L'impact de la crise sur les petites entreprises et les nouveaux mécanismes de créances douteuses

La récession en cours entraînera une nouvelle flambée des prêts improductifs (NPL) une fois que les congés de paiement et les moratoires prendront fin plus tard cette année. Les investisseurs NPL ont joué un rôle précieux dans la lutte contre le stock de prêts problématiques de la dernière crise, mais au lendemain de la récession actuelle, une restructuration financière plus complexe sera nécessaire. Les gouvernements devraient faciliter le refinancement des entreprises en difficulté mais viables, éventuellement grâce à un régime spécial pour les PME.

En novembre 2019, l’Autorité bancaire européenne (ABE) et l’Eurogroupe ont examiné les progrès de la «réduction des risques» dans le système bancaire de la zone euro et ont souligné l’amélioration de la gestion des prêts improductifs (NPL). Le ratio de NPL dans les banques supervisées par la BCE était tombé à 3,1% du total des prêts à fin 2019, contre 7% en 2015, reflétant les objectifs ambitieux de réduction des NPL fixés par la Banque centrale européenne pour une trentaine de banques à haut risque. Plusieurs éléments du plan d’action NPL 2017 du Conseil avaient été mis en œuvre, y compris les «supports prudentiels», qui nécessitent un provisionnement précoce, décourageant ainsi les banques de conserver des prêts douteux.

Les autorités de contrôle qui s'attaquent aux retombées des prêts improductifs de la crise de la dette européenne ont, à juste titre, donné la priorité à la cession des actifs NPL via les marchés secondaires des prêts. Les estimations du secteur suggèrent que des NPL d'une valeur brute de 340 milliards d'euros ont été négociés en 2018-2019 uniquement (bien que les chiffres de la BCE suggèrent des cessions considérablement plus faibles). Cette approche reconnaissait que les banques resteraient inévitablement contraintes de concevoir des options de redressement pour les emprunteurs en difficulté car elles ne pouvaient pas, à court terme, développer des capacités et des compétences suffisantes en matière de restructuration et de services. Les orientations de la BCE aux banques de 2017 ont permis de renforcer les capacités de gestion des NPL des banques dans des domaines tels que la documentation des prêts et de solides mécanismes de cession.

La titrisation des portefeuilles de NPL a mobilisé le soutien du gouvernement et a joué un rôle majeur dans la stimulation des ventes de NPL. Ces systèmes, qui impliquaient des garanties publiques sur les tranches senior des portefeuilles de NPL, ont comblé l’écart de valorisation persistant entre les offres des banques et les offres des investisseurs. L’Italie Garanzia Cartolarizzazione Sofferenze («GACS»), par exemple, aurait mobilisé 60 milliards d'euros de valeur brute en 14 transactions jusqu'en mars 2019. La Grèce a obtenu l'approbation de la Commission européenne fin 2019 pour son programme très similaire «Hercules», et les banques ont lancé un certain nombre de transactions au début de cette année pour atteindre les objectifs de réduction ambitieux fixés par la BCE pour fin 2021.

Le marché européen des prêts secondaires a connu une évolution rapide, les volumes ayant augmenté ces dernières années. Le nombre et les types d'investisseurs ont considérablement augmenté (les quatre plus gros investisseurs étaient des sociétés d'investissement américaines qui ont représenté un peu plus de la moitié des transactions depuis 2014). Les agents de crédit opèrent désormais au-delà des frontières et proposent davantage de solutions sur mesure. Mais la stratégie visant à encourager les cessions de prêts non productifs par les banques de la zone euro à des investisseurs financiers dispersés pourrait atteindre ses limites dans la récession actuelle. La capacité des gouvernements à garantir les portefeuilles titrisés sera plus limitée, et le marché des prêts en difficulté et des billets structurés à haut rendement au bas de la hiérarchie des créanciers a clairement été perturbé. Reconnaissant les contraintes imminentes, la Banque nationale de Grèce a maintenant déposé une proposition de société nationale de gestion d'actifs, qui fonctionnerait comme une mauvaise banque, comme un autre outil pour tenter de remédier aux taux élevés de NPL dans le pays.

Les limites d'un marché jeune

Le marché des prêts secondaires peut être inefficace pour transférer les actifs des petites banques ou ceux des emprunteurs de plus petite taille. Les banques doivent payer des frais relativement élevés pour préparer de petits prêts à vendre aux investisseurs. Les plates-formes de transaction pourraient rendre la formation des prix plus transparente en agissant comme un lieu central pour les banques et les investisseurs, bien que leurs parts de transactions restent modestes. Les défaillances du marché peuvent survenir en raison de problèmes de coordination entre plusieurs créances sur un seul emprunteur ou lorsque des coûts fixes élevés sont associés à la restructuration financière des petits emprunteurs. Les incitations d'un gestionnaire de prêts, qui agit au nom du propriétaire de l'actif, peuvent ne pas être bien alignées.

Les transferts limités de prêts qui n’ont pas encore fait défaut, mais qui sont classés comme «peu susceptibles de payer», sont une preuve supplémentaire des limites du marché. Ces prêts sont en souffrance depuis moins de 90 jours, mais le prêteur n'attend généralement le remboursement qu'en réalisant une garantie. Ces prêts représentent toujours 40% des NPL européens actuels, mais jusqu'à l'année dernière, ils ne représentaient que des parts minuscules des transactions de NPL européennes. Jusqu'à présent, les banques ont offert aux investisseurs principalement des prêts en cas de forclusion, qui sont en défaut depuis un certain temps, et pour lesquels il existe une voie directe vers la réalisation de garanties ou la liquidation. Le graphique ci-dessous montre une réduction particulièrement rapide de ces vieux millésimes de prêt. En revanche, les investisseurs et les gestionnaires semblent moins enclins à traiter des emprunteurs plus marginaux, qui pourraient nécessiter un engagement et une restructuration plus complexes si les entreprises sont toujours viables. C’est aussi une des raisons pour lesquelles les NPL «peu susceptibles de payer» ont été exclus du système de titrisation italien.

PNP européens par durée de défaut de l'emprunteur

Source: EBA.

Des cas de restructuration plus complexes se produiront désormais en grand nombre. La forte récession actuelle entraînera des pertes substantielles pour les entreprises qui, dans le scénario de référence de la Commission européenne, s'élèveront à 720 milliards d'euros d'ici la fin de 2020. Selon ces estimations, environ 25% des entreprises de l'UE subiraient un déficit en fonds propres, principalement parmi les entreprises déjà vulnérables à l'entrée de cette crise. Les secteurs les plus touchés par la récession actuelle, comme l'hôtellerie et les loisirs, sont en grande partie composés de petites et moyennes entreprises (PME). Même lorsque ces PME font défaut sur leurs prêts, beaucoup pourraient encore être viables si leur dette est restructurée.

Restructurer la dette des PME est plus difficile car les actifs commerciaux et les fonds personnels de l'entrepreneur sont souvent liés et les coûts fixes de restructuration sont élevés par rapport à la valeur qui peut être récupérée. Le manque d'informations à jour sur l'emprunteur ou la garantie sous-jacente peut également empêcher une restructuration financière appropriée. Pour ces raisons, les banques ont tendance à exiger des garanties excessives et semblent plus enclines à exercer leurs droits sur les garanties en cas de crise, plutôt que de préserver la valeur et les compétences de l'entreprise par une restructuration.

Législation de soutien aux niveaux européen et national

Les gouvernements devraient désormais accélérer la mise en place d’un cadre de restructuration et d’un régime d’insolvabilité qui encouragent la préservation de PME viables. La Commission européenne a déjà présenté plusieurs éléments d'un tel cadre.

Il devrait y avoir une transposition ambitieuse de la directive de restructuration de 2019 (UE 2017/1132). Même si cette directive ne contribue guère à harmoniser les lois sur l’insolvabilité très divergentes des pays de l’UE, elle met en place un processus plus rationalisé qui pourrait donner aux entrepreneurs une «seconde chance» et protéger les nouveaux financements proposés à la suite d’une déclaration d’insolvabilité.

La directive sur les gestionnaires de crédit, que la Commission avait déjà proposée en 2018, a progressé plus lentement et a été freinée par les éléments plus controversés sur l'exécution accélérée des garanties. Au début de cette année, une directive allégée se rapprochait d'un accord politique et les États membres devraient de même refléter les éléments clés de la législation nationale dès que possible. La Grèce l'a déjà fait, cependant, comme en Italie, à une exception importante: les gestionnaires de crédit proposant un refinancement, par exemple dans le cadre d'une restructuration financière de l'emprunteur défaillant, sont soumis au régime d'agrément plus onéreux qui s'applique aux banques. Mais un tel refinancement, idéalement dans une position plus senior et protégée, est exactement ce dont les investisseurs NPL auront désormais besoin.

Il existe un risque que la conception de nombreux plans de restructuration individuels submerge les banques. L'expérience de crises similaires de la dette des entreprises qui a fait des ravages sur les PME, comme en Corée à la fin des années 90, suggère qu'il y a lieu de rationaliser les régimes de restructuration temporaire qui accélèrent la reprise du secteur des entreprises. Les gouvernements pourraient définir des critères clairs pour déterminer la viabilité d’une entreprise en difficulté et prescrire des options de restructuration normalisées pour les entreprises éligibles, telles que la capitalisation des arriérés ou des délais de paiement prolongés. Le rapport récemment publié d'un groupe de travail sur l'industrie au Royaume-Uni, où la dette insoutenable pourrait atteindre 100 milliards de livres sterling au début de l'année prochaine, propose quelques propositions sur la façon dont les prêts garantis par l'État pourraient être convertis en instruments de type actions. Le défi consiste à concevoir des solutions de restructuration immédiates qui peuvent devenir efficaces grâce à un accord entre les prêteurs et les emprunteurs en difficulté, sans nécessiter de procédures judiciaires formelles et longues.


Republication et référencement

Bruegel se considère comme un bien public et ne prend aucun point de vue institutionnel. Tout le monde est libre de republier et / ou de citer cet article sans consentement préalable. Veuillez fournir une référence complète, indiquant clairement Bruegel et l'auteur concerné comme source, et inclure un hyperlien bien en vue vers le message original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *