Sauver les petites et moyennes entreprises: une facilité de prêt temporaire est nécessaire maintenant

Cette semaine, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré à un groupe de sénateurs républicains qu'ils devaient agir pour empêcher une augmentation du taux de chômage à 20%. Alors que certains diraient que c'est une hyperbole politique, ce n'est pas le cas. Les décideurs politiques, les investisseurs et les chefs d'entreprise observeront une hausse des premières demandes d'emploi sans emploi la semaine prochaine, qui devrait se chiffrer en millions et une augmentation du taux de chômage vers 10% au cours des prochains mois.

Il est temps de prendre des mesures audacieuses et persistantes pour limiter l'augmentation des faillites et du chômage. Les risques pour l'économie réelle sont tels que le Trésor américain et la Réserve fédérale doivent agir rapidement pour soutenir les petites et moyennes entreprises qui composent Main Street. Contrairement à la crise financière, les chocs qui traversent l'économie américaine visent directement l'économie réelle et il n'y a pas de temps à perdre.

À quoi ressemblerait une telle politique? La situation actuelle basée sur nos conversations avec les décideurs politiques, les acteurs politiques, les banquiers centraux et nos clients implique que le plan détaillé ci-dessous soit mis en œuvre pour éviter un plus grand péril économique et financier.

Un plan viable

Premièrement, le Trésor américain devrait proposer un filet de sécurité de 85 milliards de dollars derrière les engagements de liquidité de 915 milliards de dollars de la Réserve fédérale pour financer un trillion de 1 000 milliards de dollars de facilité de prêt temporaire pour les petites et moyennes entreprises. L'objectif politique d'une telle facilité au-delà des objectifs susmentionnés en matière d'emploi et de solvabilité est de faciliter le flux de crédit aux entreprises qui financent un large éventail d'activités économiques.

Cette facilité de prêt utiliserait le système bancaire national pour prêter aux petites et moyennes entreprises qui composent l'économie réelle, l'épine dorsale de la rue Main, responsable de la création de 70% de tous les nouveaux emplois au cours du récent cycle économique. Ce faisant, le financement provisoire peut être distribué d'une manière plus rapide et plus efficace que les mesures de relance budgétaire qui transitent par la Small Business Administration et d'autres organismes fédéraux.

Cette crise nécessite des actions, des liquidités et des prêts en quelques heures et jours, pas en mois.

Deuxièmement, les conditions d'une telle facilité de prêt devraient être généreuses. Un taux de 2,25% à rembourser sur une base trimestrielle sur une période de cinq ans combiné à la puissance de feu budgétaire et monétaire proposée entraînera la souscription complète de la facilité de prêt temporaire. L'admissibilité doit être généreuse; toutes les entreprises ayant des revenus de 5 milliards de dollars ou moins sont admissibles à participer.

Troisièmement, les 20 dernières années de crise sociale et économique nous ont appris une leçon: de tels chocs économiques et sociaux exigent que les décideurs agissent de manière décisive, agissent rapidement pour réduire le problème et soient prêts à maintenir une politique temporaire plus longtemps que quiconque ne sera à l'aise.

Action rapide requise

En fait, notre interaction avec nos clients et nos contacts commerciaux implique qu'une telle installation pourrait être sursouscrite. Bien que la prescription de politique susmentionnée soit solide, nous avons conseillé aux décideurs de faire preuve d'audace et d'aller de l'avant. Nous recommandons un filet de sécurité du Congrès de 250 milliards de dollars combiné à des garanties de liquidité de 1,25 milliard de dollars par la banque centrale. Les décideurs intelligents et tournés vers l'avenir pourraient utiliser ces mêmes conditions et prêter à un pour cent, qualifiant la facilité de prêt «One for America».

À notre avis, cela constituerait une étape considérable vers la stabilisation des marchés financiers et de l'économie. Plus important encore, cette décision signifierait aux PME qui peuplent l’économie réelle qu’elles ne seront pas laissées à elles-mêmes comme elles le furent pendant la crise financière. Ensuite, les prochains mois seront difficiles, mais il y aura une vie sociale et économique de l'autre côté du creuset dans lequel nous sommes pris.

Le temps presse. La politique de stabilisation doit cibler ceux qui vont supporter la charge de l'ajustement car l'offre, la demande et les chocs financiers provoquent des perturbations importantes, quoique temporaires, de l'économie. Quoi qu'il en soit, l'éventail des politiques monétaire et budgétaire proposées ne peut pas viser uniquement Wall Street et les ménages à revenu élevé dans le but de relancer l'économie au lendemain de ce qui va être un krach économique.

La politique mise en place doit viser la rue Main. Il doit fournir des prêts relais, pas des plans de sauvetage. Il devrait viser le commerce et non les tarifs. Rien de moins saperait la légitimité de la politique qui remodèlera l'économie américaine au lendemain de la crise. Les autorités fiscales et monétaires doivent agir maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *