L'hétérogénéité régionale de la croissance économique de l'Afrique devrait s'atténuer

Bien que la croissance économique en Afrique ait augmenté ces dernières années, elle continue d’être inégale dans toutes les sous-régions du continent. Selon le rapport Perspectives économiques en Afrique 2020 de la Banque africaine de développement, l'économie africaine a connu une croissance de 3,4% en 2019, le même taux auquel le continent s'est développé en 2018. Cependant, cette croissance a été largement tirée par l'expansion des «Big 5» du continent. à savoir, l'Algérie, l'Égypte, le Maroc, le Nigéria et l'Afrique du Sud. Au-delà de ces cinq, cependant, la croissance économique est restée quelque peu limitée, à quelques exceptions près.

Bien que les contributions à la croissance de l’Afrique aient été et continuent d’être inégales d’une région à l’autre, cette croissance devrait se répartir de manière plus égale au cours des deux prochaines années suivant les tendances récentes (figure 1). En 2019, l'Afrique du Nord représentait 44% de la croissance de l'Afrique, mais cette part devrait diminuer au cours des prochaines années. La part de l'Afrique de l'Est est passée de moins de 20% de la croissance comptabilisée en Afrique en 2018 à plus de 32% en 2019. Le plus grand bond, cependant, a été en Afrique de l'Ouest, où sa part de la croissance de l'Afrique a augmenté ces dernières années. de 7% à 28%, ce que les auteurs attribuent en grande partie au récent redressement du Nigéria après une récession.

Figure 1. Part de la croissance du PIB de l’Afrique, par région (en pourcentage)

Figure 1. Part de la croissance du PIB de l’Afrique, par région (en pourcentage)

La source: Rapport Perspectives économiques en Afrique 2020, Banque africaine de développement.

Selon le rapport, en 2019, l'Afrique de l'Est était la région à la croissance la plus rapide du continent avec une croissance de 5,0%; L'Afrique australe a été la seule région à connaître une baisse de croissance de 2018 à 2019 (1,2% contre 0,7%) en raison de la baisse de la croissance du PIB en Afrique du Sud. Bien que le rapport prévoit également que la part de croissance de l'Afrique australe augmentera en 2021 et 2022, ces chiffres pourraient changer car le rapport a été publié en janvier avant l'épidémie de COVID-19. En effet, le continent a déjà connu des contractions dans les économies du Nigeria et de l'Afrique du Sud qui dépendent fortement de l'exportation de matières premières dont les prix ont déjà commencé à baisser face à la pandémie. Les auteurs notent que la croissance de l'Afrique est largement liée au commerce, qui a déjà connu une forte baisse de 5,7% de croissance en 2017 à 1,1% en 2019 sous la pandémie.

Comme indiqué ci-dessus, plus de la moitié de la croissance de l'Afrique au cours des dernières années a été imputable aux pays des «5 grands» que sont l'Algérie, l'Égypte, le Maroc, le Nigéria et l'Afrique du Sud (figure 2), et les auteurs prévoient que cette tendance se poursuivra. au cours des prochaines années. L’Égypte représente à elle seule un tiers de la croissance du PIB de l’Afrique, ce que le rapport attribue à des réformes économiques radicales et à une production plus précoce que prévu de ses champs de gaz de Zohr.

Figure 2. Contribution à la croissance du PIB de l’Afrique (points de pourcentage)

Figure 2. Contribution à la croissance du PIB de l’Afrique (points de pourcentage)

La source: Rapport Perspectives économiques en Afrique 2020, Banque africaine de développement.

Cette croissance du PIB du continent a été renforcée à la fois par les investissements et les exportations nettes depuis 2014, selon le rapport. Notamment, indique le rapport, c'est la première fois en une décennie que les dépenses d'investissement (54%) expliquent plus la croissance du PIB que les dépenses de consommation (31%) en Afrique. Le rapport souligne également l'augmentation des exportations nettes au cours des dernières années, qui a conduit à une croissance globale plus élevée que par le passé, passant de 1% en 2018 à 6% en 2019. Au-delà des exportations, le rapport attribue également la croissance récente à la production et à la valeur – une approche renforcée dans le secteur des services, qui explique, selon elle, plus de 50 pour cent de la croissance dans la région.

Afin de maintenir la croissance et l'expansion des économies africaines, le rapport recommande d'approfondir les réformes structurelles pour diversifier la base productive de l'Afrique et relancer la croissance, favoriser la transformation structurelle et la diversification économique pour accélérer la croissance, et améliorer l'efficacité des investissements publics grâce au renforcement des capacités, au renforcement cadres de gouvernance des dépenses, planification et suivi appropriés des projets d'investissement, parmi les stratégies.

La récente note d’orientation de l’AGI intitulée «L’impact de la crise du COVID-19 sur le commerce: données récentes en Afrique de l’Est» explore à quel point la crise du COVID-19 a eu et pourrait continuer d’affecter la croissance de l’Afrique de l’Est. Pour une discussion sur la façon dont les «industries sans cheminées» – des sous-secteurs de services dont les caractéristiques imitent l'industrie à forte intensité de main-d'œuvre – peuvent faciliter la croissance dans la région, consultez «Industries sans cheminées: contraintes à la croissance» de John Page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *