Serré de tous côtés, Trudeau ne se pliera pas à l'échange de prisonniers en Chine

(Bloomberg) – Sous la pression croissante de libérer un cadre de Huawei Technologies Co., Justin Trudeau a clairement indiqué jeudi qu'il ne céderait pas – même si cela signifie que deux Canadiens restent en prison en Chine.

Le Premier ministre a rejeté les appels d'un groupe d'éminents Canadiens, dont un ancien juge de la Cour suprême, pour mettre fin à l'extradition contre Meng Wanzhou en échange de la libération par la Chine de ses deux citoyens.

« Nous ne pouvons permettre que des pressions politiques ou des arrestations aléatoires de citoyens canadiens influencent le fonctionnement de notre système de justice », a déclaré le Premier ministre canadien à des journalistes à Ottawa.

«Si le gouvernement chinois conclut de cet échange et de cette situation qu'il s'agit d'un moyen efficace de gagner du poids sur les Canadiens et le gouvernement canadien – pour arrêter au hasard des Canadiens – alors aucun Canadien ne sera en sécurité à l'avenir.»

Les citoyens canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig ont été emprisonnés en Chine quelques semaines après l'arrestation de Meng à Vancouver en décembre 2018. La Chine a nié à plusieurs reprises que l'arrestation des deux hommes était une mesure de représailles et les a formellement accusés d'espionnage au début du mois.

Pourtant, Pékin a clairement indiqué que leur sort était lié à Meng, qui a été arrêtée à la demande des autorités américaines qui demandent son extradition sur des allégations de fraude.

La Chine en est venue à croire que le ministre de la Justice du Canada a le pouvoir d'arrêter le processus d'extradition de Meng Wanzhou, a déclaré Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse le 24 juin. «De telles options sont dans l'état de droit et pourraient s'ouvrir un espace de résolution de la situation des deux Canadiens. »

Pression de montage

Les commentaires de Trudeau font face à la pression croissante de tous les coins – y compris au sein de son propre parti. Plus tôt cette semaine, une lettre signée par 19 anciens diplomates, ministres, bureaucrates et universitaires de haut niveau a exhorté son gouvernement à intervenir pour mettre fin à la procédure d'extradition « afin de ramener les Deux Michaels chez eux ».

« Mettre un terme à la procédure d'extradition peut irriter les États-Unis », a reconnu la lettre. «Dans des circonstances normales, le choix le plus sûr serait de rester proche de notre allié, de notre ami et de notre principal partenaire commercial. Mais ce ne sont pas des temps normaux et ce n'est pas un cas normal. » Le ministre de la Justice du Canada devrait intervenir immédiatement dans le cas de Meng, indique la lettre.

Trudeau a catégoriquement rejeté l'idée. «Je respecte les distingués Canadiens qui ont présenté cette lettre. Je suis profondément en désaccord avec eux », a-t-il déclaré jeudi.

Depuis le début, le Canada est pris au milieu d'une détérioration des relations entre deux superpuissances qui, sous le président américain Donald Trump, semblaient au départ centrées sur le commerce, mais semblent maintenant avoir plusieurs points d'éclair, dont Huawei fait partie.

L'administration américaine considère qu'un certain nombre de sociétés technologiques chinoises, dont Huawei, sont des menaces pour la sécurité. Alors que les tensions entre les deux géants ont augmenté au cours des derniers mois, il en va de même de l'étau autour de la politique étrangère du Canada.

Le Canada a reporté sa décision d'autoriser Huawei à participer aux réseaux sans fil 5G. Supprimer les pressions de la procédure d'extradition et des Canadiens emprisonnés « ouvrira la voie au Canada pour décider librement et déclarer sa position sur tous les aspects de la relation Canada-Chine », indique la lettre.

Contrairement aux deux Michaels, qui ont été maintenues isolées dans des cellules où les lumières ne peuvent pas être éteintes et qui n'ont pas eu accès aux visiteurs depuis janvier en raison de la pandémie, les conditions de mise en liberté sous caution de Meng lui ont permis d'errer librement dans un Zone de 100 milles carrés du Grand Vancouver, à condition qu'elle soit accompagnée de moniteurs.

Ce fait ne lui a pas valu beaucoup de sympathie au Canada et elle n'a pas toujours aidé son propre cas. De comparaître devant le tribunal dans des vêtements glamour et des talons brillants de quatre pouces qui semblaient calculés pour attirer l'attention sur le moniteur GPS sur sa cheville aux photographies montrant ses règles de distanciation sociale Covid-19, toutes les apparitions publiques de Meng ont souligné le contraste dans les conditions de détention.

Le mois dernier, son affaire a subi un revers lorsqu'un juge de Vancouver a statué qu'elle satisfaisait à un critère clé du droit canadien connu sous le nom de double incrimination, ce qui signifie que la procédure d'extradition peut se poursuivre.

La lettre des 19 Canadiens reconnaît la décision difficile de Trudeau.

«Bien sûr, il ne convient à personne de céder à l'intimidation ou au chantage. Les moyens choisis par la Chine dans ce cas pour faire avancer ses intérêts sont en effet répugnants. Cependant, résister à la pression de la Chine ne garantit pas qu’elle ne sera plus jamais appliquée à l’avenir. »

© 2020 Bloomberg L.P.

Bloomberg.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *