Les prochaines étapes en Libye

Il y a eu des nouvelles légèrement encourageantes en provenance de Libye ces derniers mois, près de neuf ans après que le renversement de Mouammar Kadhafi a conduit au chaos plutôt qu'à une amélioration de la gouvernance et de la stabilité. La communauté internationale a ignoré de nombreuses chances d'aider le pays à se remettre sur pied. Maintenant, il a une autre opportunité qui ne devrait pas être gaspillée, de peur qu'une tragédie humanitaire ne s'ensuit, et la Libye redevienne une porte d'entrée de nombreux réfugiés affluant en Europe, ainsi que d'extrémistes se dirigeant vers les conflits de la région élargie du Moyen-Orient.

Les raisons immédiates de cette nouvelle opportunité proviennent d'une série de revers militaires des forces de Khalifa Haftar et de son armée nationale libyenne, qui est essentiellement une grande milice opérant à partir de bastions à l'est. Le printemps dernier, Haftar et ses forces se sont déplacés vers le sud puis l'ouest, occupant une grande partie du pays, y compris les régions centrales où le pétrole est produit, frappant finalement à la porte de la capitale Tripoli, une ville par ailleurs généralement épargnée des combats jusque-là. Haftar a bénéficié de mercenaires russes et de la puissance aérienne des Émirats arabes unis, ainsi que d'une assistance plus silencieuse de pays tels que l'Égypte, la France et l'Arabie saoudite.

Heureusement, diverses milices soutenant le gouvernement d'accord national, dirigées par le Premier ministre Fayez Serraj et bénies par les Nations Unies, ont réussi à repousser Haftar, d'abord hors du centre-ville, puis hors des bastions à proximité, et maintenant entièrement hors de l'ouest. Certes, la situation est encore fluide et des avions de guerre russes ont été aperçus dans le pays, ce qui laisse entrevoir une escalade. Cependant, avec l'aide matérielle de la Turquie, le vent a tourné.

La Libye ressemble à nouveau à ce qui était la norme depuis un certain nombre d'années, avec un gouvernement bien intentionné mais faible contrôlant efficacement uniquement certaines parties de Tripoli, diverses milices dominant dans une ville ou une autre, du pétrole coulant avec la production et la population réussissant généralement à racler par, au moins plus que ne le peuvent les habitants d'autres pays du Moyen-Orient ravagés par la guerre comme le Yémen et la Syrie. Cela signifie qu'il y a une opportunité.

En suivant un état de fait similaire en 2018 dans le cadre d'un groupe de travail dirigé par la Brookings Institution, nous avons préconisé une forme de gouvernance basée sur les villes pour la Libye. Plutôt qu'un État central fort avec ses propres forces armées, nous avons privilégié l'assemblage efficace du pays morceau par morceau à partir de zéro. Les milices et autres courtiers locaux en électricité qui toléraient les observateurs extérieurs, réduisaient au minimum la violence et assuraient la sécurité ou les services aux populations locales auraient, selon ce concept, droit à une part proportionnelle des revenus pétroliers en Libye.

Un comité de surveillance composé de Libyens ainsi que d'experts techniques externes déterminerait qui a droit à un tel financement et qui devrait être au moins temporairement arrimé à certains d'entre eux en raison d'un mauvais comportement. Une force d'observation des Nations Unies pourrait également se déployer dans le pays en petit nombre, non pas pour maintenir la paix, mais pour signaler les violations et inciter ainsi les milices à maintenir la paix entre elles et dans les zones qu'elles contrôlent.

La situation en Libye ne suggère pas que tous les groupes armés de la région peuvent déposer leurs armes. Leur existence n'est pas seulement un phénomène lié au pouvoir. Cela va beaucoup plus loin. Les jeunes hommes, sans réseau étatique capable de leur donner une dimension citoyenne critique, ont trouvé leur réalisation économique et sociale dans les milices, un sentiment d'appartenance qui sera difficile à déchaîner. Au fil du temps, ce système pourrait évoluer en un ensemble de gouvernements municipaux et de petites armées ou paramilitaires qui rejoindraient ensuite la Garde côtière en tant que véritable service de sécurité nationale. L'effort se ferait de bas en haut et non de haut en bas.

Mais il y a quelques problèmes. Haftar n'a peut-être pas encore accepté son retour à un courtier régional en électricité dans une partie seulement de la Libye. S'il projette de reprendre une grande partie ou la totalité du pays, il devra être arrêté. Mais le défi est que ce genre d'idée ne va pas émerger des Libyens eux-mêmes. Il n'y a pas assez de confiance et il y a trop d'acteurs disparates, tous relativement faibles. Aucun, sauf peut-être Serraj, n'est en mesure de demander l'assistance économique et sécuritaire, ainsi qu'une force d'observation des Nations Unies, qui seraient très probablement nécessaires pour un tel concept de relèvement et de réunification.

À une époque d'incertitude au pays et à l'étranger, et avec les efforts diplomatiques de la Corée du Nord à l'Afghanistan et ailleurs morts dans l'eau, l'administration devrait envisager d'arbitrer un nouveau processus de paix pour promouvoir une vision de la coopération en Libye. La plupart des Libyens considèrent les États-Unis plus que les autres partis comme neutres et relativement bien intentionnés. Le moment est venu de tenter à nouveau ce problème, tout en étant plus réaliste sur ce qu'il faudra pour ramener un semblant d'ordre en Libye que ne l'ont tenté d'autres efforts antérieurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *