Reprise inégale et incertaine – Blog du FMI

Par Gita Gopinath

عربي, 中文, Español, Français, Русский

La pandémie de COVID-19 a poussé les économies dans un grand verrouillage, ce qui a aidé à contenir le virus et à sauver des vies, mais a également déclenché la pire récession depuis la Grande Dépression. Plus de 75 pour cent des pays rouvrent maintenant en même temps que la pandémie s'intensifie dans de nombreux marchés émergents et en développement. Plusieurs pays ont commencé à se redresser. Cependant, en l'absence de solution médicale, la vigueur de la reprise est très incertaine et l'impact sur les secteurs et les pays est inégal.

Nous prévoyons maintenant une récession plus profonde en 2020 et une reprise plus lente en 2021.

Par rapport à notre avril Perspectives de l'économie mondiale prévisions, nous prévoyons maintenant une récession plus profonde en 2020 et une reprise plus lente en 2021. La production mondiale devrait diminuer de 4,9% en 2020, 1,9 point de pourcentage de moins que nos prévisions d'avril, suivie d'une reprise partielle, avec une croissance de 5,4% en 2021.

Ces projections impliquent une perte cumulative pour l'économie mondiale sur deux ans (2020-2021) de plus de 12 000 milliards de dollars de cette crise.

Le déclassement par rapport à avril reflète des résultats pires que prévu au premier semestre de cette année, une anticipation d'une distanciation sociale plus persistante au second semestre de cette année et des dommages au potentiel d'approvisionnement.

Incertitude élevée

Un degré élevé d'incertitude entoure cette prévision, avec des risques à la hausse et à la baisse pour les perspectives. Du côté positif, de meilleures nouvelles sur les vaccins et les traitements, et un soutien politique supplémentaire peuvent conduire à une reprise plus rapide de l'activité économique. À la baisse, de nouvelles vagues d'infections peuvent inverser l'augmentation de la mobilité et des dépenses et resserrer rapidement les conditions financières, provoquant un surendettement. Les tensions géopolitiques et commerciales pourraient endommager les relations mondiales fragiles à un moment où le commerce devrait s'effondrer d'environ 12%.

Une reprise pas comme les autres

Cette crise pas comme les autres connaîtra une reprise pas comme les autres.

Premièrement, le balayage mondial sans précédent de cette crise entrave les perspectives de reprise des économies tributaires des exportations et compromet les perspectives de convergence des revenus entre les économies en développement et les économies avancées. Nous prévoyons un ralentissement profond synchronisé en 2020 à la fois pour les économies avancées (-8%) et les économies émergentes et en développement (-3%; -5% si l'on exclut la Chine), et plus de 95% des pays devraient avoir un revenu par habitant négatif croissance des revenus en 2020. Le coup cumulé à la croissance du PIB sur la période 2020-2021 pour les marchés émergents et les économies en développement, à l'exclusion de la Chine, devrait dépasser celui des économies avancées.

Deuxièmement, à la réouverture des pays, la reprise de l'activité est inégale. D'une part, la demande refoulée entraîne une augmentation des dépenses dans certains secteurs comme la vente au détail, tandis que, d'autre part, les secteurs des services à forte intensité de contact comme l'hôtellerie, les voyages et le tourisme restent déprimés. Les pays fortement tributaires de ces secteurs seront probablement profondément touchés pendant une période prolongée.

Troisièmement, le marché du travail a été durement touché et à une vitesse record, en particulier pour les travailleurs à faible revenu et semi-qualifiés qui n'ont pas la possibilité de faire du télétravail. Étant donné que l'activité dans les secteurs à forte intensité de main-d'œuvre comme le tourisme et l'hôtellerie devrait rester modérée, une reprise complète du marché du travail pourrait prendre un certain temps, aggravant les inégalités de revenus et aggravant la pauvreté.

Un soutien politique exceptionnel a aidé

Du côté positif, la reprise bénéficie d'un soutien politique exceptionnel, en particulier dans les économies avancées et, dans une moindre mesure, dans les pays émergents et en développement, plus limités par l'espace budgétaire. Le soutien budgétaire mondial s'élève désormais à plus de 10 000 milliards de dollars et la politique monétaire s'est considérablement assouplie grâce aux baisses de taux d'intérêt, aux injections de liquidités et aux achats d'actifs. Dans de nombreux pays, ces mesures ont réussi à soutenir les moyens de subsistance et à prévenir les faillites à grande échelle, contribuant ainsi à réduire les cicatrices durables et à favoriser une reprise.

Ce soutien exceptionnel, en particulier de la part des grandes banques centrales, a également entraîné une forte reprise des conditions financières malgré de sombres résultats réels. Les cours des actions ont rebondi, les écarts de crédit se sont rétrécis, les flux de portefeuille vers les marchés émergents et les pays en développement se sont stabilisés et les devises qui se sont fortement dépréciées se sont renforcées. En prévenant une crise financière, le soutien politique a contribué à éviter de pires résultats réels. Dans le même temps, la déconnexion entre les marchés réels et financiers soulève des préoccupations de prise de risque excessive et constitue une vulnérabilité importante.

Nous ne sommes pas sortis du bois

Compte tenu de l'immense incertitude, les décideurs doivent rester vigilants et les politiques devront s'adapter à mesure que la situation évolue. Un soutien conjoint substantiel de la politique budgétaire et monétaire doit se poursuivre pour l'instant, en particulier dans les pays où l'inflation devrait rester modérée. Dans le même temps, les pays devraient garantir une comptabilité budgétaire et une transparence appropriées, et que l'indépendance de la politique monétaire ne soit pas compromise.

Une priorité est de gérer les risques sanitaires même à la réouverture des pays. Cela nécessite de continuer à renforcer les capacités de santé, de tester, de retrouver, d'isoler et de pratiquer la distance en toute sécurité (et de porter des masques). Ces mesures aident à contenir la propagation du virus, rassurent le public sur le fait que les nouvelles flambées peuvent être traitées de manière ordonnée et minimisent les perturbations économiques. La communauté internationale doit étendre son assistance financière et son expertise aux pays dont les capacités de soins de santé sont limitées. Il faut faire davantage pour assurer une production et une distribution adéquates et abordables des vaccins et des traitements lorsqu'ils seront disponibles.

Dans les pays où les activités sont gravement limitées par la crise sanitaire, les personnes directement touchées devraient recevoir un soutien du revenu par le biais de l'assurance-chômage, des subventions salariales et des transferts monétaires, et les entreprises concernées devraient être soutenues par des reports d'impôt, des prêts, des garanties de crédit et des subventions. Pour atteindre plus efficacement les chômeurs dans les pays dotés de vastes secteurs informels, les paiements numériques devront être intensifiés et complétés par un soutien en nature pour la nourriture, les médicaments et d'autres produits de base acheminés par les gouvernements locaux et les organisations communautaires.

Dans les pays qui ont commencé à rouvrir et la reprise est en cours, le soutien politique devra progressivement s'orienter vers l'incitation des personnes à reprendre le travail et à faciliter une réallocation des travailleurs vers des secteurs à la demande croissante et loin des secteurs en déclin. Cela pourrait prendre la forme de dépenses de formation des travailleurs et de subventions à l'embauche destinées aux travailleurs confrontés à un risque accru de chômage de longue durée. Soutenir une reprise impliquera également des actions visant à rétablir les bilans et à remédier aux excédents de dette. Cela nécessitera de solides cadres et mécanismes d'insolvabilité pour la restructuration et le règlement de la dette en difficulté.

Le soutien politique devrait également passer progressivement de l'objectif à une plus large assise. Lorsque l'espace budgétaire le permet, les pays devraient entreprendre des investissements publics verts pour accélérer la reprise et soutenir les objectifs climatiques à plus long terme. Pour protéger les plus vulnérables, des dépenses accrues en matière de filet de sécurité sociale seront nécessaires pendant un certain temps.

La communauté internationale doit veiller à ce que les économies en développement puissent financer des dépenses essentielles en fournissant un financement concessionnel, un allégement de la dette et des subventions; et que les marchés émergents et les pays en développement ont accès à la liquidité internationale, en garantissant la stabilité des marchés financiers, les lignes de swap des banques centrales et le déploiement d'un filet de sécurité financière mondial.

Cette crise engendrera également des défis à moyen terme. La dette publique devrait atteindre cette année le niveau le plus élevé de l'histoire enregistrée par rapport au PIB, tant dans les marchés avancés et émergents que dans les pays en développement. Les pays auront besoin de cadres budgétaires solides pour l'assainissement à moyen terme, en réduisant les dépenses inutiles, en élargissant l'assiette fiscale, en minimisant l'évasion fiscale et en augmentant la progressivité de la fiscalité dans certains pays.

Dans le même temps, cette crise offre également l'occasion d'accélérer le passage à une croissance plus productive, durable et équitable grâce à des investissements dans de nouvelles technologies vertes et numériques et des filets de sécurité sociale plus larges.

La coopération mondiale est très importante pour faire face à une crise véritablement mondiale. Tous les efforts devraient être faits pour résoudre les tensions commerciales et technologiques, tout en améliorant le système commercial multilatéral fondé sur des règles. Le FMI continuera de faire tout ce qu'il peut pour assurer une liquidité internationale adéquate, fournir un financement d'urgence, soutenir l'initiative de suspension du service de la dette du G20 et fournir des conseils et un soutien aux pays pendant cette crise sans précédent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *