Un fonds d'actions pour une reprise sans zombie et à l'échelle de l'UE

Quatre principes directeurs peuvent aider à garantir la création d'un fonds d'actions de l'UE bien conçu.

Cet article d'opinion a été initialement publié dans Le Monde et dans Il Sole 24 Ore.

Logo Le Monde

logo du journal italien Il Sole 24 Ore

Des panneaux ouverts illuminés s'éteignent dans toute l'Europe, certains ne seront plus allumés au cours de notre vie. Beaucoup, cependant, vont rallumer, mais seulement grâce à des actes de dernière minute d'ingénierie économique salvatrice. Mais sans une attention particulière, les sauveteurs d'aujourd'hui pourraient devenir les architectes involontaires de la ruine de demain. Pourquoi cela pourrait-il arriver et que pouvons-nous faire pour l'arrêter?

Alors que l'Europe se remet des sommets de la pandémie de coronavirus, les décideurs politiques qui ont fermé le ciel et la terre pour contenir le virus doivent maintenant déplacer des montagnes pour sauver l'économie. Les gouvernements se sont d'abord précipités pour maintenir les entreprises à flot, principalement en accordant des prêts. Mais, avec la montée en flèche des dettes, les prêts gouvernementaux pourraient ne pas suffire à maintenir la solvabilité des entreprises et les capitaux propres (propriété partielle) sont désormais sur la table.

Passer de la première phase d'urgence à la suivante n'est pas simplement une question de peaufinage du médicament. Un soutien généreux et aveugle de l'État, autorisé par les règles d'assouplissement des aides d'État de l'UE, était la bonne approche au départ. Mais le coût d'un tel soutien est énorme, et pas seulement pour les contribuables. Avec équité, ces préoccupations s'aggravent.

D'une part, l'équité peut être plus distorsive que d'autres types d'aide – la valeur étant difficile à évaluer, surtout en période d'incertitude. À l'extrême, nous pourrions sortir de la crise avec un marché unique en ruine, où seules les entreprises les plus subventionnées sont restées debout – un monde cauchemardesque dans lequel des entreprises zombies inefficaces se nourrissent de contribuables assiégés.

Est-ce l'aube des presque morts? Pas nécessairement. Il existe quatre principes pour déterminer comment et dans quelles conditions un soutien doit être accordé.

Premièrement, seules les entreprises financièrement viables devraient recevoir un soutien en matière de solvabilité, la viabilité étant évaluée en tenant compte à la fois du passé et de l'avenir. La crise modifiera les préférences des consommateurs et les systèmes de production. Les ressources publiques doivent se concentrer sur les entreprises dont les modèles commerciaux devraient être viables dans l'économie d'après-crise. Les plans de sauvetage ne devraient pas préserver les structures industrielles d'avant la crise. La question clé est de savoir qui pourrait faire de telles évaluations. Étant donné que de nombreuses variables pour évaluer la viabilité financière sont liées aux choix et aux modèles d'entreprise, nous ne pensons pas que les gouvernements devraient être le principal décideur.

Deuxièmement, le soutien de l’État ne devrait pas entraver la concurrence entre les entreprises sur le marché unique de l’UE. L’un des principaux atouts de l’UE est son bon fonctionnement du marché unique. Une concurrence équitable au-delà des frontières garantit que les entreprises les plus innovantes et les plus productives prospèrent, plutôt que celles qui reçoivent le plus de soutien de l'État. Étant donné que certaines des entreprises secourues ont des sites de production dans de nombreux pays, le soutien de l'État a des effets transfrontaliers positifs. Mais si le soutien de l'État dure trop longtemps et que les entreprises soutenues abusent du soutien pour se lancer dans des achats prédateurs, alors la concurrence et les règles du jeu équitables sont menacées.

Troisièmement, les interventions de l'État devraient soutenir des objectifs sociétaux plus larges, de la neutralité climatique à la cohésion sociale. Les injections de liquidités, sous forme de prêts ou de fonds propres, doivent accélérer les changements nécessaires à leur réalisation, et non les contrarier. La vraie question en Europe est de savoir qui peut définir de tels objectifs sociétaux. Il est clair que l’Europe devrait éviter de s’entendre uniquement sur le plus petit dénominateur commun. Au lieu de cela, les pays doivent donner à la Commission les moyens de conduire la stratégie. Et le Parlement européen doit définir une orientation politique claire.

Quatrièmement, les contribuables devraient recevoir leur part des bénéfices de la récupération. Les interventions doivent être conçues comme des investissements publics valables, et non comme des renflouements coûteux. La part publique peut prendre la forme soit de droits de propriété (c'est-à-dire d'actionnaires silencieux sans droit de vote pour limiter les effets de distorsion), soit de créances non fondées sur la propriété sur les bénéfices futurs. Dans le cas des droits de propriété, une certaine dilution de la propriété est nécessaire. En effet, il serait inacceptable que des sommes massives d’argent public ne fassent que protéger les actionnaires existants.

Ces quatre principes suggèrent la création d'un grand fonds d'actions de l'UE pour investir directement dans les entreprises fragilisées. Un tel fonds faciliterait la conception du soutien de manière à renforcer le marché unique tout en préservant nos objectifs sociétaux. Il pourrait également garantir que les contribuables reçoivent leur part des bénéfices de récupération tout en réduisant le problème politiquement délicat des transferts transfrontaliers. Le succès de ces interventions dépendra du savoir-faire des décideurs. Mais les solutions ne sont aussi bonnes que les principes qu'elles suivent. Comme le dit le proverbe chinois, un mauvais début mène à une mauvaise fin.


Republication et référencement

Bruegel se considère comme un bien public et ne prend aucun point de vue institutionnel.

En raison des accords sur les droits d'auteur, nous vous demandons de bien vouloir envoyer une demande par e-mail pour republier les opinions qui ont paru sur papier à (protégé par e-mail).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *