Sauver les marchés pour sauver le marché unique

Il est temps que l’UE fasse des progrès rapides et indispensables dans la formation d’une union des marchés des capitaux.

Par:
Maria Demertzis

Date: 15 mai 2020
Sujet: Macroéconomie et gouvernance européennes

Si nécessaire soit-il, l'assouplissement temporaire des règles en matière d'aides d'État dans l'UE a eu de graves conséquences imprévues. Grâce à un soutien aveugle, l'UE passe rapidement d'un terrain de jeu égal qui favorise la «survie des plus aptes» à une situation où seuls ceux qui ont les «parents les plus riches» survivent.

Le système économique de l'UE sortira malmené et déséquilibré. Les pays du sud perdront une partie substantielle de leur fibre de production faute de moyens pour sauver ceux qui en ont besoin. Mais une aide aveugle dans le nord plus riche retardera également le tri naturel entre les entreprises productives et improductives. Au fur et à mesure que les entreprises sombrent dans des problèmes de liquidité, elles risquent des prises de contrôle prédatrices inférieures à la valeur de leur marché par des entreprises européennes et non européennes se précipitant pour exploiter la détresse du marché.

L'UE doit inverser ce processus et doit réfléchir à la manière de protéger tous les marchés. Nous voyons des raisons de repenser les règles en matière d'aides d'État et de réaliser des progrès nécessaires depuis longtemps dans la création de marchés de capitaux.

De toute évidence, une certaine forme de règles en matière d'aides d'État doit être rétablie le plus rapidement possible afin de préserver l'intégrité du marché unique. Cependant, tant que les règles relatives aux aides d'État ne sont pas appliquées, l'UE doit repenser une stratégie pour l'avenir de son industrie.

Malgré tous ses défauts, l'assouplissement actuel de ces règles offre une occasion unique de repenser la façon dont les règles doivent être adaptées à un nouvel ordre mondial. Les règles en matière d'aides d'État ont jusqu'à présent empêché l'UE de se défendre contre l'augmentation des déséquilibres structurels mondiaux. Le nouvel objectif, mais crucial, devrait être la notion de souveraineté économique. Décider quelles industries devraient être promues si nécessaire pour maintenir l'indépendance économique et protéger l'UE contre les pratiques déloyales ailleurs, sans pour autant succomber au protectionnisme.

Dans l'intervalle, les opérations nationales de «sauvetage» ne peuvent pas être aveugles mais doivent être basées sur les informations du bilan avant une date butoir.

Les entreprises productives seront invitées à conduire la reprise, elles doivent donc être prêtes à démarrer. Ils doivent recevoir des liquidités, de préférence sous forme de subventions et non de prêts, pour éviter les conséquences négatives futures de l'accumulation de dettes.

Les entreprises aux bilans très précaires, au contraire, devraient être autorisées à faire faillite. Leurs employés devraient recevoir un soutien grâce à des allocations de chômage et une aide à la transition de l'emploi. Ce serait la meilleure poursuite des objectifs sociétaux.

Le vrai problème réside cependant dans une troisième catégorie d'entreprises, la plus importante de toutes: celles qui ne sont ni clairement productives ni manifestement défaillantes. La difficulté de décider quoi faire pour eux est la véritable raison de la politique de soutien aveugle.

Les marchés sont les seuls capables de passer au crible les risques auxquels l'UE est actuellement confrontée et d'identifier qui est le plus apte à survivre. Le mieux que l'UE puisse faire est de fournir la sécurité juridique nécessaire pour que cela se produise.

Une réponse tentante pour certains est d'appeler à la participation de l'État sous forme d'équité. Si les contribuables doivent prendre part aux pertes, selon l'argument, ils doivent également avoir une part des bénéfices.

Cet argument est séduisant, mais il met le rôle de l'État au même niveau que les marchés. L'État peut soutenir ceux qui sont clairement productifs, dans son rôle de tampon contre des circonstances vraiment imprévues. Mais il n'est pas bien placé pour identifier ceux qui méritent d'être sauvés. Son implication dans cette troisième catégorie problématique doit donc se limiter à inciter les autres à le faire.

Est-ce que ce devrait être des banques? En partie oui, mais surtout pas parce que les banques sont limitées quant au niveau de risque à prendre et qu'elles ne sont pas censées avoir «la peau du jeu». Mais si ce n'est pas des banques, alors qui? La réponse est les marchés de capitaux. Malheureusement, l'UE est très mal préparée à cet égard.

Il est temps que l’UE fasse des progrès rapides et indispensables dans la formation d’une union des marchés des capitaux. Et il peut le faire, comme il l'a fait avec l'Union bancaire lors de la précédente crise financière. Cela pourrait prendre la forme d'un «28e régime »: une juridiction juridique distincte, créée à partir de zéro et distincte de toute juridiction nationale. De par sa conception, il devrait encourager une plus grande participation des capitaux privés, au niveau national mais aussi entre les États membres.

Les marchés sont les seuls capables de passer au crible les risques auxquels l'UE est actuellement confrontée et d'identifier qui est le plus apte à survivre. Le mieux que l'UE puisse faire est de fournir la sécurité juridique nécessaire pour que cela se produise.


Republication et référencement

Bruegel se considère comme un bien public et ne prend aucun point de vue institutionnel.

En raison des accords sur les droits d'auteur, nous vous demandons de bien vouloir envoyer une demande par e-mail pour republier les opinions qui (protégé par e-mail).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *