«  Sweet spot '': Ottawa a du mal à équilibrer la «  reprise verte '' avec les espoirs des pétroliers

Contenu de l'article suite

Une plate-forme pétrolière en mer au large de Terre-Neuve.
Une plate-forme pétrolière en mer au large de Terre-Neuve. Photo par Harry Gerwin / Fichiers Getty Images

«C’est frustrant qu’ils aient mis si longtemps à reconnaître que nous faisons partie de la solution ici à Terre-Neuve-et-Labrador», a déclaré Johnson. Le taux de chômage de la province atteindra 14% d’ici la fin de l’année, le niveau le plus élevé du pays, et continuera d’être à deux chiffres d’ici au moins 2022, selon les prévisions du Groupe Banque TD.

O’Regan a précédemment déclaré que le gouvernement fédéral était « à la table en ce moment, en train de définir les mesures concrètes nécessaires pour soutenir l'offshore (industrie pétrolière).

Le ministre convient que l'effondrement historique des prix mondiaux du pétrole cette année à la suite de la pandémie et de la guerre des prix du pétrole saoudo-russe a été un défi pour l'industrie à travers le pays et en particulier pour les activités interrompues au large de Terre-Neuve.

Mais à la question de savoir s'il y aurait un soutien pour Husky, O’Regan a répondu: «Certainement pour l'industrie.»

De retour dans l'ouest, la nappe de pétrole surveille les signaux en provenance d'Ottawa, dans un environnement qui se détériore pour l'industrie.

Selon un rapport publié cette semaine par l’Institut canadien de recherche sur l’énergie, 14 000 emplois ont été perdus dans l’industrie pétrolière et gazière de l’Alberta entre mars et mai 2020 seulement.

La majorité de ces emplois – 11000 – ont été perdus dans le secteur des services aux champs pétrolifères, a déclaré le vice-président de la recherche du CERI, Dinara Millington, ajoutant que les dépenses fédérales pour la remise en état des puits orphelins aideront à remettre 8200 personnes au travail dans la province mais ne compenseront pas entièrement les pertes. .

« Il y a donc évidemment encore un écart, mais l'une des plus grandes conclusions à laquelle nous arrivons est que, en regardant le plan de relance, ce n'est toujours pas suffisant pour ramener le secteur à la ligne de tendance pré-COVID », a déclaré Millington, basé à Calgary.

En regardant le plan de relance, il ne suffit toujours pas de ramener le secteur à la ligne de tendance pré-COVID

Dinara Millington

Le rétablissement complet de l'économie canadienne d'ici la fin de l'année prochaine «dépendra à la fois du succès de l'élaboration d'une solution à la crise sanitaire et de la capacité des travailleurs de retourner au travail», ont écrit des économistes de la Banque Royale du Canada dans une note de recherche du 10 septembre. . Le rapport montre que le PIB réel a diminué de 13,4 pour cent au deuxième trimestre. Dans l'ensemble, RBC s'attend à ce que le PIB réel diminue de 6% cette année.

Les pressions économiques immédiates qui ont suivi la pandémie se font sentir dans tout le pays, les secteurs de la vente au détail, de l'hôtellerie, de l'aviation et de l'énergie étant les plus durement touchés et vulnérables à de nouvelles baisses.

«Nous devons concentrer les sommes limitées dont nous disposons sur les domaines qui auront le plus grand impact», a déclaré le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada, Perrin Beatty, ajoutant que le gouvernement fédéral devait se concentrer «moins sur l'arc-en-ciel et plus sur le pot. d'or. »

Beatty a déclaré qu’il craignait que l’accent mis par le gouvernement fédéral sur les dépenses vertes ne se fasse au détriment des industries existantes qui pourraient accélérer la reprise économique.

En effet, le déficit fédéral devrait grimper à 343 milliards de dollars cette année, les libéraux proposant un autre ensemble de prestations de soutien du revenu de 37 milliards de dollars et des changements à l'assurance-emploi lorsque la Prestation canadienne d'intervention d'urgence prendra fin bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *