. Au moment d'écrire ces lignes, Ouattara n'a pas encore accepté la nomination, mais prévoit de prononcer un discours le 6 août au cours duquel les experts estiment qu'il annoncera sa décision. Notamment, l'opposition affirme que Ouattara n'est pas éligible pour se présenter à nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *