Montée en flèche des dépenses de détail en septembre – AIER

Les ventes au détail et les dépenses de services de restauration ont enregistré un fort gain en septembre, en hausse de 1,9% par rapport au mois précédent, bien au-dessus des attentes de 0,7% du consensus. Le gain de septembre était le cinquième consécutif après deux baisses dévastatrices en mars et en avril et place le total mensuel bien au-dessus de la tendance à long terme et à un nouveau record (voir le premier graphique). Les ventes au détail de base, qui excluent les véhicules automobiles et les détaillants d'essence, ont affiché un gain de 1,5% pour le mois, ce qui les place bien au-dessus de la tendance et à un niveau record (voir le premier graphique).

Depuis un an, les ventes au détail totales ont augmenté de 5,4% tandis que les ventes au détail de base affichent une hausse de 5,9%. Les deux sont revenus aux taux de croissance atteints juste avant l'épidémie de Covid-19 et la mise en œuvre des politiques de verrouillage du gouvernement (voir en haut du deuxième graphique).

Les ventes de véhicules unitaires, signalées plus tôt dans le mois, ont également enregistré une très solide reprise, avec des ventes de véhicules légers totalisant 16,3 millions de dollars par an en septembre. Pour le mois, les ventes de camions légers ont totalisé 12,6 millions à un taux annuel, en hausse de 8,2 pour cent par rapport au taux de 11,6 millions en août, mais bien avant le taux de 6,7 millions en avril. Les ventes de voitures ont également enregistré un solide gain, augmentant de 5,7% à un taux annuel de 3,7 contre 3,5 en août et 2,0 en avril (voir le bas du deuxième graphique).

Les résultats des différentes catégories de détaillants ont été majoritairement positifs en septembre. Une seule catégorie, les magasins d'électronique et d'appareils ménagers, a signalé une baisse des ventes de septembre, en baisse de 1,6% pour le mois. Les gains ont été menés par une hausse de 11,0% pour les magasins de vêtements et d'accessoires, suivie d'un gain de 5,7% pour les magasins d'articles de sport, de loisirs, d'instruments de musique et de livres, et d'une augmentation de 3,6% pour les détaillants de véhicules automobiles et de pièces (voir le troisième graphique).

La série de fortes hausses mensuelles a récemment laissé cinq des 13 catégories avec des ventes inférieures à leurs niveaux de pré-verrouillage. Les stations-service sont 16% en dessous de janvier, suivies des restaurants (15% en dessous), des magasins de vêtements et d'accessoires (13% en dessous), de l'électronique et des électroménagers (6% en dessous) et des magasins de détail divers (1% en dessous).

À la hausse, les ventes au détail hors magasin (en hausse de 0,5% en septembre et de 23,8% par rapport à septembre 2019) dépassent de 23% les niveaux de janvier 2020 (voir quatrième graphique). Les articles de sport, les loisirs, les instruments de musique et les librairies ont enregistré un gain de 5,7% en septembre, une hausse de 14,4% par rapport à il y a un an et 15% au-dessus de janvier 2020.

Les ventes au détail ont atteint un autre niveau record en septembre alors que les quarantaines et les verrouillages généralisés continuent d'être assouplis. Les entreprises et les consommateurs sortent du coma économique induit par les politiques et, bien que les dépenses de détail globales atteignent un nouveau sommet, les résultats varient encore considérablement d'un secteur à l'autre. Un retour complet aux conditions prépandémiques pour l'ensemble de l'économie et du marché du travail est probable dans plusieurs mois, voire plusieurs trimestres, mais au moins le processus est en cours. Cependant, l'incertitude sur la progression du virus et les politiques gouvernementales entretient une incertitude accrue et demeure une menace importante pour la reprise. Les élections qui approchent peuvent également être déstabilisantes.

Robert Hughes

Bob Hughes

Robert Hughes a rejoint l'AIER en 2013 après plus de 25 ans dans la recherche économique et financière à Wall Street. Bob était auparavant responsable de la stratégie d'actions mondiales pour Brown Brothers Harriman, où il a développé une stratégie d'investissement en actions combinant une analyse macro-descendante avec des fondamentaux ascendants.

Avant BBH, Bob était stratège principal des actions pour State Street Global Markets, stratège économique principal chez Prudential Equity Group et économiste principal et analyste des marchés financiers pour Citicorp Investment Services. Bob est titulaire d'une maîtrise en économie de l'Université Fordham et d'une licence en affaires de l'Université Lehigh.

Soyez informé des nouveaux articles de Robert Hughes et AIER.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *