Un budget sans compromis | Bruegel

Hormis les mesures décisives de la Banque centrale européenne, la réponse à l'échelle de l'UE à la crise des COVID a été plutôt faible jusqu'à ce que la Commission mette sur la table une proposition radicalement nouvelle: la création d'une nouvelle facilité de relance, «Next Generation EU», qui emprunterait de l'argent au nom de l'UE pour financer des dépenses à l'échelle de l'UE. Les modifications apportées au budget standard proposé pour sept ans, qui se concentre principalement sur les problèmes structurels à long terme, sont toutefois généralement faibles, et les réductions de financement sont compensées par de nouveaux fonds provenant de l'instrument de relance, ce qui suggère qu'une occasion est manquée pour réformer le budget de l'UE.

Sommaire

La proposition globale comporte un certain nombre d'aspects utiles et certaines limites.

Principaux avantages:

• «UE nouvelle génération» financée par des emprunts à long terme de l'UE comprendrait 440 milliards d'euros de subventions, 60 milliards d'euros de garanties et 250 milliards d'euros de prêts, en plus du budget standard de sept ans.

• Les deux tiers des nouvelles subventions de 440 milliards d'euros seraient acheminés via le nouveau mécanisme de relance et de résilience proposé, ce qui accroît la transparence. Le reste sera éparpillé partout dans les programmes budgétaires existants de l'UE, peut-être pour les déployer plus rapidement ou pour augmenter les chances d'acceptation de l'ensemble du paquet en réjouissant les États membres mécontents des réductions proposées précédemment.

• «L’UE de la prochaine génération» vise la stabilisation macroéconomique tout en stimulant les transitions vertes et numériques.

• Le financement est accru pour les actions extérieures, la recherche et la santé, ce qui est bienvenu.

• Le budget actuel de l'UE pour 2020 est augmenté de 11,5 milliards d'euros.

• De nouvelles ressources propres utiles sont proposées, qui aident à aligner les recettes de l'UE sur les objectifs de l'UE et peuvent également déclencher des changements de comportement, comme une réduction de la pollution.

• La suppression des propositions antérieures concernant le «budget de la zone euro» n'est pas une grande perte en raison de leur conception inférieure; l'accent devrait être mis sur la nouvelle installation de récupération.

• L'audace de la proposition de facilité de relance peut renforcer la confiance avec des impacts positifs sur l'économie.

Limites:

• Bien que significatives sur le plan macroéconomique, les mesures globales annoncées restent inférieures à ce que la situation économique désastreuse nécessiterait.

• En raison des processus administratifs, de la conception et de l'approbation du programme, les versements réels ne seront pas facturés à l'avance, mais répartis sur plusieurs années.

• Les 250 milliards d'euros de prêts proposés sont un mécanisme moins utile que les subventions.

• La proposition manque l’occasion d’une réforme plus fondamentale du budget de l’UE, y compris la politique agricole commune.

• Seules les nouvelles ressources propres payées par des entités hors UE contribueront au financement du budget général de l’UE et au remboursement des prêts pour «l’UE nouvelle génération». Les ressources propres provenant d'entités et de gouvernements basés dans l'UE ne feraient que modifier la répartition des contributions nationales globales.

• Le Fonds pour une transition juste destiné à atténuer les impacts socio-économiques de la transition vers la neutralité climatique est fortement sollicité en 2021-2024, même si la transition verte aura une durée plus longue.

• Les remises resteraient. Cela pourrait être conçu pour atténuer l'opposition à une réforme plus fondamentale du CFP et aider certains pays à accepter l'ensemble du plan.

• Peu d'informations sont fournies sur les recettes budgétaires de l'UE; la proposition antérieure de dériver un flux de recettes de l'UE sur la base de l'assiette commune consolidée pour l'impôt sur les sociétés est abandonnée; rien n'est dit sur la proportion des recettes des droits de douane qui pourraient être conservées par les États membres en tant que «frais de perception».

• La proposition manque également une occasion d’améliorer la méthodologie budgétaire dépassée de l’UE.

• La proposition est également encore incomplète car les calculs sous-jacents et les règlements proposés doivent encore être détaillés, peut-être en raison de contraintes de temps.

La saga MFF

Les débats sur le cadre financier pluriannuel (CFP) de sept ans de l'UE pour 2021-2027 ont duré plus de deux ans après que la Commission a fait sa première proposition sans parvenir à un accord. Les États membres se chamaillaient sur des points non pertinents sur le plan macroéconomique, tels que la question de savoir si la taille du budget devait être de 1,00%, 1,08% ou 1,12% du revenu national brut (RNB), ces écarts étant plusieurs facteurs plus petits que toute erreur de planification dans un budget national. Les questions les plus controversées ont conduit à une impasse: l'évaluation de la valeur ajoutée européenne de certaines dépenses comme dans l'agriculture; des inquiétudes quant à la bonne utilisation de certains fonds; les réductions proposées des dépenses de la politique agricole et de cohésion; augmentation des dépenses sur de nouvelles priorités comme la lutte contre le changement climatique; lier les fonds de l'UE au respect de l'État de droit; l'élimination des remises; établir de nouvelles sources de revenus; le budget de la zone euro; l'augmentation du cofinancement national des projets de cohésion, etc. Alors que ces différends persistent aujourd'hui, la pandémie de coronavirus a complètement changé les perspectives économiques et sociales, car l'UE devrait souffrir d'une récession très profonde, les emplois et le bien-être sont menacés et les régions durement touchées pourraient prendre du retard. L'augmentation du niveau de la dette publique dans certains pays pourrait déclencher des crises de la dette souveraine avec des conséquences sociales, économiques et politiques potentiellement dévastatrices, non seulement pour les pays concernés mais pour l'UE dans son ensemble.

Réponse à l'échelle de l'UE jusqu'à présent

L'UE a réagi en assouplissant les aides d'État et les règles fiscales pour permettre aux gouvernements de subventionner les entreprises qui perdent des revenus. Ces sauvetages sont les bienvenus car ils maintiennent la capacité productive et humaine prête à décoller lorsque la reprise commence. De plus, les mesures de relance dans un pays aident d'autres pays de l'UE par leurs effets d'entraînement. Cependant, les aides publiques inégales dans l'ensemble de l'Union risquent de saper la concurrence dans le marché unique, comme l'a également fait valoir Guntram Wolff.

La Banque centrale européenne a abordé les retombées économiques en augmentant considérablement les achats d'actifs, en assouplissant les règles de fonds propres bancaires, en offrant du crédit aux banques avec une subvention et en acceptant un ensemble encore plus large et des garanties bancaires moins dignes de crédit.

En revanche, le reste de la réponse européenne a été plutôt faible jusqu'à présent. Peu aurait pu être fait avec le budget annuel 2020 de l'UE, car tous les plafonds avaient été fixés en 2013, lorsque le CFP 2014-2020 a été approuvé. La Commission a pris plusieurs initiatives bien faites, même si elles ne peuvent pas faire une grande différence pour les finances publiques des États membres: mobiliser tous les fonds inutilisés, autoriser les réaffectations entre et au sein des programmes, simplifier les critères d'accès, fournir des liquidités en retardant le remboursement des pré -financer et supprimer le cofinancement national des dépenses de cohésion de l'UE.

Globalement, le paquet de 540 milliards d'euros de l'Eurogroupe est faible.

  • 240 milliards d'euros sont une nouvelle ligne de crédit pandémique du Mécanisme européen de stabilité (MES) pour les membres de la zone euro, qui offre des prêts bon marché pendant 10 ans s'élevant au maximum à 2% du PIB de chaque pays pour couvrir les coûts des soins de santé liés à une pandémie. Son utilité peut être mise en doute, étant donné qu'aucun pays n'a encore fait de demande dans les deux semaines suivant sa mise en service. Demander un prêt du MES pourrait signaler que le pays a des finances publiques faibles («effet de stigmatisation»), ce qui pourrait réduire la demande pour la ligne de crédit. En outre, les coûts des soins de santé liés à la pandémie ont été jusqu'à présent bien inférieurs à 1% du PIB, de sorte que les économies d'intérêt potentielles d'une petite ligne de crédit sont minuscules.
  • Le soutien temporaire de 100 milliards d'euros pour atténuer les risques de chômage en cas d'urgence (SURE) pour tous les pays de l'UE n'est qu'un petit pas en avant, car il peut au mieux conduire à des économies d'intérêt marginales.
  • Le soutien de 200 milliards d'euros de liquidités supplémentaires de la Banque européenne d'investissement aux petites et moyennes entreprises durement touchées de l'UE, bien que bienvenu, n'allégerait pas de manière significative le fardeau fiscal des pays à endettement public élevé.

La proposition de fonds de relance et la contre-proposition

La proposition franco-allemande de fonds de relance temporaire du 18 mai 2020 a mis une toute nouvelle alternative sur la table: un emprunt conjoint de 500 milliards d'euros financerait les dépenses budgétaires de l'UE pour les secteurs et régions les plus touchés, impliquant une redistribution entre les pays de l'UE. Cela a été à juste titre salué comme un moment décisif dans l’histoire de l’Union, car il proposait de mettre en œuvre les dépenses réelles de l’UE au lieu des prêts ou de l’astuce financière habituelle de l’UE qui déclenche de grandes quantités d’investissements privés avec peu de garantie de l’UE. Cela dit, 500 milliards d'euros (soit environ 3,6% du PIB de l'UE), bien qu'un montant macroéconomique significatif, n'étaient pas aussi élevés que la gravité de la crise induite par le COVID l'aurait justifié à mon avis. La proposition franco-allemande visait également à intégrer le fonds dans le budget pluriannuel de l'UE, à favoriser les transitions vertes et numériques, à renforcer la recherche et l'innovation, à soutenir les réformes structurelles et à garantir une fiscalité équitable et une assiette fiscale consolidée commune.

Une contre-proposition des «quatre frugaux» – l’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède – appelait à un «budget de l’UE modernisé» qui hiérarchiserait à nouveau les dépenses existantes. Il s'agissait essentiellement d'un appel à un remaniement substantiel des dépenses actuelles de l'UE. Les quatre pays ont également appelé à un fonds de relance temporaire qui n'accorde que des prêts et évite toute mutualisation de la dette; ils ont déclaré que le niveau global du CFP standard (sans tenir compte du fonds de relance) ne devrait pas dépasser 1,00% du RNB; et a insisté pour que les remises budgétaires de l'UE dont bénéficient ces pays doivent rester.

La nouvelle proposition du CFP du 27 mai 2020

La Commission européenne a dévoilé sa nouvelle proposition de CFP le 27 mai 2020. La proposition devait combiner deux caractéristiques: les dépenses structurelles à moyen et à long terme, qui constituent le principal champ d'application du CFP «standard» de sept ans; et, pour la première fois dans l'histoire de l'Union, la stabilisation macroéconomique au niveau de l'UE. Il comprend deux éléments principaux:

  • Le CFP standard sur sept ans pour 2021-2027, s'élevant à 1100 milliards d'euros à prix constants de 2018, ou 1240 milliards d'euros à prix courants, qui pourraient représenter environ 1,12% du RNB de l'UE (ENDNOTE 1) et être financés, comme d'habitude, par des recettes budgétaires directes de l'UE et des contributions des États membres .
  • Le nouvel instrument temporaire «Next Generation EU» pour 2021-2024, soit 750 milliards d'euros à prix constants 2018, soit 809 milliards d'euros à prix courants. Sur 750 milliards d'euros, environ 440 milliards d'euros seraient des subventions, 60 milliards d'euros des garanties et 250 milliards d'euros des prêts (ENDNOTE 2). L'UE emprunterait à long terme pour financer cet instrument. Alors que la plupart des engagements concernant cet instrument seraient pris en 2021-2024, les paiements réels s'étaleraient sur plusieurs années.

De manière quelque peu trompeuse, la communication de la Commission ajoute un troisième élément, les mesures de l’Eurogroupe de 540 milliards d’euros examinées ci-dessus, qui constituent pour la plupart des prêts et diffèrent ainsi des dépenses budgétaires de l’UE. Comme indiqué, très peu de pays peuvent s'attendre à utiliser la ligne de crédit du MES et SURE, qui font partie de ces 540 milliards d'euros de mesures antérieures. Par conséquent, beaucoup moins de 540 milliards d'euros devraient être effectivement utilisés.

Outre les propositions ci-dessus, qui s'appliquent pour la période commençant en 2021, la Commission propose également de modifier le cadre financier pluriannuel actuel 2014-2020 et de mettre à disposition 11,5 milliards d'euros de financement supplémentaires en 2020, reflétant l'urgence de la situation.

«Next Generation EU» – le nouvel instrument de relance

Cette nouvelle facilité est, comme la proposition franco-allemande, une avancée positive audacieuse, pertinente sur le plan macroéconomique. Cependant, compte tenu de la gravité de la crise actuelle, elle reste à elle seule inférieure aux niveaux nécessaires pour qu'un stimulus soit efficace.

Cet instrument vise la stabilisation macroéconomique et est financé par des emprunts de l'UE sur les marchés des capitaux. Il intègre presque entièrement la proposition franco-allemande de 500 milliards d'euros de dépenses de l'UE, mis à part le fait que 60 milliards sur les 500 milliards d'euros seraient des garanties au lieu des dépenses de l'UE.

250 milliards d'euros de prêts seraient également disponibles dans le cadre du programme, bien que cette composante soit moins utile. Certains pays pourraient bénéficier d'emprunts moins chers auprès de l'UE que sur le marché, mais comme les écarts de taux d'intérêt sont généralement faibles, l'avantage serait faible. Cependant, les pays les plus sollicités sur le plan budgétaire pourraient encore bénéficier d'emprunts à long terme de l'UE, car ils devraient entre-temps lever moins d'argent sur le marché. Cela peut aider à la gestion de la dette publique. La question de savoir si l’emprunt au budget de l’UE au titre de l’UE de nouvelle génération entraînerait un effet de «stigmatisation» similaire à ce que la littérature suggère pour l’emprunt au FMI reste une question ouverte.

Il est jusqu'à présent impossible d'évaluer l'ampleur d'une éventuelle redistribution via «Next Generation EU», car la communication n'est pas claire sur ce point, à part le fait que «Il sera disponible pour tous les États membres, mais l'aide sera concentrée dans les parties de l'Union les plus touchées et où les besoins de résilience sont les plus importants.« 

Les pays devraient préparer des plans de relance et de résilience dans le cadre de leurs programmes nationaux de réforme, qui seraient évalués dans le cadre du processus du semestre européen. Ainsi, la Commission, le Conseil et le Parlement européen auront le contrôle de l'allocation des fonds. Le soutien de l'UE serait libéré par tranches en fonction des progrès accomplis et sur la base de critères de référence prédéfinis.

Les trois branches de l’instrument «Next Generation EU»

Bras 1: Aider les États membres à se rétablir (415 milliards d'euros de subventions et 250 milliards d'euros de prêts)

  • La «Facilité de relance et de résilience» est la plus grande composante de l '«instrument UE nouvelle génération», avec 310 milliards d'euros de subventions et 250 milliards d'euros de prêts. Ses objectifs sont de soutenir les investissements et les réformes indispensables à une reprise durable; améliorer la résilience économique et sociale des États membres; et soutenir les transitions verte et numérique.
  • REACT-EU vise à obtenir une réponse rapide pendant la mise en place des autres instruments. Il augmente le soutien à la politique de cohésion de 5 milliards d'euros dès 2020 via une révision du CFP 2014-2020 actuel et de 50 milliards d'euros en 2021-2022;
  • Le Fonds Just Transition déjà prévu serait considérablement augmenté de 30 milliards d'euros, pour atteindre une valeur totale de 40 milliards d'euros en 2021-2027;
  • Le Fonds européen agricole pour le développement rural bénéficierait de 15 milliards d'euros supplémentaires pour aider les agriculteurs et les zones rurales à apporter les changements structurels nécessaires à la mise en œuvre de l'accord vert européen.

Bras 2: Déclenchement des investissements privés (56 milliards d'euros de garanties)

  • Le nouvel instrument de soutien à la solvabilité proposé (5 milliards d'euros en 2020 en modifiant l'actuel CFP, puis 26 milliards d'euros de la «prochaine génération UE») vise à mobiliser l'investissement privé dans les entreprises en difficulté en fournissant des garanties partielles contre les pertes. Au total, 31 milliards d'euros provenant du budget de l'UE fourniront une garantie de 75 milliards d'euros au Groupe de la Banque européenne d'investissement, qui à son tour tirera parti de cette garantie jusqu'à 300 milliards d'euros d'investissement. Par conséquent, l'ingénierie financière vise à multiplier par 10 les fonds réels de l'UE;
  • Programme InvestEU, déjà approuvé par les colégislateurs, serait dopé de 3 milliards d'euros pour déclencher un investissement privé de 240 milliards d'euros;
  • La nouvelle facilité d'investissement stratégique recevra 15 milliards d'euros supplémentaires en tant que fenêtre supplémentaire dans le cadre d'InvestEU pour soutenir la création de chaînes de valeur fortes et résilientes à travers l'UE et renforcer l'autonomie du marché unique de l'Union. Cela pourrait générer 150 milliards d'euros d'investissements privés.

Bras 3: «Tirer les leçons de la crise»: combinaison de mesures liées à la santé, à la protection, à la recherche et aux actions extérieures (39 milliards d'euros principalement pour des subventions, mais une partie de ce montant est pour des garanties)

  • Un nouveau programme EU4Health avec un financement total de 4 milliards d'euros, dont 7,7 milliards d'euros seraient financés par l'instrument de la nouvelle génération de l'UE, afin d'améliorer la prévention, la préparation et la réponse aux crises sanitaires dans l'UE;
  • rescEU, le mécanisme de protection civile de l'UE pour financer les investissements dans les infrastructures d'intervention d'urgence, la capacité de transport et l'équipe de soutien d'urgence, doit être renforcé de 2 milliards d'euros;
  • Horizon Europe propose d'augmenter de 5 milliards d'euros pour atteindre une enveloppe totale de 94,4 milliards d'euros, afin d'augmenter le soutien européen aux activités de recherche et d'innovation dans le domaine de la santé et du climat;
  • Renforcer les actions extérieures, 5 milliards d'euros seraient alloués à l'instrument de voisinage (y compris une nouvelle garantie d'action extérieure) et 5 milliards d'euros à l'aide humanitaire.

Composition et calendrier des dépenses de l'UE

Le décaissement du mécanisme de relance et de résilience ne devrait pas être effectué en amont (tableau 2). Seuls 6% devraient être effectivement versés en 2021, et environ la moitié entre 2023-24. REACT-EU, qui devrait être pleinement engagé en 2021-2022, pourrait aider à la préalimentation, mais sa puissance de feu est inférieure à un sixième de la facilité de récupération et de résilience. Ainsi, le montant total de la subvention de 440 milliards d'euros de «Next Generation EU», soit 3,2% du annuel Le RNB, sera réparti sur plusieurs années, les paiements les plus importants étant attendus en 2023-24.

Les deux tiers de la composante subvention de l’instrument «Nouvelle génération UE» sont inclus dans le mécanisme de relance et de résilience. Un tiers des subventions est utilisé pour compléter diverses installations existantes. Bien qu'il soit difficile de dissocier les mesures de relance temporaires des dépenses budgétaires «standard» de l'UE plus durables (voir le tableau 1 au début de cet article), cette méthode offre certains avantages. Les programmes européens existants sont opérationnels et peuvent être déployés rapidement. De plus, les pays qui se sont plaints des réductions des dépenses de l'UE dans la proposition de 2018 pourraient trouver avantageux que le nouveau mécanisme de relance augmente ces catégories de dépenses, ce qui pourrait à son tour augmenter les chances que l'ensemble du paquet soit accepté. L'allocation de fonds supplémentaires au bien public de l'UE, comme la recherche en santé, la résilience et les transitions verte et numérique, est la bienvenue.

Plus généralement, le mécanisme de relance vise à combiner la stabilisation macroéconomique avec les objectifs de transition verte et numérique, ce qui est également le bienvenu. En associant des conditions vertes aux aides d'État, les gouvernements peuvent promouvoir la viabilité économique et environnementale des entreprises, accélérant ainsi l'adoption de technologies à faible émission de carbone et circulaires, qui sont des objectifs importants de l'UE, comme l'a fait valoir Dirk Schoenmaker. Le même principe devrait être étendu aux programmes financés par l'UE.

La nouvelle proposition d'augmenter l'allocation du Fonds pour une transition juste (JTF) de 10 à 40 milliards d'euros est la bienvenue, étant donné qu'il s'agit d'une initiative positive à l'échelle de l'UE (Cameron et al), qui avait reçu un montant assez faible dans la proposition initiale de janvier 2020. Cependant, le JTF semble être fortement anticipé, car l'augmentation serait financée par le mécanisme de relance et de résilience, qui est disponible pour les quatre prochaines années. Bien que la stabilisation macroéconomique de la préalimentation serait importante, la JTF de la préalimentation est incompatible avec son objectif d'atténuer les impacts socio-économiques de la transition vers la neutralité climatique. La transition verte qu'elle est censée accompagner, ne sera pas si préchargée; ni ses impacts sociaux. De plus, des changements importants sont nécessaires pour les allocations par pays afin d'éviter une concentration excessive de ce financement dans certains États membres, comme Cameron et al argumenté. La communication de la Commission ne prévoit pas de tels changements.

L'augmentation proposée du financement des actions extérieures est un aspect positif et corrige dans une certaine mesure la timide proposition de 2018. La Commission européenne propose donc d'assumer une plus grande responsabilité pour aider nos voisins moins fortunés et d'autres parties du monde.

Le renforcement des capacités de santé de l'UE est évidemment bienvenu, car la pandémie de coronavirus a révélé que l'UE peut jouer un rôle important dans la gestion des crises de santé publique.

Le montant global proposé du CFP sur sept ans «standard», soit 1 100 milliards d'euros, est légèrement inférieur à la proposition de 1 1134,6 milliards d'euros présentée il y a deux ans (les deux sont aux prix constants de 2018). Dans l'intervalle, les prévisions du RNB ont été révisées à la baisse et la proposition actuelle en pourcentage du RNB (estimée à 1,12%) est pratiquement la même que la proposition de 2018 en pourcentage du RNB (1,11%) (ENDNOTE 1). Dans le cas contraire, les différences entre les propositions de mai 2018 et de mai 2020 sont généralement minimes et chaque fois qu'une réduction un peu plus importante est proposée, cela est compensé par des compléments de l'instrument «Nouvelle génération UE». Cela suggère que l’occasion actuelle d’une réforme plus fondamentale du budget de l’UE a été manquée.

La suppression de la proposition de 2018 pour le «budget de la zone euro» n'est pas une grande perte, étant donné que la conception proposée était décevante. Le soi-disant instrument budgétaire pour la convergence et la compétitivité (BICC) semble reproduire les facilités budgétaires existantes de l'UE sans redistribution significative entre les pays.

L'urgence induite par la pandémie n'a pas entraîné de changements plus vastes de la politique agricole commune de l'UE, même si la valeur ajoutée européenne du soutien aux agriculteurs est discutable (voir notre article avec Guntram Wolff). Il est important de noter que la PAC est inefficace et peut-être contre-productive pour atteindre l'objectif d'écologisation de l'agriculture européenne. Il aurait été souhaitable de réaffecter les subventions aux revenus des agriculteurs pour corriger les défaillances du marché et promouvoir les biens publics, tels que l’environnement et la biodiversité, et, comme aux États-Unis, s’assurer contre les risques importants tels que les tremblements de terre et les épidémies de maladies animales.

Le cofinancement national des subventions aux revenus est une autre occasion de réforme manquée.

On parle peu de l'autre grand poste de dépenses du budget de l'UE, la politique de cohésion, au-delà du fait que la Commission ajuste actuellement ses propositions antérieures.

Le rôle des nouvelles ressources propres

Peu d'informations sont fournies sur le financement du budget de l'UE, au-delà de réaffirmer certaines propositions utiles déjà faites en 2018 (une ressource propre basée sur la taxe sur la valeur ajoutée simplifiée, une taxe sur les déchets d'emballages en plastique non recyclé et des revenus basés sur le système d'échange de quotas d'émission de l'UE ) et de nommer de nouvelles sources de revenus possibles (un mécanisme d'ajustement de la frontière carbone, un prélèvement sur les grandes entreprises et une taxe numérique). Alors que les propositions de sources de revenus pour 2018 étaient positives (voir notre article avec Grégory Claeys), il y a un débat sur l'opportunité d'un ajustement de la frontière carbone. Aligner les recettes de l'UE sur les objectifs de l'UE est raisonnable et pourrait déclencher des changements de comportement, comme une réduction de la pollution.

La proposition de 2018 de dériver une source de revenus de l'UE sur la base de l'assiette commune consolidée pour l'impôt sur les sociétés est abandonnée, même si nous avions une opinion positive de cette proposition plus tôt.

La communication de la Commission contient l'affirmation quelque peu trompeuse selon laquelle les nouvelles recettes budgétaires directes de l'UE (appelées « ressources propres« ) volonté « Aidez-moi«Le remboursement des emprunts de l'UE pour l'instrument UE de nouvelle génération»d'une manière juste et partagée« . Cette affirmation appelle des éclaircissements.

Les ressources propres peuvent réduire les contributions des ministères des finances nationaux au budget de l'UE, mais ne réduisent pas nécessairement la contribution totale du pays, si l'on tient compte de la contribution des entreprises, qui sont soumises aux ressources propres. Guntram Wolff souligne qu'un impôt de l'UE sur les entreprises signifierait que les revenus d'un tel impôt ne reviendraient pas aux budgets nationaux, ce qui impliquerait une baisse des revenus du budget national. De nouvelles ressources propres seraient même payées par les ministères des finances.

Par conséquent, à moins que la nouvelle ressource ne provienne d'entités extérieures à l'UE, elles ne font que modifier la répartition des contributions nationales totales au budget de l'UE. Seules quelques-unes de celles proposées par la Commission, comme la proposition de mécanisme d'ajustement des frontières carbone et une nouvelle taxe numérique, seraient payées, au moins partiellement, par des entités hors UE et réduiraient donc les contributions nationales. D'autres ne le font pas, comme celui basé sur le système d'échange de quotas d'émission de l'UE et la taxe sur les déchets plastiques non recyclés.

Le compromis de remise

Les corrections ou remises sur les recettes budgétaires de l'UE sont accordées dans un système complexe et non transparent (voir ici). La justification des remises ne correspond pas à l'idée originale du sommet de Fontainebleau de 1984, qui déclarait que «tout État membre supportant une charge budgétaire excessive par rapport à sa prospérité relative peut bénéficier d'une correction en temps opportun«: Les pays qui bénéficient des rabais sont parmi les plus prospères de l'UE et ont un faible niveau d'endettement public. À mon avis, les plus gros contributeurs nets pourraient juger qu'une grande partie du budget de l'UE est redistribuée aux pays pour des dépenses qui ne constituent pas des biens publics européens, ou qu'il existe des risques pour leur bonne utilisation. Dans ce cas, leur tentative de réduire les contributions nettes est compréhensible.

La proposition de mai 2020 disait: «dans la situation actuelle, compte tenu de l'impact économique de la pandémie de COVID-19, la suppression progressive des remises entraînerait des augmentations disproportionnées des contributions pour certains États membres en 2021-2027. Pour éviter cela, les rabais actuels pourraient être supprimés sur une période beaucoup plus longue que celle prévue par la Commission dans sa proposition de 2018»En d'autres termes, les remises restent.

L'élimination complète des rabais augmenterait la contribution nette des Pays-Bas de 0,15% du RNB, de la Suède de 0,12%, de l'Allemagne de 0,07%, alors qu'elle ne modifierait pas la contribution nette du Danemark et réduirait la contribution nette des autres pays. de 0,05% chaque année (voir le tableau 4c ici). (ENDNOTE 3)

Peut-être que le maintien des rabais sera le prix à payer pour l'approbation de l'instrument européen de nouvelle génération.

NOTES:

(1) La Commission n'a pas exprimé le montant global du CFP proposé en pourcentage du RNB. Pour mes calculs, j'ai donc utilisé les prévisions de la Commission de mai pour 2021 et j'ai supposé que la croissance du RNB réel serait de 1,5% par an en 2022-2027. Dans un tel scénario, le MMF à 1 100 milliards d'euros sur sept ans représente 1,12% du RNB. La proposition de mai 2018 prévoyait que la valeur globale alors proposée de 1134,6 milliards d'euros représenterait 1,11% du RNB. Entre mai 2018 et mai 2020, les perspectives du RNB se sont détériorées et, par conséquent, un montant inférieur représente désormais la même part du RNB attendu que le montant plus élevé proposé précédemment.

(2) La communication de la Commission parle de 500 milliards d'euros de subventions, mais la description détaillée révèle qu'une partie de ce montant serait constituée de garanties.

(3) La raison pour laquelle le Danemark ne subirait aucune modification des contributions nettes en supprimant complètement les remises est que le Danemark a droit à des remises inférieures à celles des Pays-Bas, de la Suède et de l'Allemagne, mais contribue aux remises de ces trois pays. La remise du Danemark devrait être la même que la contribution danoise aux remises des trois pays dans le CFP 2021-2027. L'Autriche a bénéficié de réductions temporaires de ses contributions basées sur le RNB en 2014-2016, mais pas plus tard, ainsi que d'une réduction de sa contribution au rabais britannique, qui se termine avec le Brexit. Par conséquent, aucun rabais n'est envisagé pour l'Autriche au cours de la période post-2020.


Republication et référencement

Bruegel se considère comme un bien public et ne prend aucun point de vue institutionnel. Tout le monde est libre de republier et / ou de citer ce message sans consentement préalable. Veuillez fournir une référence complète, en indiquant clairement Bruegel et l'auteur concerné comme source, et inclure un hyperlien proéminent vers le message d'origine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *