Shopify et BlackBerry ont aidé à créer une application de recherche de contacts au Canada qui sera testée en Ontario

OTTAWA – Une application mobile conçue au Canada pour alerter les Canadiens qui ont pu être exposés à une personne infectée par COVID-19 est prête pour les tests en Ontario, a annoncé jeudi le Premier ministre Justin Trudeau.

Trudeau a déclaré que l'utilisation de l'application est entièrement volontaire et qu'elle ne partagera ni ne stockera aucune information personnelle, y compris l'emplacement géographique d'un utilisateur.

«Il appartiendra aux Canadiens de décider de télécharger l'application ou non, mais l'application sera plus efficace lorsque le plus de personnes possible l'auront.»

L'application a été développée par le Service numérique canadien, le Service numérique de l'Ontario, Blackberry et des bénévoles de Shopify qui ont aidé à la construire. L'application utilise un logiciel Bluetooth développé par des fabricants de téléphones comme Apple et Google. Il crée et partage un code d'identification anonyme de votre téléphone avec n'importe quel téléphone qui possède également l'application et se trouve à proximité immédiate du vôtre pendant une période prolongée. Votre téléphone collectera également les codes de ces téléphones et les stockera pendant 14 jours.

Si vous, ou l'un de ces propriétaires de téléphone, recevez un diagnostic de COVID-19, les responsables de la santé publique vous aideront à télécharger ce fait dans l'application, et tout téléphone connecté par vous au cours des 14 derniers jours recevra une notification indiquant que l'utilisateur peut avoir été exposé à COVID-19. Ces utilisateurs seront invités à contacter les autorités sanitaires pour obtenir de l'aide.

Le Royaume-Uni a annoncé jeudi qu'il abandonnait ses efforts pour créer son propre logiciel au profit d'applications de suivi des contacts qui utilisent également le même logiciel Bluetooth.

Trudeau a déclaré que le commissaire fédéral à la protection de la vie privée a participé à l'élaboration et que la protection de la vie privée a été envisagée, car le gouvernement est très conscient que si les Canadiens s'inquiètent pour leur vie privée, ils n'utiliseront pas l'application.

Trudeau a déclaré que l'application fonctionnera en arrière-plan et ne consommera pas beaucoup de batterie, et aucune information personnelle ne sera stockée.

Les journaux qui gardent une trace des téléphones en contact utiliseront des codes anonymisés, a-t-il déclaré.

Les préoccupations concernant la confidentialité ont été primordiales dans les discussions sur les applications de recherche des contacts, et la députée conservatrice Michelle Rempel Garner n'a pas perdu de temps à en parler jeudi.

«Après avoir omis de régler le problème de la confidentialité des données au Canada pendant des années, feriez-vous confiance à l'application de Trudeau avec vos données (santé, localisation, contacts, etc.)», a-t-elle demandé sur Twitter, alors qu'elle créait un sondage pour demander aux Canadiens ce qu'ils pensaient .

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, fournira plus d'informations jeudi sur la façon dont l'application sera déployée dans sa province. Trudeau a déclaré que le gouvernement travaille avec toutes les provinces et que le programme devrait être prêt à être téléchargé partout au pays en juillet. Il a dit qu'il restait du travail à faire pour intégrer l'application aux unités de santé locales dans chaque province.

Le professeur de droit de l'Université d'Ottawa, Michael Geist, expert en droit de la technologie, a déclaré que l'utilisation de la technologie Bluetooth au lieu du GPS serait plus précise pour identifier les personnes qui étaient réellement à proximité d'une personne atteinte de COVID-19.

Geist a déclaré que l'élément critique est qu'un nombre important de personnes doivent télécharger l'application pour la rendre efficace.

«Si vous avez une application qui n'est pas efficace parce qu'elle n'a pas été suffisamment installée, vous courez le risque que les gens aient progressivement un faux sentiment de sécurité ou de sûreté qu'ils n'ont pas été mis en danger alors qu'en fait ils l'ont », A déclaré Geist.

«Si j'installe l'application et que je fais le tour et que cela ne m'avertit jamais, au fil du temps, je peux me sentir assez en sécurité, puis les gens commencent-ils à réduire certaines de leurs habitudes de distanciation sociale, leurs habitudes de port de masque parce qu'ils sentent que l'application leur dira s'il y a un problème? « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *