L'OPEP + éblouit le marché pétrolier avec la livraison rapide de nouvelles coupures d'approvisionnement

(Bloomberg) – Face à un effondrement sans précédent du marché pétrolier, l'OPEP + réagit avec une urgence jamais vue auparavant.

À une vitesse inhabituelle, l'alliance lance ce mois-ci un programme inégalé de réductions de production pour compenser l'effondrement induit par le coronavirus.

La coalition de 23 pays est en bonne voie de réduire de 9,7 millions de barils la production quotidienne de brut – environ 10% des approvisionnements mondiaux – au cours des deux premières semaines de l'accord, selon les données de suivi des pétroliers, des entretiens avec des négociants et des raffineurs de brut physique et évaluations par des consultants.

«Les réductions de production réelles sont plus profondes et plus spectaculaires que toute personne raisonnable ne l'aurait pensé il y a une semaine», a déclaré Ed Morse, responsable de la recherche sur les produits de base chez Citigroup Inc.

Malgré le scepticisme quant à l'efficacité des mesures dévoilées à la mi-avril par l'Arabie saoudite, la Russie et leurs partenaires, par rapport à l'immense coup à la demande, l'impact a été substantiel. Les prix du pétrole se sont redressés de 60% au cours des trois dernières semaines, la reprise de la consommation de carburant étant complétée par les réductions de l'offre.

Petite option

Une grande partie de l'effort prodigieux entrepris par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés a été inévitable.

Avec une pénurie d'acheteurs et de stockage, ils n'ont eu d'autre choix que de réduire la production. L'Arabie saoudite a été forcée d'annuler les augmentations massives de la production réalisées en avril, lorsque Riyad a mené une bataille vicieuse pour la part de marché avec les autres membres de l'OPEP. Et le royaume a subi d'immenses pressions politiques de la part des alliés de Washington pour protéger l'industrie pétrolière américaine.

Pourtant, au cœur de la réponse rapide se trouve la reconnaissance de l'ampleur de l'offre excédentaire et de la menace qui pèse sur les économies dépendantes de l'effondrement des revenus pétroliers.

« C'est en partie parce qu'ils ne pouvaient pas vendre le pétrole de toute façon », a déclaré Morse. «Mais c'est un moment où ils reconnaissent vraiment leur interdépendance mutuelle et leur vulnérabilité commune.»

Petro-Logistics SA, qui observe les mouvements de l'OPEP depuis quatre décennies, indique que les exportations des 23 pays ont baissé de 15% jusqu'à présent ce mois-ci. Kpler SAS et Vortexa Ltd., des sociétés d'analyse qui surveillent également les flux, ont également détecté un net recul.

« Tous les pays participants augmentent rapidement leur niveau de conformité », a déclaré vendredi le secrétaire général de l'OPEP, Mohammad Barkindo, dans une interview télévisée à Bloomberg. « Jusqu'ici tout va bien. »

L'Arabie saoudite, après avoir effectué des restrictions préparatoires avant l'entrée en vigueur de l'accord, a réduit les exportations de 2,6 millions de barils par jour – soit environ 28% – à 6,7 millions par jour au cours des deux premières semaines de mai, montre le suivi des pétroliers.

Le producteur d'État Saudi Aramco réduira ses exportations de juin à au moins une douzaine de clients asiatiques, selon des commerçants informés par la société. Les expéditions vers les États-Unis et l'Europe seront encore plus nettement réduites. Les alliés du Golfe, le Koweït, les Émirats arabes unis et Oman, ont pris des mesures similaires.

Bien qu'il soit typique que le bloc du Golfe soit pleinement conforme, ils ont dépassé ces normes cette fois en se portant volontaires pour faire des coupes encore plus profondes avant que le premier mois du dernier accord ne se soit écoulé. Une nouvelle réduction saoudienne d'un million de barils par jour en juin ramènera sa production au plus bas depuis 2002.

Ce qui surprend encore plus les traders de brut physique, c'est l'engagement de la Russie.

Dans les accords précédents, Moscou a obtenu le droit d'introduire progressivement les réductions allouées, faisant valoir que ses conditions géologiques plus difficiles nécessitent une approche progressive. Le résultat étant qu'il atteignait rarement son objectif de conformité.

Cette fois-ci, les données de l'unité CDU-TEK du ministère de l'Énergie montrent que la production de brut pourrait déjà être tombée à 8,75 millions de barils par jour – à une distance frappante de leur objectif de 8,5 millions de barils.

« Nous commençons à voir une certaine discipline entrer dans les programmes des pays producteurs », a déclaré Clay Seigle, directeur général de Vortexa, dans une interview à Houston. « Les gros titres des 10 premiers jours du mois semblent commencer à sévir. »

Les suspects habituels

Il existe des exceptions au bon comportement général.

L'Irak, qui bafoue régulièrement ses promesses à l'OPEP +, n'a réduit les exportations que de manière marginale, selon les données de suivi des pétroliers. Les livraisons ne baissent que de 190 000 barils par jour ce mois-ci, tandis que l'accord demande au pays de réduire sa production d'un peu plus d'un million par jour.

Bien que Bagdad ait décidé comment répartir la réduction d'un million de barils avec des sociétés pétrolières internationales comme BP Plc et Exxon Mobil Corp., les opérateurs attendent toujours une lettre détaillant leur part du fardeau, selon des personnes proches du dossier.

Pourtant, même le membre le plus récalcitrant de l’OPEP montre des signes de réforme. Le ministre saoudien de l'énergie, Abdulaziz bin Salman, et le secrétaire général de l'OPEP, Mohammad Iraq, ont récemment confié à Bagdad la conformité, que Bagdad a promis d'améliorer, a déclaré Barkindo vendredi.

Le département d'État irakien de commercialisation du pétrole a réduit les approvisionnements contractuels de brut de Bassorah qui devraient être expédiés à au moins trois clients en juin, selon les commerçants qui ont reçu la notification.

Le Kazakhstan, qui comme l'Iraq n'a pas respecté les limites convenues avec l'OPEP + dans le passé, traîne également les pieds. Tengizchevroil, l'entreprise dirigée par Chevron Corp. qui pompe un tiers du pétrole du pays, était toujours en train de revoir les instructions du gouvernement de réduire le 11 mai.

Malgré les retards, la baisse visible des exportations et les assurances publiques d'adhésion ont convaincu les commerçants que l'OPEP + est plus grave que jamais. La discussion sur le marché est passée de la question de savoir si les réductions de l'offre sont suffisantes et de la durée de leur maintien.

« C'est plus que suffisant pour équilibrer le marché », a déclaré Morse. Mais «à mesure que les prix rebondissent et qu'ils voient que les stocks se réduisent, ils seront tentés de ramener la production à fond.»

© 2020 Bloomberg L.P.

Bloomberg.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *