L'Europe émergente et l'union des marchés des capitaux

L'union des marchés des capitaux de l'Union européenne a besoin d'une refonte en raison du Brexit et de la profonde récession, et pour soutenir le Green Deal européen. En particulier, les fonds propres des pays d'Europe centrale et orientale sont sous-développés. Ces pays devraient prendre des mesures pour faciliter le financement par actions, accompagnées d'une réforme au niveau de l'UE.

Par:
Alexandre Lehmann

Date: 17 septembre 2020
Sujet: Finance et réglementation financière

  • Le plan d’union des marchés des capitaux (UMC) de l’Union européenne a un besoin urgent d’une refonte. En raison du Brexit, les marchés des capitaux et la surveillance de l'UE doivent être plus intégrés. La profonde récession en cours accroît le besoin de financement par actions mobilisé par les marchés financiers.
  • Les onze pays de l'UE d'Europe centrale et du sud-est qui ont rejoint l'UE en 2004 et après (UE11) sont particulièrement touchés par la consolidation en cours des bourses, qui a réduit la liquidité sur les petits marchés et dans les titres négociés des entreprises de taille moyenne.
  • Le financement des entreprises reste encore plus dépendant des banques dans l'UE11 que dans le reste de l'UE. Les fonds propres, qu'ils soient sous forme d'actions cotées ou fournis directement par des fonds d'investissement, sont particulièrement sous-développés. Même si le record de croissance soutenue et supérieure de la région par rapport au reste de l'UE devrait attirer les investisseurs, l'exposition transfrontalière aux actions négociées dans la région reste très limitée.
  • Pour être plus largement acceptée dans tous les pays de l'UE, la CMU devra soutenir plus énergiquement le financement des petites et moyennes entreprises (PME) et favoriser l'intégration du marché dans l'ensemble du marché unique, y compris en dehors de la zone euro.
  • Les priorités immédiates de l'UE devraient être de réviser la réglementation du marché et de faciliter l'accès des petites entreprises aux marchés financiers. Des normes plus légères sur les marchés dédiés aux PME devraient être élargies pour les sociétés nouvellement cotées, mais ne devraient pas être accessibles aux sociétés cotées plus matures. De cette manière, des normes élevées de transparence et d'intégrité, renforcées par la réglementation post-crise financière, seront préservées.
  • Les pays de l'UE-11 doivent adopter des règles de gouvernance d'entreprise et une plus grande transparence des données financières des entreprises, ce qui faciliterait le financement par actions. Ils doivent également attirer des investisseurs qui chercheront à divulguer les performances environnementales, sociales et de gouvernance des émetteurs. Beaucoup pourrait être fait pour favoriser la liquidité sur les bourses nationales, notamment en adoptant l'inévitable consolidation des bourses et autres infrastructures.

Citation recommandée
Lehmann, A. (2020) «L'Europe émergente et l'union des marchés des capitaux», Contribution politique 2020/17, Bruegel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *