Signes positifs pour le secteur manufacturier mais l'emploi reste faible – AIER

L'indice des directeurs des achats de fabrication de l'Institute for Supply Management a montré une autre amélioration, enregistrant une lecture de 54,2% en juillet, contre 52,6% en juin et la deuxième lecture au-dessus du seuil neutre de 50 depuis février. Le résultat de juillet fait suite à trois mois consécutifs dans les années 40 (voir graphique du haut). Dans l'ensemble, le rapport note: «En juillet, la fabrication a poursuivi sa reprise après les perturbations causées par la pandémie de coronavirus (COVID-19). Le sentiment du panel était généralement optimiste (deux commentaires positifs pour chaque commentaire prudent), poursuivant une tendance à partir de juin. » Le rapport poursuit: «Le PMI a signalé une reconstruction continue de l'activité économique en juillet et a atteint son plus haut niveau d'expansion depuis mars 2019, lorsque l'indice a enregistré 54,6%.»

Parmi les éléments clés, l'indice des nouvelles commandes s'est établi à 61,5%, contre 56,4% en juin, et le résultat le plus élevé depuis septembre 2018 (voir le graphique du haut). Treize des dix-huit industries de l'enquête ont signalé une croissance des nouvelles commandes en juillet. L'indice des nouvelles commandes à l'exportation s'est établi à 50,4% en juillet, en hausse de 2,8 points de pourcentage par rapport à un résultat de 47,6% en juin. L'indice du carnet de commandes s'est établi à 51,8% en juillet, contre 45,3% le mois précédent.

L'indice de production a enregistré un résultat de 62,1 pour cent en juillet, contre 57,3 pour cent en juin et la lecture la plus élevée depuis octobre 2018. Seize industries ont signalé une croissance au cours du dernier mois, tandis qu'aucune n'a signalé de contraction.

L'indice de l'emploi a augmenté d'un modeste 2,2 points de pourcentage pour s'établir à 44,3% en juillet, contre 42,1% en juin (voir le graphique du bas). L'indice de l'emploi est resté sous la neutralité pendant 12 anse mois consécutif suggérant que la dynamique du travail dans le secteur manufacturier reste faible. Le rapport sur la situation de l'emploi du Bureau of Labor Statistics pour juillet doit sortir le vendredi 7 août. Malgré la faible lecture de l'enquête ISM, le consensus s'attend à un gain de 1,6 million d'emplois non agricoles, y compris l'ajout de 250 000 emplois dans le secteur manufacturier . Le taux de chômage devrait tomber à 10,5% contre 11,1% en juin.

L'indice des livraisons des fournisseurs, une mesure des délais de livraison des fournisseurs aux fabricants, a reculé, tombant à 55,8% contre 56,9% en juin. Des livraisons plus lentes des fournisseurs sont généralement compatibles avec une activité de fabrication plus forte. Cependant, le ralentissement des livraisons ces derniers mois est davantage le résultat de la chaîne d'approvisionnement et des contraintes logistiques. Selon le rapport, «les fournisseurs continuent de lutter pour livrer, bien qu'à un rythme plus lent qu'en juin. Les interruptions d'usines, les problèmes de transport et les difficultés persistantes sur les marchés du travail des fournisseurs sont toujours des facteurs. L'indice de livraison des fournisseurs continue de refléter un meilleur équilibre entre l'offre et la demande par rapport au printemps et au début de l'été. »

L'indice des prix est passé à 53,2% en juillet contre 51,3% en juin. Des prix plus élevés ont été signalés pour: les plastiques, le bois d'œuvre, l'aluminium, le cuivre et les produits pétroliers. Si l'indice des prix a affiché son deuxième mois au-dessus de la neutralité, les résultats sont généralement modestes par comparaison historique.

Les stocks des clients en juillet sont toujours considérés comme trop faibles, l’indice restant en dessous de 50 à 41,6% contre 44,6% le mois précédent (les résultats de l’indice inférieurs à 50 indiquent que les stocks des clients sont trop faibles). L'indice est inférieur à 50 depuis 46 mois consécutifs. Un inventaire insuffisant peut être un signe positif pour la production future.

Robert Hughes

Bob Hughes

Robert Hughes a rejoint l'AIER en 2013 après plus de 25 ans en recherche économique et financière à Wall Street. Bob était auparavant responsable de la stratégie actions mondiales pour Brown Brothers Harriman, où il a développé une stratégie d'investissement en actions combinant une analyse macro descendante avec des fondamentaux ascendants.

Avant BBH, Bob était stratège principal en actions pour State Street Global Markets, stratège économique principal chez Prudential Equity Group et économiste principal et analyste des marchés financiers pour Citicorp Investment Services. Bob est titulaire d'une maîtrise en économie de l'Université Fordham et d'un BS en affaires de l'Université Lehigh.

Soyez informé des nouveaux articles de Robert Hughes et AIER.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *