Redéfinir les obligations vertes de l'Union européenne: des projets d'écologisation aux politiques d'écologisation

Les obligations vertes de l'Union européenne, comme promis par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, pourraient être mieux liées à la réalisation par l'Union de ses objectifs climatiques, plutôt que des critères verts projet par projet.

Dans son premier discours sur l'état de l'Union (16 septembre), la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'est fixé comme objectif de lever par le biais d'obligations vertes 30% des 750 milliards d'euros qui seront empruntés dans le cadre du fonds de relance Next Generation de l'UE. Une telle émission d'obligations vertes de l'UE à grande échelle pourrait réduire les taux d'intérêt et contribuer au lancement d'un marché mondial des obligations vertes fondé sur les règles européennes.

Le défi, cependant, est de garantir que les obligations vertes de l'UE sont vraiment vertes. L’approche standard est que les obligations vertes devraient être réservées à des projets verts qui peuvent se conformer à des critères de «verdure» prédéfinis. Mais ce n'est pas simple car une grande partie de l'argent de l'UE de prochaine génération sera dépensée par les pays de l'UE, qui pourraient trouver cela assez intrusif si la Commission européenne évalue rigoureusement chaque décision de dépenses au niveau national. De plus, il reste difficile de déterminer ce qui compte comme vert et ce qui compte comme des dépenses supplémentaires. Le processus d'évaluation ralentirait probablement la vitesse de mise en œuvre – la rapidité étant essentielle pour un programme de relèvement efficace.

Une solution consisterait à lier les obligations vertes à des résultats plus généraux de la politique environnementale et climatique, plutôt qu'au déploiement spécifique de chaque euro individuel. Ainsi, si l'UE sous-performait par rapport à un indicateur de performance spécifique lié au climat, les obligations paieraient des intérêts proportionnellement plus élevés, pénalisant en fait l'UE pour sa trop grande souplesse en matière de politique climatique. Un indicateur de performance pourrait être les émissions dans le cadre du système d'échange de quotas d'émission de l'UE. Ils sont mesurés avec précision, représentent une part importante des émissions de l'UE, et l'UE a le contrôle sur la réalisation de l'objectif.

Cela présenterait de nombreux avantages. Contrairement à l’évaluation du caractère vert de chaque projet, le coût administratif de la garantie du «caractère vert d’une obligation» serait essentiellement nul. Le nombre de projets éligibles n'étant pas limité, beaucoup plus d'obligations pourraient être générées rapidement. De plus, toutes sortes de problèmes complexes de double comptage, de chevauchement des politiques et d'éviction, qui sont liés aux obligations vertes basées sur des projets, seraient évités. Par conséquent, l'intégrité environnementale des obligations liées à la pollution serait supérieure à celle des obligations individuelles basées sur des projets – le tout serait supérieur à la somme des parties. Ces obligations pourraient légitimement être qualifiées de vertes car elles représenteraient un engagement financier fort de la part de l'UE pour qu'elle atteigne ses objectifs climatiques ambitieux. Enfin, si le cas peut être présenté de manière convaincante, les investisseurs éthiques pourraient être disposés à accepter des taux d'intérêt plus bas pour ces obligations, tant que l'UE atteindra ses objectifs ambitieux.


Republication et référencement

Bruegel se considère comme un bien public et ne prend aucun point de vue institutionnel. Tout le monde est libre de republier et / ou de citer cet article sans consentement préalable. Veuillez fournir une référence complète, indiquant clairement Bruegel et l'auteur concerné comme source, et inclure un hyperlien bien en vue vers le message original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *