PIB du deuxième trimestre: une baisse historique qui aurait pu être pire

Ça aurait pu être pire. La baisse de 32,9% du produit intérieur brut américain au deuxième trimestre est la plus forte baisse du rapport depuis le début de la collecte des données en 1947 et depuis la baisse de 8,4% au quatrième trimestre de 2008, au plus fort de la crise financière.

La chute du PIB est la baisse la plus importante du rapport depuis le début de la collecte des données en 1947.

Mais la réouverture de l'économie qui a commencé vers le 1er mai a entraîné une baisse beaucoup plus modérée qui se rapprochait de 50% en avril. Et c'est à peu près la seule bonne chose que l'on puisse dire à propos d'un rapport de croissance absolument dévastateur publié jeudi par le département du Commerce.

Pourtant, cette réouverture prématurée a simplement fait avancer l'activité et a abouti à la libération d'une demande ponctuelle refoulée qui s'est épuisée le 24 juin ou vers cette date. La probabilité d'un rebond supérieur à 20% au cours du trimestre en cours a considérablement diminué par le passé. mois, et nous pensons que cela ne se matérialisera pas.

Depuis lors, la pandémie est devenue incontrôlable et l'économie s'est largement déplacée de côté au cours des six dernières semaines.

Jusqu'au 19 juillet, la consommation des ménages américains a diminué de 6,4% par rapport aux niveaux de janvier, les consommateurs à revenu élevé réduisant leurs dépenses de 9,8%, les consommateurs à revenu moyen de 5,3% et les consommateurs à faible revenu de 2,3%.

La question beaucoup plus importante à laquelle il faut répondre est de savoir s'il y aura une erreur de politique de la part de l'autorité fiscale qui entraînera la création de conditions qui entraîneront de nouvelles pertes d'emplois et un autre ralentissement plus tard cette année ou au début de 2021.

Le ton des données laisse à penser qu'il est possible de procéder à des révisions à la hausse pour le deuxième trimestre de l'année à mesure que l'on obtient une image plus complète des données. Les ventes finales réelles ont diminué de 29,3%, les achats intérieurs bruts de 31,8% et les ventes finales aux acheteurs nationaux ont chuté de 28,2%.

En deçà de l'estimation de la croissance du chiffre d'affaires, les données reflétaient la fermeture d'une partie de l'économie nationale en avril et la mise en garde des consommateurs de reprendre tout ce qui ressemblait à une activité sociale et économique normale.

La consommation personnelle a baissé de 34,6%, la demande de services de 43,5% et l'investissement privé brut de 49%. La demande de biens non durables a reculé de 15,9%, les investissements fixes de 29,9%, les investissements non résidentiels de 27%, les dépenses de structures de 34,9%, les équipements de 37,7% et la propriété intellectuelle de 7,2%. L'investissement résidentiel a baissé de 38,7%.

Les exportations ont diminué de 64,1%, les importations de 53,4% et les dépenses des États et locales de 5,4%, tandis que les dépenses publiques globales ont augmenté de 2,7%. Les dépenses fédérales ont augmenté de 17,4%, les dépenses de défense de 4,1% et les dépenses non liées à la défense ont bondi de 39,7%.

Pour plus d'informations sur la façon dont le coronavirus affecte les entreprises de taille moyenne, veuillez visiter le Centre de ressources RSM Coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *