Les préjugés des éducateurs sont associés aux disparités raciales dans le rendement et la discipline des élèves

Les responsables de l'éducation à travers le pays se sont joints au choeur condamnant les récents meurtres de Noirs par la police. Les déclarations publiées par les surintendants et les syndicats d’enseignants suggèrent une prise en compte du racisme institutionnel et des préjugés enracinés dans les écoles. Certains districts scolaires ont profité de cette période de réflexion nationale pour proposer des actions et des changements de politique visant à réduire les disparités raciales dans l'éducation et à créer des systèmes scolaires antiracistes.

Les spécialistes de l'éducation ont émis l'hypothèse que les préjugés implicites ou les croyances inconscientes peuvent contribuer à des disparités raciales tenaces dans l'éducation, telles que des différences dans les résultats des élèves et la discipline scolaire entre les élèves noirs et blancs. Par exemple, les croyances raciales inconscientes des enseignants pourraient produire des évaluations biaisées des résultats scolaires des élèves, ce qui se traduit par de réelles implications pour le niveau d’instruction. Pourtant, les preuves reliant les préjugés des enseignants à ces disparités font défaut.

Dans une étude publiée dans Educational Researcher ce mois-ci, nous examinons les biais implicites des enseignants et leurs corrélats. Nos résultats, décrits plus en détail ci-dessous, confirment en grande partie les hypothèses qui relient les préjugés implicites des enseignants au niveau du comté aux disparités dans les résultats et la discipline scolaire entre les élèves noirs et blancs au niveau du comté.

Mesurer le biais implicite nécessite de puiser dans la cognition implicite – une tâche difficile. Dans notre étude, nous exploitons les données du test d'association implicite blanc-noir de Project Implicit (IAT). L'IAT blanc-noir évalue les associations automatiques des candidats aux tests pour les Blancs et les Noirs. L'IAT identifie les préjugés grâce à une série de tâches informatisées à grande vitesse, qui comparent la rapidité avec laquelle les individus associent les Blancs et les Noirs à certaines attitudes (par exemple, favorables, défavorables). Nous associons ces données à des données nationales sur les écarts de réussite raciale, mises à disposition par le Stanford Education Data Archive, et les écarts de discipline raciale, mises à disposition par la Civil Rights Data Collection.

Il est important de noter que la conception de notre recherche ne nous permet pas de conclure définitivement que les préjugés des enseignants provoquent des disparités raciales dans les résultats des élèves ou d’identifier les mécanismes qui sous-tendent la relation biais-résultats. Pourtant, les résultats décrits ci-dessous persistent même après avoir pris en compte d'importants facteurs contextuels (par exemple, le statut socio-économique et les mesures de ségrégation) et des facteurs pédagogiques (par exemple, les dépenses par élève et le ratio élèves / enseignant).

Notre première constatation clé est que les éducateurs, comme le grand public, ont un «léger» biais implicite pro-blancs / anti-noirs et que ce biais est plus fortement lié à des facteurs individuels qu'à des facteurs contextuels. Les enseignants de couleur montrent un biais moyen plus faible que les enseignants blancs, les enseignants noirs montrant le moins de biais anti-Noir. Mais les enseignants de couleur représentent une part bien plus petite du personnel enseignant que les enseignants blancs. Les enseignantes, qui continuent d'être nettement plus nombreuses que les hommes, affichent un biais moyen plus faible. Nous constatons également que les enseignants travaillant dans des comtés comptant une plus grande proportion d'élèves noirs présentent des niveaux inférieurs de biais implicite. Cela peut être dû au fait que les enseignants ayant moins de préjugés préfèrent travailler dans des comtés avec plus d'élèves noirs et / ou que le fait de travailler dans des écoles desservant plus d'élèves noirs conduit à moins de préjugés. Quoi qu'il en soit, il y a un certain soulagement que nous n'observions pas le schéma inverse.

Notre deuxième constatation clé est que nous observons des disparités raciales plus importantes dans les résultats des tests et les suspensions dans les comtés où les préjugés pro-blancs / anti-noirs implicites et explicites sont plus forts parmi les enseignants. Dans la figure 1, nous représentons les différences prédites entre les Blancs et les Noirs dans les scores aux tests pour les comtés avec différents niveaux de biais implicite des enseignants (en supposant des valeurs moyennes sur d'autres caractéristiques contextuelles). La ligne verticale continue identifie les comtés avec un biais moyen des enseignants; dans ces comtés, les élèves noirs obtiennent environ 0,55 écarts-types (ET) inférieurs aux élèves blancs aux tests. À l'inverse, les comtés où le biais des enseignants est «peu ou pas du tout» pro-Blanc / anti-Noir se trouvent à gauche de la ligne verticale en pointillés; pour ces comtés, les différences de score aux tests vont jusqu'à environ 0,40 ET. Les différences prévues dans les disparités apparaissent même après avoir tenu compte de plusieurs facteurs variant selon le contexte qui contribuent aux écarts de rendement ou d'opportunités, y compris des facteurs individuels (par exemple, la pauvreté) et des facteurs scolaires (par exemple, la ségrégation raciale). Malheureusement, très peu de pays présentent de faibles niveaux de biais implicite des enseignants: sur les 764 que nous analysons, seuls sept étaient des enseignants, en moyenne, manifestant «peu ou pas» de biais pro-blancs / anti-noirs.

Différences de score au test blanc-noir au niveau du comté par biais

Les élèves noirs dans les comtés où les enseignants ont des niveaux moyens de biais ont également prédit des probabilités d'être suspendues qui sont beaucoup plus élevées que celles des élèves noirs dans les comtés à faible biais pro-blanc / anti-noir.

Dans la figure 2, nous montrons les probabilités prédites pour les suspensions à l'école (à gauche) et hors de l'école (à droite) pour les élèves noirs et blancs. Encore une fois, la ligne verticale continue identifie les comtés avec un biais moyen des enseignants et la ligne verticale en pointillés aide à délimiter ceux qui ont un faible biais pro-blanc / anti-noir. Dans les comtés avec un biais moyen, nous estimons que les élèves noirs ont une probabilité prédite de 13% et 16% d'être suspendus dans et hors de l'école, respectivement, alors que les élèves blancs ont une probabilité de 5% d'être suspendus à l'école ou non. Pendant ce temps, les élèves noirs dans les comtés où le biais des enseignants est faible ont jusqu'à 8% de probabilité prédite d'être suspendus à la fois à l'école et hors de l'école, tandis que les élèves blancs ont des probabilités de suspension allant jusqu'à 2% et 4%. Ces résultats sont généralement similaires à ceux d'une étude publiée l'année dernière qui a examiné les biais implicites de la population en général et les lacunes de la discipline raciale en utilisant une approche analytique légèrement différente.

Différences de discipline entre les Blancs et les Noirs au niveau du comté par biais

Dans l'ensemble, nos recherches suggèrent que les préjugés des enseignants peuvent contribuer aux disparités apparemment enracinées dans les résultats scolaires et aux suspensions entre les élèves noirs et blancs. Les réformateurs de l'éducation et les décideurs politiques ont cherché à réduire les résultats inégaux des élèves noirs pendant des décennies. Bon nombre de ces efforts, même lorsqu'ils sont entrepris par des éducateurs bien intentionnés, ont largement échoué. Les courants sous-jacents des préjugés implicites des éducateurs pourraient expliquer en partie pourquoi des réformes bien intentionnées visant à lutter contre les disparités raciales ont peu à démontrer.

Mais il est probablement plus compliqué de s'attaquer aux préjugés implicites que d'exiger des éducateurs une formation. En fait, les données récentes sur les interventions conçues pour réduire les biais implicites montrent peu d'impact global sur le comportement. Cela peut être dû au fait que le biais implicite a une grande composante contextuelle. Selon certains spécialistes des préjugés implicites, les mesures agrégées des préjugés, comme celles que nous utilisons, sont mieux considérées comme mesurant le résidu psychologique du racisme structurel (p. En d'autres termes, tant que le racisme structurel sera important, les préjugés implicites le seront également. Travailler à la fois à démanteler les facteurs contextuels qui induisent un biais implicite plus grand et à prendre en compte les attitudes implicites des enseignants individuels est probablement nécessaire pour que cette vague d’action la plus récente puisse réaliser son potentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *