Top 15 millions de ventes de véhicules légers en taux annualisé en août – AIER

Les ventes de véhicules légers ont totalisé 15,2 millions en rythme annuel en août, poursuivant un rebond par rapport au rythme de 8,7 millions enregistré en avril (voir le graphique du haut). Le rythme des ventes en avril a été le plus bas jamais enregistré depuis que cette série de données a commencé en 1976 et suit une série de 72 mois dans la fourchette de 16 à 18 millions de mars 2014 à février 2020. Les ventes de véhicules unitaires sont tombées nettement en dessous de la fourchette de 2008. –9 La récession a commencé, atteignant un creux de seulement 9,0 millions en février 2009. Les ventes ont amorcé une lente reprise et sont revenues à la fourchette de 16 à 18 millions en mars 2014, environ 5 ans après avoir atteint le plus bas (voir graphique du haut).

Pour le mois d'août, les ventes de camions légers ont totalisé 11,6 millions par an, en hausse par rapport au taux de 11,1 millions en juillet, mais bien au-dessus du taux de 6,8 millions en avril. Les ventes de voitures ont également enregistré un gain modeste, atteignant un taux annuel de 3,6 contre 3,5 en juillet et 2,0 en avril. En pourcentage, les camions légers ont affiché un gain de 4,5% en août, tandis que les voitures ont enregistré une hausse de 1,9%.

Le gain plus rapide pour les camions légers place la part des camions légers à 76,5 pour cent, sous le record de 78 pour cent en mai, mais domine toujours complètement la part des voitures de 23,5 pour cent. La part dominante des camions légers poursuit une tendance à long terme (voir le graphique du bas). Pas plus tard qu'en février 2013, la répartition entre les voitures et les camions légers (SUV et camionnettes) était à peu près égale, les deux segments se vendant environ 7,76 millions par an.

Robert Hughes

Bob Hughes

Robert Hughes a rejoint l'AIER en 2013 après plus de 25 ans dans la recherche économique et financière à Wall Street. Bob était auparavant responsable de la stratégie d'actions mondiales pour Brown Brothers Harriman, où il a développé une stratégie d'investissement en actions combinant une analyse macro-descendante avec des fondamentaux ascendants.

Avant BBH, Bob était stratège principal en actions pour State Street Global Markets, stratège économique principal chez Prudential Equity Group et économiste principal et analyste des marchés financiers pour Citicorp Investment Services. Bob est titulaire d'une maîtrise en économie de l'Université Fordham et d'une licence en affaires de l'Université Lehigh.

Soyez informé des nouveaux articles de Robert Hughes et AIER.

Articles connexes – Conditions du cycle économique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *