Les politiciens admettront-ils leur erreur de verrouillage? – AIER

Voyez si vous pouvez donner un sens à la transcription suivante d'une entrevue avec Donald Trump sur le verrouillage, menée par Sharyl Attkisson.

Président Trump: Donc j'entendais des millions de personnes, et ça aurait été des millions de personnes si nous n'avions pas fermé. Maintenant, est-ce que je l'arrêterais à nouveau? Non, car nous le comprenons maintenant beaucoup mieux. Nous n'en savions rien, c'était nouveau, c'était frais.

Sharyl: Vous voulez dire que vous n'auriez pas, rétrospectivement, fermé le –

Président Trump: J'aurais fait exactement. Nous avons fait exactement les mouvements que j'aurais faits. Et je l'ai fait tôt. Tony Fauci, Dr Birx, ils ont tous dit que ce que j'avais fait était incroyable. Rétrospectivement, Tony, comme vous le savez, n'a jamais pensé qu'il allait être aussi sévère qu'il l'était. Et nous parlons de mois plus tard, longtemps après que j'ai fait l'interdiction. J'ai fait une interdiction et personne n'a pensé que je devrais le faire. Je veux dire, littéralement, je ne pense pas que quiconque ait pensé que je devrais le faire. J'ai pris cette décision par moi-même et cela s'est avéré être une excellente décision. Des centaines de milliers de vies sont sauvées.

Lequel est-ce? Je comprends que tous les politiciens sont insensibles à admettre l'erreur et encore moins à exprimer la contrition. Ce n'est pas seulement Trump. J'ai entendu une version de cette histoire d'experts à tous les niveaux qui ont tous deux poussé le verrouillage mais qui disent maintenant que c'était une erreur – mais une erreur qui a dû être faite d'une manière ou d'une autre parce que: « Que pouvez-vous faire d'autre? »

Une chose que vous pourriez faire: en l'absence d'informations, on pourrait par défaut préserver la dignité humaine, la liberté et l'état de droit, puis se mettre au travail pour recueillir des informations. Au lieu de cela, celui-ci est allé dans l'autre sens: fermer l'ensemble de la société simplement en raison des incertitudes.

La liberté et les principes fondamentaux sont-ils des luxes auxquels nous nous adonnons et nous permettons uniquement dans les bonnes conditions? Nos droits existent-ils uniquement avec la permission de l'État de sorte qu'ils peuvent être effacés sous n'importe quel prétexte?

Maintenant, vous pourriez dire qu'un nouveau virus en l'absence de test est une exception rare. Le problème est que c'est incorrect. Un siècle d'histoire aux États-Unis regorge de nouveaux virus, et les tests n'ont pas toujours été disponibles et encore moins universels. De plus, le vrai dossier ici démontre qu'une coterie d'experts haut de gamme attendait 14 ans pour déployer son expérience dans un nouveau paradigme pour faire face à la maladie. Dans toutes les autres pandémies, les politiciens sont restés à l'écart et le gouvernement a laissé l'économie tranquille. Nous avons fait confiance à des personnes et à des experts médicaux pour régler le problème, et cela a fonctionné. Ce n'est que cette fois que nous avons fait volte-face, et il faudra probablement des années avant qu'il ne soit universellement admis qu'il s'agit d'une erreur catastrophique.

Il y a également ici un élément psychologique, alimenté par la pression des médias. Au début, un de mes amis a comparé les lockdowners paniqués aux nouveaux résidents des villes côtières pendant la saison des ouragans. Les médias déclarent toujours et partout que chaque ouragan est la mère de toutes les tempêtes. Ils crient et crient pour que tout le monde court et se cache, va quelque part, n'importe où, mais là. Ensuite, la tempête change de direction, ce qui fournit une autre excuse pour une mise à jour des nouvelles, disant à plus de gens de paniquer et de courir pour leur vie.

Personne ne sait avec certitude à quoi ressemblera la tempête ni où elle atterrira. Il faut généralement quelques années pour que les nouveaux résidents s'en rendent compte, ignorent ce que les médias crient, soyez prudents, mais n'oubliez pas que l'évaluation des risques est difficile. Généralement, il n'y a probablement aucune bonne raison de passer des jours à monter à bord de votre maison et à vous diriger vers les collines (étant donné que l'ouragan pourrait également frapper les collines). En d'autres termes, cela prend un peu de temps pour devenir rationnel à propos de ces choses, mais finalement tout le monde dans les villes côtières le fait.

Qu'en est-il de ceux qui passent des semaines à monter à bord de la maison, des milliers de dollars pour la nourriture et les congélateurs, puis des journées à conduire en famille en courant, passant de quelque chose qui ne se matérialise jamais en un peu de vent et de pluie? Maintenant, la bonne réponse est que tout cela était une erreur. Clairement. Mais ce n'est généralement pas la réponse que vous obtenez.

Au lieu de cela, la personne paniquée dira généralement: j'ai fait ce que je devais faire compte tenu des informations que j'avais, et donc, oui, si je devais recommencer, je ferais exactement la même chose. C'est bien sûr complètement irrationnel car il n'y a pas eu de mauvais temps, et c'est un fait connu. Pourtant, l'attrait du sophisme des coûts irrécupérables pour fournir des justifications ex post à un comportement irrationnel est une chose puissante.

Ce problème affecte désormais des milliers de politiciens en Amérique. Une grande partie des rituels absurdes que nous traversons – ces restrictions d'éloignement, les mandats de masque, les limites d'occupation, etc. – ne sont que des protocoles imposés pour donner l'impression qu'il s'agit d'un monde très dangereux et infecté par des virus, donc le verrouillage était correct même si le virus s'est avéré être presque rien du tout pour 99% du public.

Cela ressemblerait à un maire qui a ordonné irrationnellement l'évacuation d'un demi-pouce de pluie pour ordonner plus tard aux résidents de retour de porter des bottes en caoutchouc et des lunettes de protection pendant un mois. C’est une façon de répandre et de partager la peur pour éviter les erreurs flagrantes du maire lui-même. C’est une justification ex post de contraindre les gens à des fins inutiles, mais d’essayer d’éviter le blâme («Nous ne savions rien de la tempête, nous avons donc fait ce qu'il fallait.»).

Ainsi allons-nous continuer cette danse kabuki d'ouverture pour quelques mois de plus simplement pour que les politiciens et paniqués parmi nous puissent sauver la face et éviter d'admettre l'erreur.

Et pourtant, chaque jour, les preuves affluent de la calamité. Les derniers calculs de pertes révèlent des épaves bien au-delà de celles des décès dus au COVID-19. Les auteurs Scott W. Atlas (Hoover Institution), John R. Birge (University of Chicago), Ralph L Keeney (Duke University et University of Southern California) et Alexander Lipton (Hebrew University) écrivent:

Au cours du siècle dernier, trois pandémies ont fait au moins 100 000 morts aux États-Unis: la «grippe espagnole», 1918-1919, avec entre 20 et 50 millions de morts dans le monde, dont 675 000 aux États-Unis; la «grippe asiatique», 1957-1958, avec environ 1,1 million de décès dans le monde, dont 116 000 aux États-Unis; et la «grippe de Hong Kong», 1968-1972, avec environ 1 million de personnes dans le monde, dont 100 000 aux États-Unis. Jusqu'à présent, la pandémie actuelle a fait près de 100 000 morts aux États-Unis, mais la réaction d'un arrêt économique presque complet est sans précédent.

La perte de production économique aux États-Unis seulement est estimée à 5% du PIB, soit 1,1 billion de dollars pour chaque mois de fermeture économique. Cette perte de revenu entraîne la perte de vies car le stress du chômage et la satisfaction des besoins de base augmentent l'incidence du suicide, de l'abus d'alcool ou de drogues et des maladies induites par le stress. Ces effets sont particulièrement graves sur la population à faible revenu, car elle est plus susceptible de perdre son emploi et les taux de mortalité sont beaucoup plus élevés pour les personnes à faible revenu.

Statistiquement, chaque tranche de 10 à 24 millions de dollars de revenus américains entraîne un décès supplémentaire. Une partie de cet effet s'explique par le chômage, qui entraîne une augmentation moyenne de la mortalité d'au moins 60%. Cela se traduit par 7 200 vies perdues par mois parmi les 36 millions d'Américains nouvellement au chômage, dont plus de 40% ne devraient pas retrouver leur emploi. En outre, de nombreux propriétaires de petites entreprises sont sur le point de s'effondrer financièrement, créant une perte de richesse qui se traduit par une augmentation de 50% de la mortalité. Avec une estimation moyenne d'une perte de vie supplémentaire par 17 millions de dollars de perte de revenu, cela se traduirait par 65000 vies perdues aux États-Unis pour chaque mois en raison de la fermeture économique.

En plus des vies perdues en raison de la perte de revenus, des vies sont également perdues en raison des soins de santé retardés ou abandonnés imposés par l'arrêt et de la peur qu'elle crée chez les patients. D'après des communications personnelles avec des collègues en neurochirurgie, environ la moitié de leurs patients ne sont pas apparus pour un traitement d'une maladie qui, non traitée, risque d'hémorragie cérébrale, de paralysie ou de mort.

Voici les exemples de soins de santé manqués sur lesquels nous basons nos calculs: Les évaluations d'AVC d'urgence sont en baisse de 40%. Sur les 650 000 patients atteints de cancer qui reçoivent une chimiothérapie aux États-Unis, environ la moitié n'ont pas reçu de traitement. Sur les 150 000 nouveaux cas de cancer généralement découverts chaque mois aux États-Unis, la plupart – comme ailleurs dans le monde – ne sont pas diagnostiqués, et les deux tiers aux trois quarts des dépistages de cancer de routine ne se produisent pas en raison des politiques d'arrêt et de la peur population. Près de 85% moins de transplantations de donneurs vivants ont lieu actuellement, par rapport à la même période l'an dernier. En outre, plus de la moitié des vaccinations infantiles ne sont pas effectuées, ce qui ouvre la perspective d'un futur désastre sanitaire massif.

Les implications des retards de traitement pour des situations autres que COVID-19 entraînent 8000 décès aux États-Unis par mois d'arrêt, soit environ 120000 ans de vie restante. Les accidents vasculaires cérébraux manqués contribuent à une perte supplémentaire de 100 000 ans de vie pour chaque mois; les diagnostics tardifs de cancer perdent 250 000 ans de vie restante pour chaque mois; des greffes de donneurs vivants manquantes, 5 000 ans de vie supplémentaires par mois – et, même si 10% des vaccinations ne sont pas effectuées, il en résulte 24 000 années de vie supplémentaires perdues chaque mois.

Ces conséquences involontaires de soins de santé manqués représentent plus de 500 000 années de vie perdues par mois, sans compter tous les autres soins ignorés connus.

Si nous ne considérons que les décès liés au chômage résultant de la fermeture économique, cela représenterait au moins 7 200 vies supplémentaires par mois. En supposant que ces décès surviennent proportionnellement selon l'âge des données actuelles sur la mortalité aux États-Unis, et également chez les hommes et les femmes, cela représente plus de 200000 années de vie perdues pour chaque mois de l'arrêt économique.

En comparaison, les décès dus au COVID-19 ont chuté de manière disproportionnée chez les personnes âgées, en particulier dans les maisons de soins infirmiers et celles souffrant de comorbidités. Sur la base des durées de vie restantes attendues de ces patients atteints de COVID-19, et étant donné que 40% des décès surviennent dans des maisons de soins infirmiers, la maladie a jusqu'à présent causé 800 000 années de vie perdues. En considérant uniquement les pertes de vie dues à des soins de santé manqués et au chômage dues uniquement à la politique de verrouillage, nous estimons prudemment que le verrouillage national est responsable d'au moins 700 000 années de vie perdues chaque mois, soit environ 1,5 million jusqu'à présent – dépassant déjà de loin le COVID-19 au total.

En conclusion, était-ce une erreur? Oui. Il est temps de l'admettre. Il devrait y avoir des actes de contrition de la classe politique et des modélistes qui les ont conseillés, dans lesquels ils déclarent haut et fort qu'ils sont sincèrement désolés pour leurs péchés, mea culpa, mea maxima culpa.

Jeffrey A. Tucker

Jeffrey A. Tucker est directeur de la rédaction de l'American Institute for Economic Research.
Il est l'auteur de plusieurs milliers d'articles dans la presse savante et populaire et de huit livres en 5 langues, plus récemment The Market Loves You. Il est également rédacteur en chef de The Best of Mises. Il parle largement sur des sujets d'économie, de technologie, de philosophie sociale et de culture.
Jeffrey est disponible pour prendre la parole et des interviews via son e-mail. Tw | FB | LinkedIn

Soyez informé des nouveaux articles de Jeffrey A. Tucker et AIER. SOUSCRIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *