Les défis de la relance économique en Afrique subsaharienne

La pandémie COVID-19 a arrêté ou inversé des années de progrès sur les objectifs de développement durable (ODD), constate le rapport des gardiens de but 2020, publié ce mois-ci par la Fondation Bill et Melinda Gates. Surtout, le rapport fait valoir que la pandémie n'a pas été simplement une crise sanitaire: elle a eu des effets négatifs majeurs sur les économies, l'éducation, la sécurité alimentaire et les services de santé non directement liés au COVID-19, tels que le traitement du VIH / SIDA et le soutien. pour la planification familiale. De plus, le rapport note que la crise la plus étendue, qui s'est étendue à tous les pays indépendamment de la propagation du COVID-19, est économique. En fait, le Fonds monétaire international prévoit que l'économie mondiale perdra 12 billions de dollars sur 2020-2021 en raison de la pandémie.

Jusqu'à présent, dans de nombreux pays riches, les dépenses consacrées aux programmes de relance économique et de protection sociale ont contribué à réduire l'impact économique de la pandémie sur les vies et les moyens de subsistance. Dans le même temps, cependant, les pays à faible revenu ont été limités dans leur capacité à fournir une stimulation économique similaire. Dans la plupart des cas, la taille de la relance économique en pourcentage du PIB est plus élevée dans les pays du G-20 que dans les pays d'Afrique subsaharienne (figure 1). En effet, le financement de relance moyen en pourcentage du PIB est d'environ 22% dans les pays du G-20, et seulement d'environ 3% dans les pays d'Afrique subsaharienne. De plus, étant donné que le PIB est plus faible dans la plupart des pays africains que dans la plupart des pays du G-20, les grandes différences dans les dépenses de relance en pourcentage du PIB dénotent des différences encore plus importantes dans les dépenses totales de relance. Comme l'indique le rapport, les dépenses de relance dans les pays africains sont «une part beaucoup plus petite d'un gâteau beaucoup plus petit».

Figure 1. Ampleur du stimulus économique en réponse au COVID-19

Figure 1. Ampleur de la relance économique en réponse au COVID-19 (Source: Rapport des Gardiens de But 2020, Fondation Bill et Melinda Gates)

La source: Rapport des gardiens de but 2020, Fondation Bill et Melinda Gates.

Dans le même temps, le rapport indique que de nombreux pays à faible revenu poursuivent des stratégies innovantes pour aider à surmonter les effets de la pandémie COVID-19. Au Nigéria, par exemple, plus de 100 partenaires du secteur privé ont créé la Coalition contre le COVID, qui a recueilli jusqu'à présent 80 millions de dollars pour soutenir la réponse du gouvernement nigérian à la pandémie. De nombreux pays africains, y compris les membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo), ont soit mis en œuvre de nouveaux programmes de transfert d'argent numérique, soit élargi sur les programmes existants pour distribuer de l'argent directement à leurs citoyens.

Malgré ces innovations, étant donné les PIB généralement bas des pays africains, il y a une limite au montant que les gouvernements pourront dépenser pour soutenir leurs citoyens. En conséquence, le rapport estime que la pandémie a déjà a poussé près de 37 millions de personnes dans le monde sous le seuil de pauvreté extrême. La pandémie a également eu des effets néfastes majeurs sur les progrès liés à d'autres ODD, tels que la santé, l'éducation et la sécurité alimentaire. Le rapport fait valoir que pour réduire les dommages causés par le COVID-19, les pays du monde entier doivent collaborer pour développer des diagnostics, des traitements et des vaccins pour gérer le COVID-19; fabriquer autant de tests et de traitements ou de doses de vaccins que possible; et fournir ces outils équitablement à ceux qui en ont le plus besoin. Selon les auteurs, «Nous ne pouvons pas reconstruire les systèmes de santé, les systèmes économiques, les systèmes éducatifs et les systèmes alimentaires – sans parler de les rendre meilleurs qu'ils ne l'étaient au début de cette année – tant que le virus qui les détruit tous ne sera pas sous contrôle. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *