Rendre les économies plus résistantes aux ralentissements – Blog du FMI

Par John Bluedorn et Wenjie Chen

عربي, 中文, Español

Le monde est en proie à la pandémie de COVID-19 et le grand verrouillage qui a suivi a plongé de nombreux pays dans une profonde récession – pire que pendant la crise financière mondiale de 2008-2009. En réponse, les gouvernements et les banques centrales du monde entier ont introduit de fortes mesures fiscales et monétaires discrétionnaires (ponctuelles et spécifiques) pour contrer les retombées économiques causées par la propagation du coronavirus. Les stabilisateurs automatiques existants (tels que les impôts sur le revenu et les allocations de chômage et les allocations aux ménages), qui diffèrent d'un pays à l'autre, ont généralement fonctionné librement, ce qui offre un coussin supplémentaire.

Mais avec des taux d'intérêt à des niveaux record et des dettes publiques à des sommets historiques dans de nombreux pays, comment les économies avancées peuvent-elles se préparer et réagir au mieux aux futurs ralentissements? Analyse dans notre récent Perspectives économiques mondiales achevé avant la pandémie examine comment les économies avancées pourraient renforcer leur résilience aux chocs négatifs dans un tel environnement. Il constate que les mesures de relance budgétaire fondées sur des règles – lorsque la relance est automatiquement déclenchée par la détérioration des indicateurs macroéconomiques – peuvent être très efficaces pour contrer un ralentissement dans de telles conditions.

La relance budgétaire fondée sur des règles peut être très efficace pour contrer un ralentissement.

Un rôle plus important pour la politique budgétaire

Avec des taux d'intérêt proches ou nuls dans les économies avancées, les possibilités de nouvelles baisses de taux conventionnelles sont limitées. Mais les banques centrales peuvent encore utiliser plus intensivement des outils de politique monétaire non conventionnels – comme les achats d'actifs à grande échelle – pour apporter un soutien supplémentaire, comme ils l'ont fait récemment en réponse à la pandémie. Cependant, s'appuyer uniquement sur la politique monétaire pour répondre aux chocs pourrait ne pas suffire et soulève également des questions sur les effets secondaires sur la stabilité financière future et les menaces pesant sur l'indépendance de la banque centrale.

Tout en gardant un œil sur les préoccupations de soutenabilité de la dette à long terme, la politique budgétaire doit jouer un rôle plus important. La mise en place de réponses budgétaires plus automatiques dans les économies avancées pourrait contribuer à renforcer leur résilience face aux futurs chocs défavorables. Si les règles de relance budgétaire sont bien communiquées et établies avant les chocs, elles peuvent contribuer à façonner les attentes et à réduire l'incertitude, atténuant ainsi la baisse d'activité une fois qu'un choc négatif se matérialise.

Des arguments en faveur d'une relance budgétaire plus automatique

Notre étude montre que des mesures de relance budgétaire fondées sur des règles – telles que des transferts temporaires ciblés en espèces à des ménages à faible revenu et limités en liquidités qui interviennent lorsque le taux de chômage dépasse un certain seuil – pourraient être très efficaces pour contrer un ralentissement causé par une déficit de demande typique. Bien que ces mesures de relance soient automatiques, elles sont très différentes des stabilisateurs automatiques traditionnels, qui répondent plutôt à la situation d'un individu (par exemple, une mise à pied dans le cas de l'assurance-chômage ou une baisse des revenus dans le cas d'un impôt progressif sur le revenu). La relance budgétaire fondée sur des règles est particulièrement efficace lorsque les taux d'intérêt sont à leur limite inférieure effective (lorsque les taux ne peuvent pas être abaissés davantage) et que les décalages de la politique budgétaire discrétionnaire sont longs. En outre, les mesures de relance budgétaire après les chocs de la demande ont tendance à être particulièrement puissantes lorsque l'économie a des ressources au chômage et que la politique monétaire est accommodante.

Lorsque la demande chute brutalement, la baisse de la production et l'augmentation des ratios d'endettement sont plus faibles lorsqu'un stimulus budgétaire fondé sur des règles est en place pour soutenir l'économie. En fait, nos résultats suggèrent que lorsque des mesures de relance budgétaire fondées sur des règles sont adoptées, les ralentissements économiques peuvent être contrés presque aussi efficacement que lorsque la politique monétaire peut fonctionner à pleine puissance.

Le choc économique actuel de la pandémie est inhabituel car il a affecté à la fois l'offre et la demande. Même si la volonté politique d'agir s'est rapidement fusionnée en réponse au choc actuel, sa vitesse et sa profondeur inégalées ont compliqué la conception et la fourniture en temps voulu d'un soutien budgétaire discrétionnaire. Lorsque les travailleurs et les entreprises sont incapables de fonctionner pendant que l'épidémie est active, l'efficacité des mesures de relance budgétaire pour stimuler la production (le multiplicateur) est faible. Néanmoins, même dans ces circonstances, une relance budgétaire fondée sur des règles et mise en œuvre à l'avance aurait pu être utile, notamment sous la forme de transferts ciblés. Ces mesures pourraient fournir une assurance-revenu supplémentaire et renforcer le filet de sécurité sociale pour les personnes vulnérables.

Nos résultats suggèrent que les décideurs devraient envisager d’améliorer la réponse automatique de la politique budgétaire aux chocs négatifs, contribuant ainsi à améliorer la résilience de l’économie. Parallèlement, même si les taux d'intérêt ne peuvent plus être baissés, la politique monétaire peut soutenir les mesures de relance budgétaire en période de récession en maintenant une position accommodante, notamment en assouplissant les conditions des marchés financiers.

La conception et l'adoption de nouveaux outils budgétaires – comme les mesures de relance budgétaire fondées sur des règles – et l'amélioration des stabilisateurs automatiques existants prendront du temps et nécessiteront un accord politique. Mais avec les politiques automatiques de relance budgétaire en place, les risques que des obstacles politiques retardent les réponses lorsque les conditions économiques se détériorent sont plus faibles. De plus, lorsque la politique monétaire est limitée, la mise en place de mesures de relance budgétaire fondées sur des règles peut réduire considérablement la probabilité de récessions liées à la demande.

Cela ne signifie pas que la politique budgétaire discrétionnaire devient superflue. En fait, des mesures budgétaires discrétionnaires, adaptées de manière appropriée aux circonstances spécifiques et à la nature du choc négatif – comme le choc pandémique – sont essentielles pour fournir un puissant soutien contracyclique. Mais ils doivent être adoptés et déployés en temps opportun.

Une réponse plus agile aux récessions futures

Compte tenu des retards historiques dans la mise en œuvre des mesures de relance budgétaire discrétionnaires et des effets utiles de la fixation des attentes en adoptant à l'avance des règles d'action, il existe de solides arguments en faveur d'une réponse budgétaire plus automatique aux ralentissements économiques. Notre analyse montre que l'adoption de mesures de relance budgétaire fondées sur des règles peut être très efficace et plus opportune, en particulier lorsque les taux d'intérêt des banques centrales sont proches ou à leur limite inférieure effective et que la politique monétaire est contrainte.

D'après le chapitre 2 des Perspectives de l'économie mondiale, «Contrer les récessions futures dans les économies avancées: politiques cycliques à l'ère des taux bas et de l'endettement élevé», par Michal Andrle, Philip Barrett, John Bluedorn (coresponsable), Francesca Caselli et Wenjie Chen (co-responsable).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *