Lundi, le président de l'OFL se joindra aux infirmières à un rassemblement à l'hôpital de Newmarket.La Fédération lancera un appel à des accusations criminelles contre la direction de Southlake

NEWMARKET, Ontario, 25 octobre 2020 (GLOBE NEWSWIRE) – Patty Coates, présidente de la Fédération du travail de l'Ontario (OFL), se joindra aux membres de l'Ontario Nurses 'Association (ONA) et du Service Employees International Union (SEIU) Healthcare local devant le centre de santé régional de Southlake lundi après-midi alors que le tollé pour l'action préventive et punitive s'intensifie à la suite de la violente blessure de deux infirmières sur ce lieu de travail en moins d'une semaine.

Quoi: Rassemblement des travailleurs de la santé contre la violence
Quand: Lundi 26 octobre, 15 h 30 – 16h30.
Où: Centre régional de santé Southlake, 596, promenade Davis, Newmarket, ON
Qui: Travailleurs de la santé de première ligne et présidente de la FTO, Patty Coates

Citations:

«Cet employeur continue de ne pas s'acquitter de sa responsabilité en vertu de la loi de rendre le lieu de travail sûr pour ses travailleurs. Il n'y a aucune justification pour cela, point final. Les dirigeants, le PDG et le conseil d’administration sont au courant des problèmes, permettant à la violence de se produire pendant plus de cinq ans, mais ils ne prennent toujours pas toutes les précautions raisonnables pour protéger leurs employés. Ils ne méritent plus de clémence. »
—Patty Coates, président de l'OFL

«La police régionale de York doit mener une enquête approfondie sur le conseil d'administration, le chef de la direction et les gestionnaires de Southlake en vertu de l'article 217.1 du Code criminel du Canada. C'est la loi. »
—Patty Coates, président de l'OFL

«Le premier ministre Ford ne manque pas une occasion d'appeler les héros des infirmières.» J'appelle donc la solliciteuse générale de l'Ontario Sylvia Jones à veiller à ce que le service de police local dispose de la formation et des ressources adéquates pour mener cette enquête criminelle sur la direction de Southlake ou pour nommer la Police provinciale de l'Ontario pour enquêter et s'assurer que ces héros obtiennent enfin justice.
—Patty Coates, président de l'OFL

Faits rapides:

La direction de cet hôpital n'a pas réussi à protéger adéquatement les travailleurs de la santé de première ligne contre la violence pendant plus d'une demi-décennie. En 2013, une infirmière autorisée a été battue au-delà de toute reconnaissance. Les infirmières de Southlake souffrent de blessures mortelles et ce sont de manière disproportionnée les femmes qui en subissent les conséquences physiques, psychologiques et économiques négatives.

Il y a un peu plus d'une semaine, le 16 octobre 2020, Southlake a plaidé coupable à deux chefs d'accusation sous la Loi sur la santé et la sécurité au travail (OHSA) pour ne pas avoir empêché une attaque violente contre une infirmière autorisée et un agent de sécurité. C'était un accord de plaidoyer indulgent parce que Southlake a été accusé de neuf chefs d'accusation sous le OHSA en janvier. Les infirmières ont décrié l'accord comme une «claque sur le poignet» insuffisante pour motiver cet employeur à cesser de récidiver.

Les travailleurs de la santé de première ligne exigent une action immédiate de l'employeur et du gouvernement.

Depuis le 31 mars 2004, l'article 217.1 du Code criminel du Canada impose à toutes les personnes qui dirigent un travail ou qui ont le pouvoir de diriger un travail de prendre des mesures raisonnables pour prévenir les blessures corporelles découlant du travail – y compris la violence:

«217.1 Quiconque entreprend ou a le pouvoir de diriger la manière dont une autre personne travaille ou exécute une tâche est légalement tenu de prendre des mesures raisonnables pour éviter que cette personne, ou toute autre personne, ne subisse des lésions corporelles découlant de ce travail ou de cette tâche. . »
—Source: ministère de la Justice, Canada

L'amendement a également ajouté les articles 22.1 et 22.2 au Code criminel qui imposent une responsabilité pénale aux organisations et à leurs représentants pour négligence (22.1) et autres infractions (22.2).
—Source: Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST)

Il n'y a actuellement aucun procureur de la Couronne pour la région de York; selon le Répertoire des employés et des organisations du gouvernement provincial (INFO-GO), ce poste est vacant. Le procureur de la Couronne prendrait en fin de compte la décision de porter ou non des accusations en vertu du Code criminel.

La Fédération du travail de l'Ontario représente 54 syndicats et un million de travailleurs en Ontario. Pour plus d'informations, visitez http://www.ofl.ca et suivez @OFLabour sur Facebook et Twitter.

Pour plus d'information veuillez contacter:
Rob Halpin
Directeur exécutif
Fédération du travail de l'Ontario
[email protected] l 416-707-9014

Faire face343

Logo principal

Vous pourriez également aimer...