Pourquoi les Houthis du Yémen attaquent-ils maintenant Riyad?

Dans la nuit de samedi 28 mars, deux missiles ont été tirés sur la capitale saoudienne de Riyad. Ils ont été interceptés par les défenses saoudiennes, mais deux Saoudiens ont été blessés lors de la chute des débris. Un autre missile a été tiré sur la ville de Jazan. C’est la première attaque contre la capitale saoudienne depuis les attaques dévastatrices de l’Iran en septembre dernier contre la raffinerie de pétrole d’Abqaiq.

Les Houthis au Yémen ont pris le crédit de l'attaque. Ils ont dit que des missiles Zulfiqar ont été utilisés, une référence à l'épée d'Ali, le héros des musulmans chiites. Un jour plus tôt, les Houthis ont utilisé des drones pour attaquer les villes frontalières saoudiennes proches du Yémen. Les Saoudiens ont riposté par des frappes aériennes à Sanaa et Hodeida dans le nord du Yémen, contrôlé par les Houthis.

L’ONU tente de tirer parti de la pandémie de coronavirus pour obtenir un cessez-le-feu au Yémen afin de concentrer les maigres ressources du pays pour lutter contre le virus. Tous les partis internes – y compris le gouvernement du président Mansour Hadi et les Houthis, ainsi que les Saoudiens et les Iraniens – ont salué l'initiative des Nations Unies. Aucun accord officiel n'est entré en vigueur, mais les Houthis n'ont pas tiré de missile sur la capitale saoudienne depuis un an. Depuis les frappes de septembre par l'Iran, la guerre aérienne et antimissile s'est désamorcée.

Le Yémen n'a pas encore signalé d'épidémie de COVID-19, mais son système de soins de santé primitifs n'est pas en état de faire face à une épidémie. Les Saoudiens ont systématiquement ciblé l'infrastructure sanitaire du pays au cours des quatre dernières années. Lorsque le virus arrive, une catastrophe humanitaire déjà catastrophique va empirer. Des millions de Yéménites, en particulier des enfants, souffrent de malnutrition grave et sont très vulnérables.

Alors pourquoi les Houthis attaquent-ils maintenant Riyad? Il a toujours été difficile d'obtenir des informations sur la guerre au Yémen, et en particulier sur les Houthis, et la pandémie mondiale a attiré l'attention des médias.

Une partie de la raison, probablement, est que les Houthis gagnent. Depuis janvier, ils ont fait des progrès importants sur le terrain, en particulier dans la province de Jawf, le long de la frontière saoudienne. Ils sont maintenant prêts à attaquer la ville de Marib, le dernier bastion des loyalistes Hadi dans le nord. Les Houthis les plus militants sont probablement réticents à renoncer à cet avantage sur le terrain.

L'Iran est impliqué dans la prise de décision des Houthis. Téhéran souhaite sans aucun doute que le royaume saoudien reste enlisé dans le marécage yéménite. Les milices soutenues par l'Iran intensifient également les tirs de roquettes contre les positions américaines en Irak, et l'Iran met en place une campagne bien orchestrée pour annuler les sanctions américaines. Et ils le font tout en renforçant leur position en Irak et dans le Golfe vis-à-vis des États-Unis. COVID-19 peut prendre autant de vies iraniennes que la guerre de 8 ans avec l'Irak dans les années 1980, mais au moins à la fin de cette crise, l'Iran est prêt à atterrir dans une position stratégique plus forte.

L'Arabie saoudite et l'Iran mènent depuis 40 ans des guerres par procuration depuis la révolution iranienne. Le Yémen fait désormais partie des victimes de ce conflit. Ironiquement, Riyad est désormais sous le feu, pas Téhéran.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *