Trump attise la panique de la transition

Le président Donald Trump prend la parole à la Maison Blanche le 23 septembre.


Photo:

Yuri Gripas – Piscine Via Cnp / Zuma Press

L’insistance du président Trump à dire le contraire de tout ce que la presse réclame est une source de plus qu’une petite partie de son succès politique ainsi que de nombreuses erreurs autodestructrices. Un exemple de ce dernier est sa réponse mercredi à une question délibérément tendancieuse de savoir s'il s'engagerait à «un transfert pacifique du pouvoir».

Les médias et l'intelligentsia se sont effondrés dans la frénésie des craintes imaginaires que M. Trump reste en quelque sorte au pouvoir par la force s'il perd les élections de 2020. «Eh bien, nous allons devoir voir ce qui se passe», a-t-il dit lorsqu'on lui a demandé de renier ce fantasme. «Je me suis plaint très fortement des bulletins de vote, et les bulletins de vote sont une catastrophe.

Commencez par l'évidence: l'idée que M. Trump pourrait arrêter une transition pacifique du pouvoir est absurde. Le 20 janvier, son mandat prend fin légalement. Si le Congrès n’a pas certifié un gagnant du collège électoral à cette date – ou n’a pas réglé une égalité – Nancy Pelosi sera présidente si elle est toujours présidente de la Chambre. Les dirigeants du GOP House et du Sénat ont déjà répudié les remarques de M. Trump. S'il essayait de rester après que Joe Biden ait été certifié vainqueur, son soutien politique s'effondrerait.

Quant à l’idée que M. Trump pourrait exécuter un coup d’État, il est en guerre avec ses propres agences de sécurité depuis qu’il est au pouvoir. Il a été dénoncé par des dizaines de généraux à la retraite, et le président des chefs d'état-major interarmées s'est excusé d'avoir comparu publiquement avec lui pendant les troubles à Washington, D.C.

Le vrai point de M. Trump est qu’il veut se réserver le droit de contester des pratiques électorales douteuses, telles que des litiges post-électoraux pour compter les bulletins de vote contestés, en retard ou non signés. Les démocrates sont déjà devant les tribunaux dans plusieurs États pour demander aux juges de réécrire les lois électorales des États, comme nous l'avons signalé (voir à proximité).

L'état de droit est vital pour des élections libres et équitables, et M. Trump a raison de ne pas renoncer à ses options juridiques. Pourtant, ses commentaires imprudents donnent du crédit à l’hystérie démocrate, et il devrait clarifier son point de vue s’il ne veut pas perdre plus d’électeurs qui pensent qu’il manque de tempérament ou de maîtrise de soi pour le poste.

Quant à une transition pacifique, le mois dernier

New York Times

a rapporté que le président de la campagne d'Hillary Clinton, John Podesta, avait participé à un «jeu de guerre» électoral dans lequel les États menaçaient sécession après une victoire électorale de Trump. Pas moins une autorité sur la défaite que Mme Clinton a déclaré récemment que Joe Biden «ne devrait concéder en aucune circonstance», dans l'attente d'un combat prolongé. M. Biden a prédit que M. Trump pourrait tenter de voler les élections. Qui prépare vraiment le coup d'État?

M. Trump a également fait l'objet d'une enquête sans relâche de la part de son propre gouvernement après son entrée en fonction – une enquête déclenchée en partie, nous l'avons appris depuis, par des informations de l'opposition fournies par la campagne Clinton qui n'ont pas été corroborées et peuvent être de la désinformation russe.

Mais le mauvais comportement des démocrates n’est pas une excuse pour que M. Trump se joigne à eux pour saper la légitimité démocratique. Et il a commis une autre erreur mercredi en suggérant que la confirmation d'un nouveau juge à la Cour suprême pourrait l'aider dans un combat juridique post-électoral. « Cette arnaque que les démocrates tirent », a-t-il dit, « sera devant la Cour suprême des États-Unis. » Il a ajouté: « Je pense que ce devrait être huit – rien ou neuf – rien, mais juste au cas où ce serait plus politique qu'il ne devrait l'être, je pense qu'il est très important d'avoir une neuvième justice. »

Cette réponse donne aux démocrates une ligne d'attaque toute faite lors des audiences de confirmation de la Cour suprême. Les démocrates du Sénat accuseront le candidat de M. Trump d'être installé pour l'aider à voler les élections. Ils exigeront également qu’elle se récuse des affaires liées aux élections.

***

Nous avons mis en garde contre les plans de vote par correspondance mal conçus et les délais de scrutin prolongés orchestrés par les démocrates et les groupes d'intérêts libéraux. L’inquiétude n’est pas que celles-ci «truquent» l’élection, mais qu’elles rendent les litiges et les plaintes pour vol d’élections plus probables. La Cour suprême devra peut-être se prononcer, même à contrecœur, sur les questions de vote. Les commentaires de M. Trump nuisent à son candidat, à la Cour et peut-être à ses propres intérêts.

La triste réalité est que les leaders d'opinion démocrates ont attendu un moment d'incendie du Reichstag à partir de la minute où M. Trump a pris ses fonctions. Leur soif d'être justifiée s'est intensifiée à mesure que son mandat tire à sa fin. Peut-être veulent-ils sauver la face après avoir mal compris leur pays et ses citoyens si fondamentalement pendant quatre ans. M. Trump devrait arrêter d'alimenter leurs idées destructrices, car la légitimité des résultats des élections est le fondement de la démocratie américaine.

Potomac Watch: Joe Biden est devenu très doué pour éviter les questions, le débat présidentiel de mardi sera donc une première occasion de l’entendre donner des réponses. Image: Jim Watson / AFP

Copyright © 2020 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Paru dans l'édition imprimée du 25 septembre 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *