Les jeunes Africains ont besoin d'emplois plus nombreux et de meilleure qualité, pas de plus de formation

Lorsque le monde se reconstruira après la crise du COVID-19, l'Afrique aura un défi unique à relever: amener sa main-d'œuvre extrêmement jeune à des emplois décents, productifs et sûrs. L’Afrique a la population la plus jeune du monde, un fait qui, selon certains espoirs, se traduira par moins de décès et de cas graves, bien que les systèmes de santé de la région soient extrêmement sous-financés.

Même avant la pandémie mondiale, de nombreux jeunes Africains avaient du mal à trouver un emploi productif, se retrouvant souvent sous-employés ou perpétuellement engagés dans un travail indépendant peu rémunéré, à faible productivité et précaire. Cette tendance, associée à une inquiétude persistante, bien que, selon nous, infondée, parmi les dirigeants politiques et la communauté internationale selon laquelle certains jeunes frustrés pourraient se tourner vers la criminalité violente, l'extrémisme militant ou les manifestations, a favorisé une pléthore d'initiatives pour l'emploi des jeunes. La plupart de ces initiatives se concentrent sur l'offre de formation professionnelle post-scolaire ou de coaching en entrepreneuriat aux jeunes – et leurs impacts sur les revenus des jeunes ou sur l'économie en général n'ont pas été particulièrement encourageants.

Pas une crise du «chômage des jeunes», mais une crise des «emplois manquants»

Dans notre récent article de Brookings, nous soutenons que de tels efforts sont voués à l'échec car la crise du «chômage des jeunes» en Afrique est en fait une crise des «emplois manquants». En effet, de nombreuses personnes en Afrique ne manquent pas tant de compétences ou d'éducation que de l'opportunité d'appliquer leurs connaissances et compétences de manière à faire progresser leur pays sur le plan économique. Nous soutenons que, plutôt que ce problème soit spécifique aux jeunes, en fait, les personnes de tous âges sont confrontées à une pénurie criante d'emplois formels et productifs – du type qui pourrait être considéré comme un travail «bon» ou «décent».

L'accent dominant sur la création d'emplois pour les jeunes grâce à la formation est un cas de faux diagnostic de problème conduisant à des interventions erronées, qui sont non seulement inefficaces à court terme, mais gaspillent également les ressources nécessaires d'urgence. Le fait de recruter des chercheurs d'emploi plus qualifiés et plus motivés n'a pas créé plus d'emplois et a plutôt détourné le financement et l'attention des stratégies susceptibles de créer plus d'emplois. Le problème doit être reconnu pour ce qu'il est vraiment: une crise d'emplois manquants.

Reconnaître que les emplois pour les jeunes Africains ne sont pas simplement une session de formation, un microcrédit ou un incubateur de startups de plus – que les interventions du côté de l'offre à elles seules ne favorisent pas la création d'emplois à grande échelle – ouvre un espace pour réfléchir à une nouvelle génération de programmes.

Ce manque d'emplois entraîne une précarité – en trois dimensions – pour les personnes de tous âges. La première dimension est le risque de revenu, car la plupart des Africains – qu'ils soient jeunes ou vieux, travaillant dans le secteur de l'agriculture domestique ou des entreprises ou dans l'économie émergente du «gig» – sont contraints de supporter tous les risques associés aux conditions météorologiques variables, aux ravageurs des cultures, à la maladie, au prix. fluctuations, perturbations du marché, vols, etc. La deuxième dimension est l'instabilité, car de nombreuses activités dans les exploitations familiales ou dans les entreprises informelles sont temporaires et / ou saisonnières, ce qui entraîne un sous-emploi permanent et de faibles revenus pour ceux qui sont coincés dans ces secteurs. La troisième dimension est le manque de protection sociale, car la plupart des Africains travaillent dans des conditions dans lesquelles les protections et les lois du travail ne s'appliquent pas, et peu de pays disposent d'un filet de sécurité significatif.

Les priorités doivent changer

Après la crise du COVID-19, plus que jamais, les priorités devront changer pour que le travail décent soit disponible pour tous ceux qui le recherchent. Les politiques et programmes doivent se concentrer sur les conditions structurelles des économies africaines et viser une transformation globale. Même si de tels efforts peuvent prendre des années à porter leurs fruits, le prix en vaut la peine.

Plus précisément, les décideurs doivent repenser les dépenses consacrées à des programmes qui ciblent uniquement ou spécifiquement les jeunes, mais s'attaquent plutôt aux obstacles à la création d'emplois de qualité pour les travailleurs de tout âge. En outre, les gouvernements et les multilatéraux devraient s'engager à dépenser de l'argent pour mettre en place des systèmes de protection sociale qui protègent les gens des pires effets de la précarité et leur permettent de réaliser leur potentiel. Le bon type de protection sociale favorise le dynamisme et la transformation plutôt que de les entraver.

Les gouvernements africains, pour la plupart, connaissent déjà l'importance de la transformation économique. Dans le même temps, nous pensons que les partenaires de développement étrangers devraient repenser leurs approches. Les petits projets d’emploi des jeunes, qui dispensent une formation à quelques centaines ou milliers de jeunes à la fois et peuvent porter le logo d’un seul donateur, coûtent beaucoup d’argent. En fait, par élève, les interventions de formation telles que la formation technique et professionnelle publique coûtent beaucoup plus cher que les investissements dans une meilleure scolarisation secondaire pour tous. Et ils réussissent bien trop peu.

Reconnaître que les emplois pour les jeunes Africains ne sont pas simplement une session de formation, un microcrédit ou un incubateur de startups de plus – que les interventions du côté de l'offre à elles seules ne favorisent pas la création d'emplois à grande échelle – ouvre un espace pour réfléchir à une nouvelle génération de programmes. Bien que les priorités en matière de politique et d'investissement soient spécifiques au contexte, celles-ci incluront dans de nombreux cas une politique industrielle visant à accroître la fabrication et les services à forte intensité de main-d'œuvre, les investissements dans les infrastructures nécessaires d'urgence, une meilleure intégration régionale et des mécanismes de protection sociale tels que les transferts monétaires ou les revenus de base. Ces politiques aideront à court terme à atténuer les pires effets de la crise actuelle et à plus long terme à générer une croissance et un développement inclusifs.

Pour plus d’informations sur la création d’emplois en Afrique, voir le commentaire de John Page examinant les obstacles à la croissance dans les industries sans cheminées – des sous-secteurs de services à haute productivité spécifiques susceptibles d’absorber un grand nombre de main-d’œuvre moins qualifiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *