Les presses d'imprimerie de la banque centrale sont peut-être surmultipliées, mais l'inflation n'est pas la véritable menace ici

Il y a quelques semaines, je pensais que ce serait un bon moment pour mettre à niveau mon SUV, alors je l'ai répertorié comme une vente privée. Quelques jours plus tard, j'ai eu une bouchée, mais c'était assez inhabituel et une offre très surprenante – un sac plein de lingots d'or de 1 once. Comme je n'avais pas de kit de test sur moi, j'ai décidé de passer mais ça m'a vraiment fait réfléchir: la prochaine offre serait-elle un portefeuille numérique plein de bitcoin?

Le récit de l'inflation est sur Main Street depuis un certain temps maintenant, mais à en juger non seulement par mon expérience personnelle, mais aussi par le tableau actuel des stratèges, il attire beaucoup plus l'attention ces derniers temps.

En surface, cela a du sens. Les presses d'imprimerie des banques centrales sont surexcitées, les taux d'intérêt flirtent avec le négatif, les annonces de dépenses quotidiennes des chefs de gouvernement continuent d'accumuler d'énormes quantités de dettes et les marchés boursiers semblent être sur la bonne voie pour la reprise.

Par exemple, la Réserve fédérale américaine a vu son bilan grimper à près de 7 billions de dollars américains depuis l'épidémie, les bons du Trésor à 10 ans rapportent un maigre 0,65%, le déficit américain était de 738 milliards de dollars rien qu'en avril et le S&P 500 est en baisse seulement 9,5% cette année, bien au-dessus de ses plus bas de mars, alors qu'il était en baisse de 32%. Sur une base de 12 mois, le S&P 500 est en fait toujours en hausse de plus de 3%.

En conséquence, beaucoup remettent naturellement en question le décalage entre les derniers chiffres économiques et le marché boursier. Les faucons d'inflation, quant à eux, vont un peu plus loin, avertissant de l'hyperinflation lorsque l'économie revient à son niveau d'avant la crise et que nous avons tous ces stimulants fiscaux et monétaires en place.

À mon avis, cela devient une histoire plutôt fatiguée, une histoire qui n'a fait gagner de l'argent à personne au cours des 35 dernières années et qui ne le fera probablement pas dans un avenir proche non plus. Nous sommes plus préoccupés par le potentiel de déflation à venir qu'autre chose, car malgré les stimulants budgétaires et monétaires massifs, il existe un risque réel que l'économie ne revienne pas aux niveaux d'avant la crise pendant un certain temps.

Jose Maria Barrero, Nick Bloom et Steven J. Davis du Becker Friedman Institute for Economics de l'Université de Chicago ont récemment publié un document de travail alarmant intitulé «Covid-19 is also a Reallocation Shock», qui montre le potentiel de certains effets durables les impacts économiques, une situation que beaucoup sous-estiment.

«En nous fondant sur les résultats de notre enquête et sur les preuves historiques de la relation entre les licenciements et les rappels, nous estimons que 42 pour cent des licenciements récents provoqués par une pandémie entraîneront une perte permanente d'emploi. Si la pandémie et la fermeture économique partielle perdurent pendant plusieurs mois, ou si des pandémies aux conséquences graves pour la santé et à des taux de mortalité élevés deviennent un phénomène récurrent, il y aura des conséquences profondes et à long terme pour la réaffectation des emplois, des travailleurs et des capitaux entre les entreprises et les emplacements . « 

Alors demandez-vous, si nous n'avons pas vu l'inflation avec des niveaux de chômage record au cours des dernières années et de nombreuses séries de mesures de relance monétaire, que se passera-t-il si le scénario susmentionné se joue, en particulier une fois que les fonds de sauvetage du gouvernement auront pris fin?

En fait, en creusant un peu plus dans les allocations de rendement, le marché boursier signale déjà une partie de ce risque étant donné qu'il récompense les entreprises opérant dans ces segments de l'économie qui bénéficient ou ne sont pas aussi affectées par la fermeture.

Selon Alicia Levine, stratège en chef de BNY Mellon Investment Management, dans une interview accordée à BNN Bloomberg, 75% du mouvement du S&P 500 par rapport aux creux de mars était dû à seulement cinq actions. En particulier, Apple, Amazon, Facebook, Alphabet et Microsoft ont surperformé le reste du S&P 500 de 10 à 40% cette année avec des gains cumulatifs allant de 2,5 à près de 30%.

Comparez cela aux secteurs qui sont exposés à la baisse à la transition vers l'économie au foyer, tels que l'énergie, les services financiers, l'industrie et l'immobilier, qui sont toujours en baisse de 15 à près de 35% cette année à ce jour.

Cela dit, si vous faites attention, il y a de l'argent à faire dans ces segments du marché même dans un environnement de faible inflation. Par exemple, de nombreuses entreprises recherchent déjà des moyens de transformer rapidement leurs activités vers le nouveau paradigme numérique qui, en cas de succès, pourrait procurer un retour sain à leurs investisseurs. Les secteurs traditionnels tels que le pétrole et le gaz devront également s'adapter en se consolidant, les producteurs les moins chers survivant.

C'est une bonne nouvelle pour ceux qui se demandent quoi faire de leurs sacs d'or.

Martin Pelletier, CFA, est gestionnaire de portefeuille chez Wellington-Altus Private Counsel Inc. (anciennement TriVest Wealth Counsel Ltd.), une société de placement privée et institutionnelle spécialisée dans les portefeuilles discrétionnaires à gestion des risques, l'audit / surveillance des investissements et la planification fiscale et successorale avancée .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *