Trouver un équilibre au milieu de la crise – Blogue du FMI

Par Francesco Grigoli et Damiano Sandri

عربي, 中文, Español, Français, 日本語, Português, Русский

Une leçon durable de la pandémie COVID-19 est que toute reprise économique durable dépendra de la résolution de la crise sanitaire.

Nos recherches dans les dernières Perspectives de l'économie mondiale montrent que les verrouillages gouvernementaux – tout en atteignant leur objectif de réduction des infections – ont considérablement contribué à la récession et ont eu des effets disproportionnés sur les groupes vulnérables, tels que les femmes et les jeunes. Mais la récession a également été largement motivée par des personnes qui s'abstiennent volontairement d'interactions sociales car elles craignent de contracter le virus. Par conséquent, il est peu probable que la levée des verrouillages conduise à une impulsion économique décisive et durable si les infections sont toujours élevées, car la distanciation sociale volontaire persistera probablement.

Les verrouillages imposent des coûts à court terme, mais peuvent conduire à une reprise économique plus rapide car ils réduisent les infections et donc le degré de distanciation sociale volontaire.

Pourtant, l'analyse révèle qu'un équilibre peut être atteint dans la protection de la santé publique tout en empêchant un déclin économique prolongé. Les verrouillages imposent des coûts à court terme, mais peuvent conduire à une reprise économique plus rapide car ils réduisent les infections et donc le degré de distanciation sociale volontaire. L'examen des effets à moyen terme des verrouillages ainsi que la robustesse de nos résultats est un domaine important pour les recherches futures à mesure que la pandémie évolue et que davantage de données deviennent disponibles.

La crise économique et sanitaire à travers le prisme des données en temps réel

Nous analysons les effets économiques des lock-out et de la distanciation sociale volontaire à l'aide de deux proxys à haute fréquence de l'activité économique: les données de mobilité de Google et les offres d'emploi publiées sur le site Indeed. Comme l’illustre le graphique ci-dessous, sur l’ensemble de l’échantillon de 128 pays utilisé dans l’analyse, les verrouillages et la distanciation sociale volontaire ont contribué à parts égales à la baisse de la mobilité au cours des trois premiers mois de l’épidémie d’un pays. La contribution de la distanciation sociale volontaire était plus importante dans les économies avancées où les gens peuvent travailler plus facilement à domicile ou peuvent même se permettre d'arrêter de travailler grâce à l'épargne personnelle et aux prestations de sécurité sociale. À l'inverse, les habitants des pays à faible revenu sont souvent incapables d'opter pour la distanciation sociale volontaire car ils n'ont pas les moyens financiers de faire face à une perte de revenu temporaire. L'analyse des données sur les offres d'emploi fournit des informations similaires, montrant que tant les verrouillages que la distanciation sociale volontaire ont largement contribué à la baisse de la demande de main-d'œuvre.

L'importante contribution de la distanciation sociale volontaire à la réduction de la mobilité et des offres d'emploi devrait mettre en garde les décideurs politiques contre la levée des verrouillages lorsque les infections sont encore élevées dans l'espoir de relancer l'activité économique. Faire face aux risques sanitaires semble être une condition préalable pour permettre une reprise économique forte et durable.

À cet égard, l'analyse révèle que les verrouillages peuvent réduire considérablement les infections. Les effets sont particulièrement forts si les verrouillages sont adoptés au début de l’épidémie d’un pays. Le graphique du bas ci-dessous montre que les pays qui ont adopté le verrouillage lorsque les cas de COVID-19 étaient encore faibles ont connu de bien meilleurs résultats épidémiologiques par rapport aux pays qui sont intervenus lorsque les cas étaient déjà élevés. Le chapitre indique également que les verrouillages doivent être suffisamment stricts pour freiner les infections, suggérant ainsi que des verrouillages stricts et de courte durée pourraient être préférables à des mesures légères et prolongées.

L'efficacité des verrouillages dans la réduction des infections, associée à la constatation que les infections peuvent nuire considérablement à l'activité économique en raison de la distanciation sociale volontaire, appelle à reconsidérer le discours dominant sur les verrouillages impliquant un compromis entre sauver des vies et soutenir l'économie. Cette caractérisation de la vie par rapport aux moyens de subsistance néglige le fait que des mesures de verrouillage efficaces prises au début d'une épidémie peuvent conduire à une reprise économique plus rapide en maîtrisant le virus et en réduisant la distanciation sociale volontaire. Ces gains à moyen terme peuvent compenser les coûts à court terme des verrouillages, voire entraîner des effets globaux positifs sur l'économie. Des recherches supplémentaires sont nécessaires sur cet aspect important à mesure que la crise évolue et que davantage de données deviennent disponibles.

L'impact des verrouillages sur les groupes vulnérables

Le chapitre contribue également à la preuve croissante que la crise a des effets disproportionnés sur les groupes plus vulnérables. Les données de mobilité fournies par la société de télécommunications Vodafone pour l'Italie, le Portugal et l'Espagne montrent que les ordonnances au domicile et les fermetures d'écoles associées ont entraîné une baisse plus importante de la mobilité des femmes par rapport aux hommes. Cet effet est largement dû au fardeau disproportionné auquel les femmes sont confrontées pour s'occuper des enfants, ce qui peut les empêcher d'aller travailler, mettant ainsi en péril leurs possibilités d'emploi.

Les données de Vodafone révèlent également que les verrouillages ont tendance à avoir un impact plus important sur la mobilité des jeunes. Le graphique du bas ci-dessous montre que les ordonnances de rester à la maison ont entraîné une baisse plus marquée de la mobilité des personnes âgées de 18 à 24 ans et de 25 à 44 ans qui ont tendance à avoir des enfants plus jeunes à charge lorsque les écoles sont fermées et ont souvent des contrats de travail temporaires qui sont plus susceptibles d'être résiliés pendant une crise. L'impact plus important sur ces populations menace d'augmenter les inégalités intergénérationnelles.

Une intervention politique ciblée – telle que le renforcement des allocations de chômage et le soutien des congés payés des parents – est donc nécessaire pour protéger les personnes les plus vulnérables et garantir que la crise n'entraîne pas une aggravation durable des inégalités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *