Prescriptions politiques pour les systèmes d'épargne-retraite défectueux et inégaux qui perpétuent les inégalités économiques aux États-Unis

ttps: //equitablegrowth.org/ « http://www.w3.org/TR/REC-html40/loose.dtd »>

https://equitablegrowth.org/
Le système d'épargne-retraite aux États-Unis est profondément imparfait.

Aperçu

En dehors de l'accession à la propriété, l'épargne-retraite est le moyen le plus important pour les travailleurs de la classe moyenne et leurs familles de créer de la richesse aux États-Unis. Mais ce deuxième pilier de la création de richesse est terriblement insuffisant pour que la plupart des travailleurs se préparent à une retraite financièrement sûre. Pire encore, la pandémie de coronavirus et la récession qui en résulte obligent de nombreux travailleurs à exploiter leurs économies juste pour rester financièrement à flot.

Trente pour cent des Américains disposant d'un compte d'épargne-retraite ont retiré une partie de leur épargne au cours des 2 mois précédents, plus de la moitié utilisant l'argent pour couvrir les dépenses nécessaires telles que l'épicerie ou les paiements de logement, selon une enquête de mai 2020 réalisée par une unité du prêteur en ligne LendingTree LLC. Selon l'enquête, 19% supplémentaires des épargnants prévoyaient de faire un retrait. Et l'enquête de 2019 sur les finances des consommateurs, ou SCF, récemment publiée par la Réserve fédérale, révèle que même avant la pandémie, 18% des ménages disposant de plus de 2500 dollars dans un compte de retraite avaient moins que ce montant en épargne liquide facilement accessible. Plus d'un ménage noir sur 3 et 22% des familles Latinx se sont retrouvés dans cette situation précaire en 2019.

Ensuite, il y a tant d’autres travailleurs à revenu faible ou moyen qui n’ont tout simplement pas assez d’argent, après les dépenses mensuelles, pour épargner. Leur seul plan d'épargne est la sécurité sociale, qui offre une sécurité de retraite inégale en raison de son admissibilité en fonction de ses antécédents professionnels et d'une formule de prestation minimale inefficace. En fait, il est prouvé que les Américains qui travaillent sont fortement tributaires de la dette – le contraire financièrement débilitant de l'épargne – juste pour joindre les deux bouts.

En effet, les toutes nouvelles données sur l'épargne-retraite de la Réserve fédérale que nous examinons dans cette note de synthèse montrent à quel point ce deuxième pilier de la classe moyenne est vraiment fragile et inéquitable. Les nouvelles données montrent que:

  • Depuis la fin de la grande récession de 2007–2009, le seul groupe démographique mieux nanti en termes de couverture des régimes de retraite est celui des riches – ceux qui se situent dans les 10% supérieurs de l'échelle des revenus.
  • Près des deux tiers des familles hispaniques et près de la moitié des familles noires ne possèdent pas de régime de retraite, comparativement à environ un quart des familles blanches et à moins d'un dixième des familles à revenu élevé.
  • Les familles blanches en âge de travailler ont plus de 3,5 fois l'épargne-retraite de leurs homologues noirs et près de 5,5 fois plus que les familles hispaniques.
  • Les 10% des familles en âge de travailler les plus riches en termes de revenu ont plus d'épargne-retraite que les 90% les plus pauvres réunis.

Certains décideurs reconnaissent ces lacunes de notre système d'épargne-retraite et ont proposé des réformes qui:

  • Augmenter la prestation minimale de la Sécurité sociale et apporter d’autres améliorations au programme, financées en augmentant les charges sociales des très riches ou en réduisant les incitations fiscales pour l’épargne-retraite qui profite de manière disproportionnée aux riches
  • Créer, au niveau fédéral, une version plus musclée du type de plans de l'IRA à inscription automatique des États offrant désormais un moyen simplifié d'épargner à certaines familles à revenu faible et moyen
  • Permettre aux familles d'épargner plus facilement pour leurs besoins à court et à long terme en permettant aux contribuables d'épargner une partie de leur remboursement d'impôt et aux employeurs d'inscrire automatiquement leurs travailleurs à des comptes d'épargne d'urgence

Dans cette note d'information, nous examinons l'état du système d'épargne-retraite aux États-Unis, explorons les profondes disparités raciales et de revenu enchâssées dans ce système, puis détaillons ces solutions politiques possibles.

L'état de l'épargne-retraite aux États-Unis aujourd'hui

Tout comme l'accession à la propriété, les politiques publiques sont utilisées pour aider les travailleurs à épargner pour la retraite. Il existe des comptes de retraite fiscalement avantageux, tels que les comptes de retraite individuels parrainés par l'employeur, ou IRA, et 401 (k), qui permettent aux familles de reporter les impôts sur l'épargne et les revenus de placement sur ces économies, jusqu'au retrait à la retraite. Ces deux véhicules d'épargne «à cotisations définies» sont les régimes de retraite les plus appréciés.

Mais il existe d'autres types de comptes de retraite fiscalement avantageux. Ils comprennent 403 (b) s pour les organismes sans but lucratif, un certain nombre de plans destinés aux petites entreprises et aux entreprises individuelles, y compris les plans de contrepartie d'incitation à l'épargne pour les employés, ou des IRA SIMPLES, des régimes de retraite simplifiés des employés, des IRA de déduction sur la paie et des plans Keogh pour les travailleurs indépendants travailleurs et petites entreprises. Il existe également des versions dites Roth de certains de ces comptes, dans lesquelles les cotisations sont effectuées avec de l'argent après impôt, de sorte que les retraits à la retraite sont entièrement libres d'impôt.

Ces comptes de retraite sont le seul endroit où les épargnants de la classe moyenne et de la classe moyenne obtiennent un minimum d'exposition aux investissements en actions, avec tous les avantages et tous les risques qui en découlent. Pourtant, la grande majorité des actions sont détenues par de riches Américains blancs.

Il est important de se rappeler, cependant, que la richesse de retraite privée s'ajoute à la sécurité sociale, un programme public qui est garanti à tous les Américains qui passent au moins 10 ans dans la population active formelle. Le montant moyen actuel des prestations pour les retraités de la sécurité sociale est de 1 514 $ par mois, mais le montant est beaucoup plus faible pour ceux qui ont des antécédents de travail limités et de bas salaires pendant leurs années de travail.

Mais avant même que les Américains puissent commencer à compléter leur sécurité sociale en épargnant dans des comptes fiscaux privilégiés, ils doivent avoir accès à un compte au travail. Techniquement, les individus peuvent ouvrir un IRA par eux-mêmes, mais la recherche comportementale nous dit que c'est très rare car cela prend l'initiative et le savoir-faire de la part de familles occupées et à court d'argent.

Les entreprises qui ne se contentent pas de fournir un compte, mais qui assument également les responsabilités d’investissement et garantissent une prestation définie à la retraite, sont également extrêmement rares dans l’économie d’aujourd’hui. Dans un changement de risque aux proportions épiques, ces régimes à prestations définies ont été largement remplacés au cours des trois dernières décennies par des régimes à cotisations définies, qui incluent la grande majorité des véhicules d'épargne énumérés ci-dessus (bien que certains régimes Keogh puissent être mis en place comme défini les régimes d'avantages sociaux et parfois les IRA sont considérés comme une catégorie distincte).

Nouvelles données sur la couverture retraite et les soldes des comptes

Selon l'Enquête sur les finances des consommateurs de la Réserve fédérale, une enquête triennale publiée la semaine dernière, 63,3% des familles aux États-Unis avaient un plan de retraite quelconque en 2019, probablement d'un emploi actuel ou ancien. (Voir la figure 1.)

Figure 1

ttps: //equitablegrowth.org/ « http://www.w3.org/TR/REC-html40/loose.dtd »>

https://equitablegrowth.org/

Parmi les familles dont le chef de ménage était âgé de 25 à 64 ans, 63,2% possédaient un compte de retraite. (Voir la figure 2.)

Figure 2

ttps: //equitablegrowth.org/ « http://www.w3.org/TR/REC-html40/loose.dtd »>

https://equitablegrowth.org/

Ces données sont à peu près alignées sur la plus récente enquête nationale sur la rémunération du Département du travail des États-Unis, ou NCS, qui estime que 71% des travailleurs actuels se voient proposer un plan de retraite dans le cadre de leur travail, 78% d'entre eux acceptant l'offre. Cela se traduit par un taux de participation de 55%. Les taux d'offre sont considérablement plus élevés dans les lieux de travail syndiqués (94%), dans les grandes entreprises (89% dans les entreprises de 500 employés ou plus) et dans les entreprises à main-d'œuvre bien rémunérée (90% lorsque le salaire moyen de l'entreprise tombe dans le quart supérieur des la répartition des revenus).

Les chiffres du NCS datent de mars 2020, juste au moment où la pandémie de coronavirus frappait les États-Unis, et les chiffres du SCF datent de 2019, avant les crises actuelles de santé publique et économique. Les deux séries d'enquêtes en disent plus aux décideurs politiques sur la santé financière des familles américaines entrant dans la récession du coronavirus, plutôt que sur leur situation actuelle.

Alors que la couverture de retraite globale est restée stable au cours des deux dernières décennies et demie, les chiffres supérieurs masquent le passage susmentionné des régimes d'épargne à prestations définies à des régimes d'épargne à cotisations définies, ce qui est particulièrement évident chez les Américains en âge de travailler, comme on le voit dans Figure 2.

Les inégalités économiques perpétuées par le système d'épargne-retraite américain

Les conséquences de la crise financière de 2008 et de la Grande Récession qui en a résulté sont également masquées, dans une certaine mesure, qui continuent d'avoir un impact négatif durable sur la couverture de retraite des Américains en âge de travailler. De nouvelles données de l'Enquête sur les finances des consommateurs de 2019 confirment cet effet sur la race et le revenu.

Les données montrent que le seul groupe démographique mieux loti depuis cette crise en termes de couverture des régimes de retraite sont les riches – ceux qui se situent dans les 10 pour cent supérieurs de l'échelle des revenus. En conséquence, les écarts de taux de couverture entre les familles blanches, les familles à revenu élevé et tous les autres n'ont fait que se creuser. Près des deux tiers des familles hispaniques et près de la moitié des familles noires ne possèdent pas de régime de retraite, contre environ un quart des familles blanches et moins d'un dixième des familles à revenu élevé. (Voir la figure 3.)

figure 3

ttps: //equitablegrowth.org/ « http://www.w3.org/TR/REC-html40/loose.dtd »>

https://equitablegrowth.org/

Les soldes des comptes d'épargne-retraite dressent également un tableau inquiétant. La moyenne globale de 119 000 $ équivaudrait à seulement 505 $ par mois à la retraite. Ce calcul est basé sur le calculateur de revenu à vie du département américain du Travail et suppose que les 119000 $ sont utilisés pour acheter une rente unique sans prestation de survivant, à compter de 65 ans.Même en supposant que les 119000 $ appartenaient à une personne de 45 ans aujourd'hui (donc qu'il pourrait croître à un taux nominal de 7% par an sur 20 ans), le montant du revenu viager fourni ne serait que de 1 102 $ par mois.

De plus, cette moyenne de 119 000 dollars cache d’importantes inégalités. Les familles blanches en âge de travailler ont plus de 3,5 fois l'épargne-retraite de leurs homologues noirs et près de 5,5 fois plus que les familles hispaniques. Ces écarts raciaux illustrent la façon dont la discrimination et le racisme structurel imprègnent tous les aspects de la vie économique aux États-Unis, depuis plus de quatre siècles. Les 10% des familles en âge de travailler les plus riches en termes de revenu ont plus d'épargne-retraite que les 90% les plus pauvres réunis. (Voir le tableau 1.)

Tableau 1

ttps: //equitablegrowth.org/ « http://www.w3.org/TR/REC-html40/loose.dtd »>

https://equitablegrowth.org/

De plus, les retraits anticipés de ces comptes de retraite épuisent souvent les soldes des comptes prématurément. Selon une enquête de la Fondation Robert Wood Johnson, au moins 4 ménages latino-américains, noirs et amérindiens sur 10 ont utilisé la totalité ou la plupart de leurs économies pour faire face aux conséquences de la récession du coronavirus. Certaines «fuites» des comptes de retraite sont le résultat d'un assouplissement récemment adopté des pénalités de retrait anticipé, qui facturent normalement aux épargnants des frais de 10 pour cent pour accéder à l'argent de retraite plus tôt. Cet assouplissement s'est produit parce que le Congrès voulait aider les Américains souffrant financièrement au milieu de la récession du coronavirus, mais même lorsque la sanction était intacte, les fuites sont courantes, en particulier pour les familles qui manquent d'autres sources d'économies d'urgence.

Cela a souvent du sens du point de vue du ménage: à quoi bon 15 000 $ dans 20 ans si le loyer est dû cette semaine? Selon l'enquête 2019 de la Fed sur l'économie et la prise de décision des ménages, 37% des familles disent qu'elles devraient emprunter ou vendre quelque chose pour couvrir une dépense hypothétique inattendue de 400 $. Et le SCF qui vient de paraître constate qu'en 2019, 18% des ménages ayant plus de 2500 $ en compte de retraite avaient moins que cela en épargne liquide facilement accessible. Plus d'un ménage noir sur 3 et 22% des familles Latinx se trouvent dans cette situation précaire.

Prescriptions politiques

Il existe un certain nombre d'idées politiques intéressantes pour résoudre ce réseau complexe de problèmes. Les propositions les plus radicales appellent à développer la sécurité sociale. La loi sur la sécurité sociale 2100 proposée par le représentant John Larson (D-CT), par exemple, augmenterait les prestations du programme, y compris la prestation minimale. Augmenter la prestation minimale contribuerait grandement à réduire la pauvreté chez les personnes âgées et à inverser le transfert de risque susmentionné qui a imposé aux individus une lourde charge de gérer leurs propres investissements et de prévoir leurs dépenses de retraite dans le futur. L'argent pour une telle expansion pourrait provenir de l'assouplissement du plafond des salaires couverts par la taxe sur les salaires de la sécurité sociale, qui ne s'applique aujourd'hui qu'aux premiers 137 700 $ de salaire. La loi 2100 sur la sécurité sociale appliquerait la taxe sur la masse salariale aux salaires supérieurs à 400 000 dollars, affectant les 0,4 pour cent des salariés les plus riches.

L'expansion de la sécurité sociale pourrait également être financée en réduisant les incitations fiscales actuelles accordées à l'épargne-retraite privée. Comme il est bien documenté, la grande majorité des avantages des allégements fiscaux actuels pour la retraite vont aux Américains les plus riches – et offrent en fait davantage d'avantages, en dollars et en pourcentage, plus on monte dans l'éventail des revenus. Ce système à l'envers coûte aux contribuables environ 250 milliards de dollars chaque année, selon l'estimation 2019 du Comité mixte sur la fiscalité des dépenses fiscales suivantes: régimes Keogh (14,4 milliards de dollars), régimes à prestations définies (84,8 milliards de dollars), régimes à cotisations définies (125 dollars) milliards), les IRA traditionnels (18,2 milliards de dollars) et les IRA Roth (7,7 milliards de dollars). Au total, cela représente environ 15 pour cent de toutes les recettes fiscales fédérales.

Même si elle n'est pas associée à une expansion de la sécurité sociale, la réduction de cette dépense fiscale régressive serait une bonne politique publique. Aujourd'hui, les riches Américains (qui épargneraient sûrement une grande partie de leurs revenus abondants même sans aucun incitatif fiscal) peuvent mettre à l'abri 57000 $ par an dans un compte de retraite parrainé par leur employeur (en supposant qu'ils soient des travailleurs autonomes ou qu'ils aient créé une petite entreprise, ce qui est assez facile à faire), presque égal au revenu total de la famille médiane américaine en 2019. Il est vrai que les propriétaires d'entreprise qui profitent de l'allégement fiscal de 57 000 $ doivent également mettre un plan à la disposition de leurs employés, mais même aujourd'hui, avec cette généreuse incitation intacte, de nombreuses entreprises choisissent de ne pas parrainer du tout de régimes.

Le plafonnement du montant total qui pourrait être épargné dans un compte de retraite fiscalement avantageux (par exemple, le montant nécessaire pour financer ample rente) ou de limiter la déduction fiscale autorisée pour ceux qui se trouvent dans la tranche supérieure de l'éventail des revenus serait un moyen raisonnable, même si petit, pour le gouvernement de cesser de subventionner la concentration massive de la richesse au sommet.

Il n'est donc pas surprenant que le secteur financier s'oppose à ces réformes potentielles, affirmant que la réduction des incitations fiscales signifierait une réduction globale de la couverture de l'épargne-retraite. Ce qui est peut-être plus surprenant, cependant, c’est l’opposition du secteur financier à des tentatives beaucoup plus modestes visant à rendre le système d’épargne du pays plus égalitaire.

Prenez, par exemple, les plans IRA à inscription automatique des États ou les IRA automatiques. La Californie, l'Oregon, l'Illinois et un certain nombre d'autres États ont récemment lancé des plans d'inscription automatique universelle qui placent dans les Roth IRA parrainés par le gouvernement une petite partie (généralement 5%) du salaire de tous les travailleurs qui n'auraient pas autrement accès à une retraite. plan au travail. Les travailleurs sont libres de se retirer, mais la plupart acceptent, ce qui témoigne de la puissance du défaut.

Étant donné que ces régimes d'auto-IRA d'État sont vastes et gérés publiquement, les frais d'investissement et d'administration sont faibles – une considération importante, étant donné le mélange déroutant de frais élevés et souvent cachés qui affligent les IRA du secteur privé et les 401 (k) s. De plus, étant donné que les contributions à ces plans IRA gérés par l’État sont après impôts, il n’ya pas de pénalité pour retirer l’argent tôt si l’épargnant a besoin de l’argent le plus tôt possible.

Même s'il s'agit de petits épargnants qui mettent de côté leur propre argent (il n'y a pas de contribution de l'employeur ou du gouvernement), les prestataires de retraite privés se sentent toujours menacés, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles les législateurs fédéraux conservateurs, généralement défenseurs des droits des États, poussent continuellement à anticiper la capacité des États à poursuivre ces programmes. Heureusement, les États ont pu aller de l'avant, même si les programmes commencent à peine à démarrer. Même s'ils sont mis en œuvre avec succès, cependant, les soldes des comptes dans ces régimes d'auto-IRA d'État seront probablement faibles, compte tenu de la population à faible revenu qu'ils ciblent et de l'absence de contrepartie de l'employeur ou du gouvernement.

Il existe un certain nombre de propositions fédérales qui iraient plus loin que les États à cet égard. Le plus remarquable est le Saving for the Future Act des Sens. Chris Coons (D-DE) et Amy Klobuchar (D-MN). Le projet de loi élargirait l'accès aux régimes transférables à ceux qui ne sont actuellement pas couverts et exigerait des cotisations de l'employeur.

Enfin, pour remédier au manque d’épargne d’urgence à court terme des Américains, un groupe bipartite de sénateurs a proposé le Refund to Rainy Day Savings Act et le Strengthening Financial Security Through Short-Term Savings Accounts Act. Le premier permettrait aux travailleurs de mettre de façon transparente une partie de leur remboursement d'impôt dans un compte portant intérêt pour une utilisation plus tard dans l'année, et le second permettrait aux employeurs d'inscrire automatiquement leurs travailleurs dans un compte «side-car» pour l'épargne à court terme, aux côtés du compte de retraite moins liquide. Ces idées reflètent celles qui ont été incluses dans notre essai Vision 2020 des économistes Emily Wiemers de l'Université de Syracuse et Michael Carr de l'Université du Massachusetts à Boston sur l'amélioration du bien-être économique à court et à long terme des travailleurs.

Aucune de ces solutions politiques proposées à la fracture croissante de l'épargne-retraite ne suffirait à elle seule à combler l'écart entre les nantis et les démunis, et entre les épargnants blancs et les épargnants de couleur. Mais ces propositions politiques sont des idées fondées sur des preuves qui, au bon moment politique, pourraient se conjuguer avec d’autres réformes politiques pour améliorer la sécurité financière des familles américaines de classe moyenne et faible et libérer le véritable potentiel économique du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *