Plomberie cassée: Comment les systèmes de secours économique en réponse à la récession du coronavirus ont échoué à l'économie américaine

ttps: //equitablegrowth.org/ « http://www.w3.org/TR/REC-html40/loose.dtd »>

https://equitablegrowth.org/

Aperçu

Les contractions économiques soudaines sont dangereuses. Les individus subissent des chocs de revenu qui les laissent affamés, malades et effrayés. Et si rien n'est fait, ces chocs se propagent. Lorsque les gens perdent un revenu, ils arrêtent de dépenser, les entreprises perdent des clients, les licenciements commencent, plus de gens perdent un revenu et plus de gens arrêtent de dépenser. Ce cycle envoie des difficultés dans la population.

Des systèmes de distribution économique bien conçus pour absorber ces chocs sont essentiels pour mettre fin à ce cycle, mais certains décideurs aux États-Unis les construisent mal intentionnellement. Ils conçoivent bien des systèmes qui transfèrent de l'argent aux puissants mais utilisent des systèmes de distribution défectueux comme un moyen détourné de tasser l'aide et l'assistance aux gens ordinaires.

Pour comprendre comment les systèmes de prestation économique peuvent arrêter le cycle de contraction économique, il est instructif de revenir sur les deux dernières décennies. Les économistes ont tiré une leçon claire de la Grande Récession il y a dix ans: fournir de l'argent aux personnes et aux familles les plus durement touchées est l'un des meilleurs outils pour briser le cycle de la contraction économique. Lorsque les gens ont de l’argent pour acheter des biens et des services essentiels, les entreprises maintiennent leur clientèle et n’ont pas besoin de licencier du personnel. Et, comme l'économiste de l'Université Harvard et membre du comité directeur de la croissance équitable Karen Dynan et les recherches de ses coauteurs l'ont constaté, fournir de l'argent aux Américains de la classe ouvrière et moyenne est le meilleur moyen de créer un cycle vertueux pour stabiliser l'économie américaine dans un contexte économique. ralentissement.

Au début de la récession du coronavirus, le Congrès a réalisé cela et a agi, en s'appropriant plus de 2,3 billions de dollars pour mettre fin à la forte récession économique. Mais affecter de l'argent aux particuliers et aux familles ne suffit pas. L'argent doit réellement atteindre les consommateurs pour qu'ils puissent le dépenser et stabiliser l'économie.

Quelles sont les étapes entre les décideurs politiques agissant et les familles ayant de l'argent à dépenser pour répondre à leurs besoins? Une métaphore peut être instructive ici. Pensez aux ressources appropriées comme de l'eau, stockée dans un aquifère. Lorsque les ressources sont livrées efficacement, un consommateur ouvrira le robinet de son lavabo et l'eau coulera. Pour aller de l'aquifère au robinet, l'eau circule dans un système de plomberie. Lorsqu'il y a des problèmes de plomberie, les consommateurs trouvent leurs robinets vides.

Des systèmes de livraison qui fonctionnent bien, comme les systèmes de plomberie, sont essentiels pour arrêter le cycle de contraction économique. Au début de la récession du coronavirus, le Congrès a décidé de fournir de l'argent aux consommateurs à l'aide de divers programmes. Chaque programme a son propre ensemble de systèmes de plomberie, confronté à ses propres défis. Comme le note l'économiste Esther Duflo du Massachusetts Institute of Technology, les économistes ont la responsabilité non seulement de créer des modèles théoriques, mais aussi de s'engager dans le travail compliqué et compliqué de s'assurer que notre «plomberie» économique est efficace.

Il est tentant de regarder notre plomberie cassée et de se sentir résigné qu'il doit en être ainsi. La réparation des systèmes de livraison est une tâche relativement ennuyeuse et résolument difficile. Mais cette perspective passe à côté d'un fait important: pour certaines personnes et certaines entreprises, les systèmes de livraison fonctionnent bien. En fait, ils ont tendance à être incroyablement efficaces pour les membres les plus puissants de notre société. Ce n'est pas qu'une bonne plomberie soit trop difficile à construire ou qu'elle se décompose naturellement avec le temps. Au contraire, nos décideurs sous-traitent intentionnellement les systèmes qui fournissent de l'aide aux gens ordinaires, tout en maintenant discrètement des systèmes qui acheminent efficacement les ressources vers les puissants.

L'utilisation d'une plomberie défectueuse est un moyen discret de couper l'aide à ceux qui en ont grand besoin mais qui ont peu de pouvoir politique. Cela peut également être un moyen de fournir de l'aide par le biais de canaux qui offrent des opportunités lucratives aux systèmes de plomberie privés qui surgissent pour combler les lacunes laissées ouvertes par une plomberie publique absente ou rouillée. Dans les bons moments, les fardeaux de ce système sont principalement supportés par les personnes très vulnérables. Dans les moments difficiles, les chocs économiques se propagent plus largement et les problèmes de plomberie touchent plus de personnes.

Ci-dessous, nous détaillons quatre systèmes de prestation chargés de fournir des secours pendant la récession du coronavirus – secours ciblant les petites et grandes entreprises, assurance-chômage, paiements directs aux consommateurs et programmes de congés payés – chacun d'eux emblématique d'un problème de plomberie différent. En regardant les programmes de sauvetage des entreprises, nous voyons des tuyaux bien conçus pour couler facilement vers les personnes avec du courant, tandis que les robinets des moins puissants restent secs. En ce qui concerne l’assurance-chômage, nous constatons que l’on ne parvient pas à investir dans les tuyaux, ce qui empêche ces prestations d’aller sans heurts aux personnes qui en ont le plus besoin. En regardant les paiements directs, nous voyons qui profite lorsque la plomberie est acheminée par des systèmes privés coûteux qui se tordent et tournent, permettant aux puissants de siphonner la plomberie. Et en regardant les congés payés, nous voyons ce qui se passe lorsque les décideurs ne construisent aucun tuyau et doivent soudainement ouvrir un robinet lorsque l'économie frappe une sécheresse.

Pour résumer les conclusions de cette note de recherche, les décideurs doivent investir dans notre infrastructure économique si notre économie veut sortir de la crise COVID plus résiliente. Ceci comprend:

  • Réorganiser la plomberie pour fournir de l'aide à ceux qui en ont le plus besoin d'une manière aussi rapide que notre plomberie la plus sophistiquée pour les personnes bien connectées et disposant de ressources suffisantes. Ce problème est très net en ce qui concerne les programmes de sauvetage des entreprises.
  • Réparer la plomberie cassée qui a été dégradée par des années de négligence délibérée. Un exemple de cette plomberie rouillée est incarné par la dégradation de nos systèmes d'assurance-chômage.
  • Réacheminer la plomberie pour fournir de l'aide directement aux plus vulnérables et éliminer les déviations coûteuses qui se produisent en cours de route. Cette note explique comment un système de paiement public a été supplanté par des canaux de distribution privés qui sont à la fois plus lents et plus coûteux pour nos personnes et nos familles les plus vulnérables.
  • Construire une nouvelle plomberie pour les nouveaux programmes qui investissent dans une économie équitable. L'absence d'une infrastructure de prestation de congés payés a entravé notre capacité à mettre en place rapidement et efficacement cela au milieu de la pandémie de coronavirus.

Programmes de sauvetage des entreprises – plomberie inégale

Défis des systèmes de sauvetage des petites entreprises

Des écrits précédents du Washington Center for Equitable Growth expliquent comment les mécanismes d'aide aux petites entreprises sont ad hoc, inconnus et difficiles à mettre à l'échelle pour atteindre toutes les entreprises touchées, tandis que les mécanismes d'aide aux entreprises de taille moyenne à grande sont efficaces et bien pratiqués. , et peut être déployé à grande échelle. En d'autres termes, la plomberie économique pour aider nos petites entreprises est rouillée et dégradée, tandis que la plomberie qui dessert les moyennes et grandes entreprises est solide et résiliente.

Comment cela se passe-t-il pendant la récession des coronavirus? Des articles de presse déclarent que «la mort des petites entreprises est là», malgré les 670 milliards de dollars approuvés par le Congrès pour sauver les petites entreprises via le programme de protection des chèques de paie. Les rapports montrent que les propriétaires de petites entreprises n'étaient pas convaincus de pouvoir satisfaire aux exigences du PPP à temps pour que les prêts se transforment en subventions, et que même pour ceux qui ont reçu des prêts aux petites entreprises, le soutien peut ne pas être suffisant pour couvrir les dépenses pendant les périodes obligatoires. verrouillage ou fermeture partielle des entreprises. Une enquête sur la recherche sur le programme de protection des chèques de paie montre que les prêts n'étaient pas correctement ciblés sur les zones géographiques les plus durement touchées par la pandémie ou ses effets économiques, et n'étaient pas conçus de manière à empêcher les licenciements évitables. Étant donné que l'assistance fournie par le PPP était relativement peu profonde par rapport au choc subi par la plupart des petites entreprises, le programme a fini par servir de soutien de liquidité aux petites entreprises qui avaient besoin d'un coup de pouce temporaire, plutôt que de bouée de sauvetage pour les entreprises les plus dévastées.

Le financement est probablement arrivé trop tard pour de nombreuses entreprises. Une étude récente d'Opportunity Insights, dirigée par Raj Chetty, ancien membre du Comité directeur de la croissance équitable, révèle que les petites entreprises fournissant des services nécessitant un contact en personne dans certains codes postaux ont vu leurs revenus chuter de 80%, en grande partie avant que l'argent de sauvetage du gouvernement ne soit même disponible. En outre, les premières recherches d'enquête montrent que les petites entreprises appartenant à des entrepreneurs noirs et latino-américains souffrent particulièrement.

L'histoire est différente pour les moyennes et grandes entreprises, dont l'aide est venue en grande partie via des interventions de prêteur de dernier recours de la Réserve fédérale plutôt que par des crédits du Congrès. Les engagements déclarés de la Réserve fédérale à soutenir l’économie à travers un certain nombre d’interventions ont eu pour effet de renforcer la capacité de ces entreprises à mobiliser des capitaux, avant même que la plupart des actions politiques ne soient entreprises. Ainsi, peu importe quand la Fed commence à prêter aux entreprises ou à acheter leurs obligations, car la simple assurance que la Fed interviendra suffit à apaiser les marchés qui servent les moyennes et grandes entreprises. Les entreprises américaines de bonne qualité ou les plus solvables ont émis des montants de dette record au cours des premiers mois de la récession du coronavirus et ont continué de le faire. Les junk bonds, ou ceux qui sont soutenus par des entreprises moins solvables mais toujours de taille moyenne à grande, rebondissent également fortement.

L'écart entre les programmes efficaces de sauvetage des entreprises pour les moyennes et grandes entreprises et les programmes de sauvetage des petites entreprises à la traîne était connu des décideurs bien avant que la pandémie de coronavirus ne provoque la dernière récession. Après la crise financière mondiale d'il y a dix ans, les bénéfices de la bourse et des banques ont rebondi rapidement, tandis que les petites entreprises se sont redressées beaucoup plus lentement. Alors que la Réserve fédérale à l'époque était en mesure de calmer les marchés grâce à des interventions de politique monétaire et de renflouer les grandes entreprises financières en quelques jours seulement, les programmes de sauvetage des petites entreprises n'ont jamais été réorganisés.

Avance rapide jusqu'à aujourd'hui. Les marchés croient à juste titre, le président de la Fed, Jerome Powell, lorsqu'il dit que la Réserve fédérale «ne va pas manquer de munitions», en grande partie parce que la Fed a pris des mesures extraordinaires il y a dix ans face à la crise précédente.

Les petites entreprises n'entendent pas les mêmes assurances et n'auraient aucune raison de croire à de telles déclarations même si elles étaient déclarées. En fait, de nombreux rapports de surveillance du gouvernement et des articles de journalisme documentent à quel point l'aide aux petites entreprises a tardé à arriver pour les entreprises admissibles après des catastrophes naturelles au cours de la dernière décennie. Ce schéma a été reproduit à plus grande échelle pendant la crise actuelle, lorsque la Small Business Administration des États-Unis a été chargée de déployer des fonds fournis via le programme de protection des chèques de paie pour les petites entreprises en difficulté.

Il y a certainement des exemples de réussite pour les petites entreprises en raison du programme de protection des chèques de paie, mais l'aide aux petites entreprises a également été en proie à un chaos administratif lors de sa création. Le site Web de la Small Business Administration s'est écrasé le premier jour de son lancement et plusieurs fois par la suite, et de nombreuses petites entreprises restent en grave danger. Une enquête auprès des propriétaires de petites entreprises montre que plus de la moitié d'entre eux s'attendent à être en faillite dans les 6 mois suivant la réalisation de l'enquête en avril 2020.

Recherche de profit dans les systèmes de sauvetage privés

Dans le cas des deux programmes – tant les efforts insuffisants de sauvetage des petites entreprises que les efforts efficaces de sauvetage des moyennes et grandes entreprises – il convient de noter que le gouvernement n'avait pas l'infrastructure pour administrer directement les programmes. En fait, chacun d'eux était administré par des agents du secteur financier, plutôt que par la fourniture directe d'assistance publique.

Cela signifie que certaines entreprises privées, généralement les plus favorisées et les mieux connectées, profitent du déploiement des aides au sauvetage dirigé par les contribuables. Ce profit représente des fonds qui renforcent le pouvoir politique existant et qui pourraient autrement être redirigés vers l'aide à ceux qui souffrent.

Dans le cas des programmes de sauvetage des petites entreprises, la Small Business Administration, manquant de personnel ou de capacité technique pour prêter des centaines de milliards de dollars en utilisant la capacité interne, s'est appuyée sur les institutions financières pour assurer la fourniture de l'aide financière des contribuables aux petites entreprises éligibles. En échange de ces services, les prêteurs ont reçu plus de 18 milliards de dollars de revenus d'honoraires provenant du traitement des prêts du Programme de protection des chèques de paie – argent qui a été déduit du pool de financement disponible pour les petites entreprises.

En passant l'aide par l'intermédiaire du secteur bancaire, le programme a également renforcé les inégalités existantes dans le crédit aux petites entreprises, du moins selon des rapports anecdotiques. Le New York Times ont signalé qu'un grand prêteur aux petites entreprises a mis en place un «service de conciergerie» pour les clients commerciaux VIP, leur permettant de contourner les temps d'attente dans les centres d'appels et d'éviter le snafus du portail en ligne. Comme indiqué précédemment, d'autres histoires ont documenté les difficultés rencontrées par les petites entreprises appartenant à des Black et Latinx pour accéder aux fonds, répétant la discrimination de longue date dans le financement des petites entreprises par le secteur bancaire.

Encore une fois, ce choix politique n'est pas inévitable. Le Congrès aurait pu trouver des moyens de rémunérer directement les entreprises en utilisant des systèmes similaires aux meilleures pratiques de l'étranger. Le programme de sauvetage des entreprises du Danemark, par exemple, a demandé aux entreprises de demander directement à l’autorité commerciale danoise une aide au sauvetage. Le Danemark est maintenant sur la bonne voie pour un effondrement beaucoup moins dramatique du PIB cette année, par rapport aux pays pairs, en raison à la fois du succès des mesures de santé publique et des programmes de sauvetage économique dans le pays. Une administration américaine des petites entreprises efficace et déjà bien développée, avec des relations préexistantes avec l'IRS ou des sociétés de traitement de la paie, aurait pu travailler pour libérer l'aide de manière plus efficace et équitable.

Une expérience naturelle aux États-Unis est l'État du Dakota du Nord, qui a dirigé le pays dans le financement de sauvetage des petites entreprises reçu par travailleur de petite entreprise dans l'État. Les observateurs attribuent à la Bank of North Dakota, une banque publique, l'État leader dans le déploiement de fonds pour les petites entreprises. Selon les propos de Robert Hockett, professeur de droit à l'Université Cornell et ancien élève de la Federal Reserve Bank of New York, dans un commentaire à Le Washington Post, «Il n'y a pas eu de fuite – le genre de tarification ridicule qui a tendance à se produire lorsque vous le faites via des entités bancaires plus importantes.»

Il a ajouté que le modèle du Dakota du Nord « n'est pas vraiment conçu pour maximiser les lignes de revenus en trouvant autant d'endroits où évaluer les frais ou les frais de courtage que possible. » Bien que la banque offre peu de services de détail ou de prêts directs, elle a servi de centre d'échange aux banques communautaires, les informant sur le nouveau programme, assurant la coordination dans tout l'État et achetant des tranches de prêts auprès de prêteurs locaux si nécessaire. La quantité et le type d'aide disponible dans le Dakota du Nord étaient clairement bien pratiqués et adaptés à l'ampleur de la crise dans l'État.

Dans le cas des programmes de sauvetage des grandes entreprises, les entreprises à but lucratif sont également au centre des programmes d'aide. La Réserve fédérale est soutenue par les sociétés de gestion d'actifs BlackRock, Inc. pour l'achat d'obligations d'entreprises et Pimco Company pour l'achat de papier commercial. Les deux sont des programmes conçus pour améliorer la santé financière des grandes entreprises. Au total, BlackRock et Pimco sont sous contrat pour acheter des centaines de milliards de dollars d’investissements financiers pour le compte de la Fed, avec BlackRock, par exemple, qui devrait gagner environ 40 millions de dollars de bénéfices grâce aux services qu’il fournit.

Cela soulève d'importantes préoccupations en matière de conflits d'intérêts, car chaque société est également un actionnaire ou un obligataire important dans de nombreuses sociétés dont elle peut acheter des investissements financiers au nom des contribuables. Dans le cas de BlackRock, la société a également été chargée d'acheter des fonds négociés en bourse, et les premiers rapports montrent que les ETF BlackRock étaient les principaux bénéficiaires des achats de BlackRock en tant qu'agent de la Réserve fédérale. D'autres observateurs signalent des normes de conflit d'intérêts relativement laxistes en place dans les contrats d'agent financier de la Réserve fédérale, ce qui permet un accès potentiellement injuste aux informations sur l'évolution du marché. Et bien que ces contrats feront l'objet d'une offre d'ici l'été, ils ont été initialement accordés par la Fed sur une base temporaire sans offre en réponse à l'urgence de la récession du coronavirus.

Le recours à ces entreprises pour administrer des programmes de sauvetage au nom de la Réserve fédérale n'est pas un phénomène nouveau. La même approche a été utilisée en réponse à la crise financière de 2008, soulignant que la Fed et les décideurs ont eu le temps d'envisager des approches alternatives pour répondre à une urgence financière et ont choisi de ne pas construire de plomberie publique, mais plutôt de s'appuyer uniquement sur la plomberie privée. Cela représente une occasion manquée, car le système de la Réserve fédérale emploie près de 23 000 personnes, y compris des avocats, des économistes et des experts du marché sophistiqués, et son autorité budgétaire est illimitée et placée en dehors du processus de crédits du Congrès. Étant donné qu’il s’agit du deuxième grand programme de sauvetage en plus de 12 ans, il va de soi qu’il serait peut-être dans l’intérêt du public de développer cette expertise en interne.

Alternativement, des universitaires tels que Saule Omarova et Robert Hockett, tous deux de la Cornell School of Law, suggèrent que le Congrès crée une Autorité nationale d'investissement qui pourrait servir de gestionnaire de sauvetage institutionnel, avec une gouvernance démocratique, pour gérer les investissements des contribuables dans des entreprises privées avec un fiduciaire. devoir envers le public. Des propositions similaires ont été lancées dans les principaux organes de presse, rappelant la Société financière de reconstruction de la Grande Dépression, et dans un article de Todd Tucker, directeur des études sur la gouvernance à l’Institut Roosevelt.

La plomberie qui dessert nos circonscriptions les moins bien pourvues – les petites entreprises – est rouillée, comparée à la plomberie qui dessert les moyennes et grandes entreprises. Ce déséquilibre est aggravé par le fait que les entreprises mêmes qui bénéficient de la plomberie efficace parviennent également à profiter de la plomberie à la traîne disponible pour les autres, renforçant les inégalités dans une boucle de rétroaction qui s'accélère en temps de crise.

Assurance-chômage – plomberie rouillée

À un moment où près d'un travailleur américain sur quatre ne reçoit pas de chèque de paie en raison d'une pandémie qui est clairement indépendante de sa volonté et qui se déroule dans un pays sans programme d'assurance sociale de congés payés, l'assurance-chômage est un choix évident pour fournir un revenu à ces personnes. qui perdent leur travail en raison de la pandémie et de ses retombées économiques. En effet, le Congrès l'a reconnu lorsqu'il a donné aux États la possibilité de modifier les règles affectant la réception de l'assurance-chômage pour les adapter aux conditions de la pandémie, et encore une fois lorsqu'il a établi trois add-ons d'assurance-chômage spécifiques à la pandémie: l'un augmentant le montant des prestations, l'autre allongement de la durée des prestations et un troisième élargissant le groupe de personnes éligibles aux prestations pour inclure les entrepreneurs indépendants, ceux à faible revenu et les entrepreneurs indépendants.

Pourtant, lorsque les gens sont allés accéder aux avantages auxquels ils avaient droit en vertu de la loi, beaucoup ont été accueillis par des sites Web en panne, des lignes téléphoniques bloquées et même des instructions pour faire la queue en personne pour recevoir des demandes papier. L'augmentation hebdomadaire de 600 $ a pris des semaines à mettre en œuvre, et dans certains États, le programme d'extension des prestations à de nouveaux groupes de demandeurs a pris des mois. Alors que certains décideurs tentent de faire passer cet état de fait comme une tragédie inattendue – une triste coïncidence que le système n'était pas en forme au moment où les avantages étaient le plus nécessaires – les difficultés liées à la distribution des avantages sont le résultat de décennies de choix délibéré par les décideurs de mourir de faim. le système des ressources dont il avait le plus besoin. Avec des systèmes informatiques difficiles à naviguer pour les prestataires et difficiles à mettre à jour pour les administrateurs, et sans ressources adéquates pour la dotation en personnel et les mises à jour du système, la plomberie pour la prestation des prestations d'assurance-chômage est rompue par des années de négligence.

L'administration du programme d'assurance-chômage est financée par les impôts fédéraux basés sur la masse salariale des employés – appelés impôts FUTA après la Loi fédérale de l'impôt sur le chômage. Les impôts sont perçus à un taux de 0,6% (le taux d’imposition FUTA est de 6%, mais un crédit de 5,4% est appliqué pour les impôts payés par l’État) et sont prélevés sur les 7 000 premiers dollars de salaire de chaque travailleur sur la masse salariale d’un employeur. Pour un employé à temps plein toute l'année, la taxe FUTA est de 42 $ par travailleur et par année.

Ces taxes sont techniquement facturées aux employeurs, mais la recherche révèle que les employeurs répercutent les coûts sur les travailleurs en les payant moins. Ces revenus sont chargés non seulement de maintenir plus de 50 systèmes administratifs, mais également de financer la moitié du coût des prestations étendues que reçoivent les travailleurs en période de contraction économique. En 1939, la base salariale imposable était de 3000 $, soit 55000 $ en dollars de 2020. Parce que ce montant ne peut être augmenté que par la loi (et n'a augmenté que trois fois au cours des 80 dernières années), sa valeur s'est érodée de près de 800 pour cent. En revanche, la base salariale imposable des prestations de sécurité sociale a été indexée sur l'inflation en 1977. Le graphique ci-dessous montre leurs histoires divergentes. (Voir la figure 1.)

Figure 1

ttps: //equitablegrowth.org/ « http://www.w3.org/TR/REC-html40/loose.dtd »>

https://equitablegrowth.org/

Cette tendance a été qualifiée de constriction budgétaire par le chercheur de l'Université Columbia Alexander Hertel-Fernandez, et cela signifie qu'en privant le programme d'assurance-chômage de ressources, les décideurs politiques se lient effectivement les mains et s'empêchent délibérément d'établir un système moderne et efficace de versement des prestations. Pendant la Grande Récession, nous avons clairement vu les conséquences de la restriction budgétaire. Pourtant, les décideurs fédéraux ont laissé la base salariale imposable au même niveau auquel elle est bloquée depuis 1983, insensibles aux difficultés de millions de membres de la main-d'œuvre américaine et peu disposés à risquer ne serait-ce qu'une petite quantité de capital politique en poussant légèrement les niveaux d'imposition à la hausse. .

Le fait de ramener la base salariale imposable de l'assurance chômage au même niveau que la base salariale imposable de la sécurité sociale, puis de l'indexer sur l'inflation, fournirait aux États les ressources dont ils ont besoin pour fournir des prestations de chômage de manière efficace et efficiente.

En regardant 2017 comme exemple et en effectuant un simple calcul à l'arrière de l'enveloppe qui maintient le taux d'imposition FUTA à 6% et applique une réduction du crédit d'État de 5,4% aux 7 billions de dollars de gains imposables sous la base salariale de la sécurité sociale, cela indique que l'utilisation de cette assiette fiscale générerait 41 milliards de dollars. Il s'agit d'une augmentation de 33 milliards de dollars par rapport aux 8 milliards de dollars d'impôts FUTA qui ont été effectivement perçus en 2017. À l'instar des autres programmes d'assurance sociale, l'assurance-chômage a une conception élégante: de petites taxes dans les bons moments garantissent une prestation harmonieuse des prestations dans les moments difficiles. En permettant au paiement de s'éroder avec le temps, les décideurs se soustraient à leur responsabilité fiscale, et les travailleurs et les familles en paient le prix. Suivre le modèle de la sécurité sociale et indexer la base salariale est un petit investissement qui rapportera de gros dividendes.

En fait, ces revenus supplémentaires fourniraient des fonds suffisants pour les efforts de modernisation du système d'assurance-chômage (les subventions passées aux États ont varié de 50 millions de dollars à 200 millions de dollars), l'entretien continu et la dotation en personnel appropriée. Ces fonds pourraient également être utilisés pour octroyer des subventions aux États afin qu'ils s'associent à des organisations communautaires au service des travailleurs vulnérables afin de faire connaître les prestations d'assurance-chômage et de fournir une assistance dans le processus de demande. Des recettes supplémentaires couvriraient l'utilisation accrue du programme de prestations étendues et pourraient être utilisées pour octroyer des subventions aux États car ils uniformisent le montant et la durée des prestations, comme détaillé ci-dessous. Toute modification de la base salariale imposable pourrait être programmée – par exemple, survenant lorsque les taux de chômage reviennent à leurs niveaux d'avant la pandémie avec des revenus avancés avant cette date.

Sans ce type de changement de politique, les décideurs n'auront pas les ressources dont on a tant besoin pour réparer notre plomberie cassée et offrir efficacement des avantages aux personnes qui y ont droit en vertu de la loi. Le cas de l’assurance-chômage montre qu’il ne suffit pas de mettre en place un système de versement des prestations – cet argent doit être dépensé à long terme pour maintenir ce système. Ce type d'investissement continu est nécessaire pour offrir les avantages qui apportent un soulagement aux individus et pour stabiliser notre économie en cas de crise.

Paiements directs aux ménages – plomberie qui tourne et tourne pour permettre de siphonner en cours de route

La plupart des Américains vivent avec des budgets minimes, même dans les bons moments. Une étude de la Réserve fédérale a révélé que seulement 40% des Américains pouvaient couvrir une dépense d'urgence de 400 $.

Ainsi, lorsque le Congrès a autorisé les paiements directs d'urgence aux ménages dans le cadre de la loi sur l'aide, le soulagement et la sécurité économique du coronavirus, ou CARES, l'efficacité de la plomberie était presque aussi importante que la quantité d'eau libérée de l'aquifère. La dégradation de nos systèmes de plomberie publics – à savoir, l'IRS en tant qu'agence chargée de localiser tous les contribuables américains et de construire un canal pour permettre les paiements entre les particuliers et le gouvernement – a été mise à nu.

Alors qu'environ 6 personnes sur 10 qui déclarent des impôts ont reçu un remboursement par dépôt direct de l'IRS en 2018 ou 2019 – les années de dépôt utilisées par l'IRS pour suivre les informations de compte bancaire pour ces paiements – 4 déclarants sur 10, représentant près de 64 millions de déclarants, n'ont pas (la grande majorité de ces 64 millions de déclarants étaient éligibles aux paiements de la Loi CARES, qui éliminent progressivement les revenus les plus élevés). Ces personnes et familles ont dû attendre des semaines pour que les chèques papier soient envoyés par la poste, une estimation suggérant que certains déclarants pourraient devoir attendre septembre, environ 20 semaines après que les paiements directs aient été autorisés par le Congrès. Alors que l'IRS a à juste titre priorisé l'envoi des chèques par la poste plus tôt pour ceux dont le revenu brut ajusté le plus bas, l'envoi des chèques papier prenait encore des semaines de plus que pour ceux dont le numéro de dépôt direct était enregistré.

Ceux qui ne déposent pas de déclaration de revenus auprès de l'IRS font face à une situation encore plus complexe. Les bénéficiaires de la sécurité sociale qui, dans un passé récent, n'ont pas produit de déclaration de revenus ont reçu des informations peu claires sur le fait de savoir s'ils devaient remplir un formulaire fiscal supplémentaire pour obtenir un chèque de paiement direct et devaient respecter un délai s'ils voulaient réclamer des personnes à charge. Alors que l'IRS a mis en place un portail en ligne permettant aux non-déclarants de déclarer les informations de dépôt direct et d'éviter le processus d'envoi par chèque, la date limite pour de telles soumissions était le 13 mai, et de nombreuses personnes moins technophiles ne savaient probablement pas où saisir ces informations. ou n'ont pas pu le faire.

Bien que l'IRS ait travaillé le plus rapidement possible pour déployer de l'argent en temps opportun, ce manque de préparation a des conséquences. Ceux qui reçoivent des chèques papier peuvent avoir eu besoin, ou peuvent encore avoir besoin, d'obtenir des prêts sur salaire coûteux pour les régler jusqu'à l'arrivée des chèques. D'autres peuvent encore découvert sur leurs comptes bancaires, entraînant des frais. Les autres qui n’ont pas besoin d’une avance sur leurs chèques devront peut-être se rendre dans des caisses chèques coûteuses pour convertir les chèques en argent une fois arrivés. Et parce que les décideurs ont autorisé les créanciers à «manger en premier» une fois les chèques arrivés, des histoires ont fait surface montrant que les banques saisissaient les chèques déposés sur les comptes des gens, à la fois pour rembourser les dettes bancaires et pour le compte des agents de recouvrement.

Au total, les défis du paiement direct des coronavirus reproduisent notre compréhension actuelle du coût élevé de la pauvreté, les ménages à revenu faible à modéré dépensant beaucoup plus que les autres ménages en frais en pourcentage de leur revenu, soit en moyenne 10% de leur revenu. , en utilisant des données antérieures au coronavirus.

Ces dépenses reflètent un manque d'infrastructures économiques publiques. Et bien qu'ils représentent des postes budgétaires lourds pour certains, ils représentent un profit pour d'autres. Les banques ont effectué des frais de découvert estimés à 11,68 milliards de dollars en 2019, avec des frais moyens d'environ 35 dollars par découvert. Ces frais pèsent particulièrement sur la classe ouvrière, avec seulement 9% des titulaires de comptes (généralement ceux dont le solde de compte est bas) représentant 84% du total des frais facturés. Les caissiers de chèques et les prêteurs sur salaire ont payé un montant similaire en frais, totalisant environ 11,4 milliards de dollars en 2019.

De plus, la société de préparation d'impôt ImpôtRapide, détenue par Intuit Inc., a créé un site Web exclusif où les particuliers pouvaient se rendre pour saisir des renseignements sur le dépôt direct, calculer les montants de chèques prévus et vérifier l'état de leurs paiements. Bien que les services du site Web soient offerts gratuitement, ImpôtRapide a, dans le passé, utilisé la promesse de services gratuits pour orienter les déclarants vers des produits exclusifs et complémentaires plus coûteux, même lorsqu'ils étaient qualifiés pour le dépôt gratuit. ImpôtRapide a généré 1,6 milliard de dollars de revenus au cours de la dernière année de production.

Solutions pour des paiements directs plus rapides

Toutes ces frictions auraient pu être évitées si d'autres choix de politique publique avaient été faits. Tout comme la restriction budgétaire a entravé les systèmes d'assurance-chômage des États, la politique fédérale a délibérément sous-investi dans la capacité technique et les systèmes de prestation potentiels pour l'IRS. While the IRS staff had an unenviable task of accomplishing the massive technical and logistical challenge of deploying millions of direct payments in a matter of weeks during a global pandemic, the snafus experienced by the agency were undoubtably made worse by sustained budget cuts over the past decade. As the Center on Budget and Policy Priorities documents, the IRS has lost nearly 15 percent of its staff and 21 percent of its budget since 2009. A more well-resourced IRS would have been better prepared for this moment.

Policymakers also missed an opportunity to build out the IRS’s technology infrastructure by not considering legislation to direct and support the IRS in establishing a free file online portal system for annual tax returns. Though envisioned as a tool for routine annual filings before the pandemic, such a system run by a well-resourced IRS could have been quickly repurposed to meet direct payment needs and could have supplanted TurboTax.

Moreover, policymakers could have advanced other actions to strengthen payment delivery mechanisms to individuals and households. The United States has one of the slowest payment systems in the world, compared to peer countries. This means that it can take days after funds are deposited in private bank accounts for those funds to actually be available to spend. Again, in the case of the coronavirus recession, this adds yet more frictions to the delivery of aid. But this slow system is not inevitable.

In the United States, the Federal Reserve both regulates the private payment system and operates its own system. The private payment system, which is the dominant system, is operated by The Clearing House, a consortium of 24 large banks. The Fed has long had the goal of modernizing its own payment system, which hasn’t been updated in decades, releasing a proposal to bolster payment infrastructure in 2013 and then committing in 2019 to finalize an upgraded payment infrastructure by 2024.

Such moves to modernize our public payment infrastructure have been opposed by The Clearing House. The bank association argues that large banks have already invested substantial time in building their own system, that the Fed cannot act as both a regulator and a competitor, and that further investments would be needed to ensure interoperability with the new Fed system. Below the surface are the obvious concerns that this public system would undercut The Clearing House’s market dominance, would reduce profits on payment transactions, and would dampen the use of overdrafts, thereby further reducing bank fees.

In the case of the deployment of coronavirus rescue funds, a public, faster payment system would have clear benefits. One estimate from Aaron Klein, policy director for the Center on Regulation and Markets at The Brookings Institution, finds that implementing the Fed’s real-time payment system could save low-income families $7 billion a year simply by helping money to arrive faster and allowing families to thereby avoid intermediaries such as check-cashing services and payday lending companies to access their money.

Further, a public payment system also would help small businesses to manage incoming and outgoing payments, as these businesses are now operating on thinner margins during the recession. Lastly, a faster digital payment system is essential during a highly transmissible pandemic. While the use of cash to make payments has been declining for years, public health concerns and social distancing have increased the need to more quickly mediate money electronically.

In addition to building a quicker public payment system to deliver funds to private bank accounts, policymakers also could build accounts that are themselves public. Legislation based on the work of Washington Center for Equitable Growth Board member Mehrsa Baradaran has, for years, been introduced to allow the U.S. Postal Service to provide basic banking services to customers—bank accounts that could be available in every community across the country and could allow for a functioning economic system that equitably serves all individuals and families.

In this way, policymakers could eliminate or reduce costly fees and stop garnishments through this public system. And it wouldn’t be a new or untested approach. The U.S. Postal Service has done this in the past, providing banking services for 50 years starting in 1911. This would have the benefit of both expanding access, reducing costs to consumers, and shoring-up the finances of the postal system, which stands in a precarious position due to both the pandemic and congressional legislation that has required the service to pre-pay 75 years’ worth of healthcare and retirement benefits for workers. The Postal Service could offer these accounts either through a congressional authorization or via administrative action, with its Board of Governors authorizing the measure.

Paid leave—when plumbing does not exist

If ever there were a moment that called for paid leave, the coronavirus crisis is it. The term “paid family and medical leave” refers to social insurance programs in which a small payroll tax is collected while people work and then—when the need arises to care for a new child, seriously ill loved one, or one’s own serious medical need—workers can take weeks or months away from work with partial wage replacement. In some thoughtfully designed paid leave programs, workers are guaranteed to be able to return to their job when their leave is complete.

Most paid leave programs were not designed with a pandemic in mind, but they are built to deliver paid time away from work for health reasons while maintaining attachment to one’s employer. If you are scratching your head and wondering why policymakers chose not to deliver payments through a small modification to the eligibility criteria associated with our federal paid leave system, the answer is simple: We do not have a federal paid leave system. Legislation has been introduced for many years that proposes the adoption of a federal paid leave program. Yet political obstacles have prevented us from establishing a federal system, despite the research that suggests doing so would strengthen the economy and benefit the finances and health of paid leave claimants and those who receive care from them. A lack of a federal system leaves us scrambling to provide paid leave solutions when workers need them most.

Congress eventually passed legislation in response to the employment crisis caused by the COVID pandemic. But the “paid leave” program it enacted bears little resemblance to a strong social insurance system that provides adequate time away from work to care for oneself or a loved one. This is a temporary stop-gap, not an investment in permanent plumbing. This stop-gap system provides a fraction of the workforce with 80 hours of leave at full pay for those with symptoms or the need to quarantine due to one’s own COVID-19, the disease caused by the coronavirus, 80 hours at two-thirds pay for to care for someone subject to quarantine or a child subject to COVID-19-related school or childcare closure, and another 10 weeks of leave at two-thirds pay to provide childcare for one’s own children who are subject to COVID-19-related school or childcare closure. These benefits don’t provide the support that social insurance programs offer and that people whose families are affected by COVID-19 need: weeks, not days, of leave to attend to one’s illness or the illness of loved ones.

While the benefit is not generous enough, the real problem is program administration. The first problem is the glaring issue of the program coverage. Despite the largest firms having the greatest financial and staffing flexibility to allow for leave, no person who works at a firm with 500 or more employees is eligible for leave. Employers with fewer than 50 employees, too, can easily opt out, as can firms that employ healthcare workers or emergency responders.

What’s more, the interpretation of the healthcare carve-out is broad—anyone who works at a healthcare facility, from janitors to accountants, can be carved out. Sarah Jane Glynn at the Center for American Progress finds that as few as 1 in 5 private-sector workers may end up eligible for paid leave.

Then, being eligible for a benefit does not mean that a person can access it. Many factors influence what social scientists call the “take up” of benefits. Key factors include program knowledge, the ease or difficulty of applying for or being granted access to a program, and—in many cases—employer behavior that encourages or impedes claims. When it comes to the newly implemented federal paid leave program, there is a perfect storm of factors that create leaky plumbing. Money that Congress intended to channel to men and women who need time off from work due to COVID-19 is not reaching them in part, it appears, because of the lack of a robust public awareness campaign. Given that most people in the United States do not have access to state-provided paid time off and thus are unfamiliar with the concept, raising awareness of the new program is extremely important—and extremely difficult in the context of the pandemic.

To extend the plumbing metaphor: If people don’t realize that new taps have been installed, they can’t access the water that flows from them. It’s best to install the taps at times when people’s attention is not divided, so that they are aware of them well in advance of when they need to access them.

There is another major reason that we hypothesize depressed paid leave take-up rates: the confusing process of benefit reimbursement. Employers are required to cover the cost of the leave upfront and then are reimbursed quarterly for these costs. This complex way of paying for benefits means that employers who do not want to deal with paperwork or who cannot afford to front the cost of paid leave have an incentive to discourage employees from accessing their right to paid leave and may confuse employees who would otherwise hope to access the benefit.

When workers come to states with questions about their right to access paid leave, state labor departments are hamstrung: They don’t enforce the law, even though state residents come to them with issues. Good state-federal coordination is difficult to develop quickly, but it is crucial to ensure that workers can access the benefits they need. In the absence of a pre-existing plumbing system, workers were left with a temporary and unsatisfactory fix.

State paid leave systems provide a clear illustration of what a federal paid leave system could have provided, had it been established. When the coronavirus pandemic hit U.S. shores, residents of five states had access to state paid leave programs. In Rhode Island, shortly following Gov. Gina Raimondo’s (D) declaration of a public health emergency, the governor worked with the state’s Department of Labor and Training to ensure that people affected by the pandemic could access paid leave. The result: Paid leave claim rates in Rhode Island shot up in the early days of March. (See Figure 2.)

Figure 2

ttps://equitablegrowth.org/ »http://www.w3.org/TR/REC-html40/loose.dtd »>

https://equitablegrowth.org/

Because an existing social insurance program was already in place, Rhode Islanders were able to access paid time off when they needed it most. The plumbing was in place to deliver the needed assistance. In contrast, residents of the 45 states that lack paid leave programs waited as Congress debated how to best deliver aid, ultimately receiving a program that missed the mark for effectively delivering paid leave to those who needed it most.

If the federal government had had a strong benefit delivery system in place before the coronavirus pandemic hit, then the benefits that are needed would be flowing much more easily and efficiently. In the wake of this catastrophe, some policymakers are calling for a permanent fix—a federal social insurance program—so that our nation is not caught off-guard the next time a crisis hits.

Conclusion

To break the current cycle of economic contraction and prepare to do so again in the future, policymakers need to deliver benefits to workers and families so that they can pay their rent, fill their prescriptions, and keep food on the table—setting into motion the virtuous cycle of economic stabilization. This moment requires an unprecedented scale of investments in people and businesses in the United States in order to mitigate the pain caused by this economic recession.

But our programs are only as effective as the plumbing we use to distribute those resources in a timely and equitable manner. Systematic disinvestment in our economic infrastructure impaired the well-being of the people in the United States, particularly those who are most vulnerable even in normal economic times. Policymakers’ decisions to allow, or even hasten, the degradation of economic infrastructure is a choice, not a coincidence. Our faulty plumbing has been purposefully neglected, poorly constructed, and designed in the service of short-term profits for some and as a backdoor way to deny aid to the most disadvantaged members of society.

To stabilize our economy in times of macroeconomic contraction, we need to redesign our invisible economic infrastructure to more quickly help individuals and families, not just the most well-resourced, eliminate costly toll collection from financial intermediaries, and reinvest in durable plumbing to prepare us for the next drought.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *