Les consommateurs s'attendent de plus en plus à un soutien gouvernemental supplémentaire dans le cadre de la pandémie COVID-19 – économie de la rue Liberty

Les consommateurs s'attendent de plus en plus à un soutien gouvernemental supplémentaire dans le cadre de la pandémie de COVID-19

Le Center for Microeconomic Data de la Fed de New York a publié aujourd'hui les résultats de son enquête sur les politiques publiques de la SCE d'avril 2020, qui fournit des informations sur les attentes des consommateurs concernant les changements futurs à un large éventail de politiques fiscales et sociales et l'impact potentiel de ces changements sur leurs ménages . Ces données ont été collectées tous les quatre mois depuis octobre 2015 dans le cadre de notre Enquête sur les attentes des consommateurs (SCE). Compte tenu de la pandémie de COVID-19 en cours, les ménages sont confrontés à une grande incertitude quant à leur situation personnelle et à l'environnement économique général lorsqu'ils élaborent des plans et prennent des décisions. Il est important de suivre les croyances subjectives des individus sur les futurs changements de politique gouvernementale pour comprendre et prévoir leur comportement en termes de dépenses et d'offre de main-d'œuvre, qui sera crucial pour prévoir la reprise économique dans les mois à venir.

L'enquête d'avril sur les politiques publiques de la SCE, qui a été menée entre le 2 et le 30 avril, montre des mouvements importants dans les attentes des consommateurs concernant les changements futurs de plusieurs programmes d'assistance et d'assurance sociale ainsi que des taxes et des frais. En commençant par les programmes d'aide, le graphique ci-dessous montre le pourcentage moyen de chances que les répondants attribuent à une expansion au cours des douze prochains mois dans le logement abordable, la remise des prêts étudiants fédéraux et la générosité des prestations d'aide sociale fédérales. Les trois séries ont atteint de nouveaux sommets en avril, mais la probabilité moyenne d'une augmentation des prestations fédérales de bien-être social a enregistré le plus grand bond – environ 20 points de pourcentage – depuis décembre 2019. Les fortes augmentations des expansions prévues pour la remise des prêts étudiants et les programmes de bien-être fédéral étaient à large assise dans tous les groupes démographiques. Fait intéressant, le changement dans les attentes concernant une expansion à un an du logement abordable de décembre 2019 à avril 2020 a été beaucoup plus modéré pour les ménages à faible revenu (moins de 60000 $) à 4,9 points de pourcentage, comparativement aux ménages à revenu élevé à 15,8 points de pourcentage. .


Les consommateurs s'attendent de plus en plus à un soutien gouvernemental supplémentaire dans le cadre de la pandémie de COVID-19

En ce qui concerne les programmes d'assurance sociale, nous observons une forte augmentation de la probabilité moyenne d'une augmentation des prestations de chômage dans l'année, de 15,3% en décembre 2019 à 53,4% en avril 2020, couplée à une baisse de la probabilité moyenne d'une année. une baisse anticipée des prestations de chômage, de 19,4% en décembre 2019 à 13,6% en avril 2020. Les attentes concernant une modification des prestations de chômage à un an étaient comparables selon l'âge, le sexe, le revenu et le niveau de scolarité. Dans la mesure où les répondants savaient que la loi CARES, promulguée le 27 mars, incluait déjà un complément fédéral aux prestations de chômage et une prolongation de treize semaines parmi ses dispositions, les réponses au SCE Public Policy Survey d'avril 2020 indiquent que les consommateurs s'attendent à une nouvelle expansion des prestations de chômage. Cette anticipation pourrait influer sur la manière dont les ménages utilisent les allocations de chômage et les paiements d’impact économique qu’ils reçoivent, en termes d’épargne, de dépenses et de remboursement des dettes.

Les consommateurs s'attendent de plus en plus à un soutien gouvernemental supplémentaire dans le cadre de la pandémie de COVID-19

En ce qui concerne les changements attendus dans la politique fiscale, les données d'avril montrent un bond de 5,5 points de pourcentage de la probabilité moyenne d'une baisse de la taxe sur l'essence à un an et, de même, une augmentation de 6 points de pourcentage de la probabilité moyenne d'une baisse de la taxe sur les salaires au cours des douze prochains mois, de décembre 2019 à avril 2020. Il y a également eu une augmentation de 6,8 points de pourcentage de la probabilité moyenne d'une augmentation du taux d'imposition sur la tranche de revenu la plus élevée au cours des douze prochains mois. À 29,8%, cette lecture est maintenant à son plus haut niveau depuis août 2016. En ce qui concerne les frais, nous observons des augmentations d'environ 4 points de pourcentage des probabilités moyennes de baisses annuelles des frais de scolarité dans les collèges publics (dans chaque État du répondant) ainsi que le coût des transports publics. L'ampleur de ces changements était plus importante chez les répondants titulaires d'un diplôme d'études collégiales.

Le SCE Public Policy Survey recueille également des informations sur ce que les répondants pensent que l'impact sur les ménages de divers changements de politique au cours des douze prochains mois serait. Sans surprise, étant donné l'épidémie de COVID-19 et les fermetures d'entreprises rendues nécessaires par les mesures de distanciation sociale, les données d'avril montrent une augmentation généralisée de la part des répondants qui associent un impact positif à une augmentation des allocations de chômage – 16,3% en avril 2020, en hausse de 5,6% en décembre 2019. De même, nous constatons une réduction de la part des répondants qui s'attendent à être affectés négativement par une augmentation des prestations sociales, de 19,9% à 11,0%. Enfin, la part des répondants qui s'attendent à être positivement affectés par une baisse du taux de la taxe sur les salaires est passée de 47,0% à 52,6%.

Le moment et la force de la reprise économique après la pandémie de COVID-19 dépendront largement des décisions économiques des ménages concernant les dépenses, l'épargne et le travail. Ces décisions, à leur tour, sont affectées par l'environnement politique actuel et futur. Les résultats du SCE Public Policy Survey d'avril 2020 montrent que les ménages anticipent de plus en plus de nouvelles augmentations budgétaires de l'aide gouvernementale, les consommateurs attribuant des chances plus élevées aux expansions de logements abordables, de la remise des prêts étudiants fédéraux et de la générosité des allocations de chômage et de l'aide sociale. Nous continuerons de surveiller les attentes des ménages en matière de politique publique à mesure que la pandémie et ses réponses politiques évoluent.

Gizem Koşar
Gizem Koşar est économiste au sein du groupe de recherche et de statistiques de la Federal Reserve Bank de New York.

Kyle SmithKyle Smith est analyste principal de recherche au sein du Groupe de recherche et de statistiques de la Banque.

Wilbert van der Klaauw
Wilbert van der Klaauw est vice-président directeur du Groupe de recherche et de statistiques de la Banque.

Comment citer ce post:

Gizem Koşar, Kyle Smith et Wilbert van der Klaauw, «Les consommateurs s'attendent de plus en plus à un soutien gouvernemental supplémentaire en cas de pandémie COVID-19», Federal Reserve Bank of New York Liberty Street Economics, 26 mai 2020, https://libertystreeteconomics.newyorkfed.org/2020/05/consumers-increasingly-expect-additional-government-support-amid-covid-19-pandemic.html.


Avertissement

Les opinions exprimées dans ce billet sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position de la Federal Reserve Bank de New York ou du Federal Reserve System. Toute erreur ou omission relève de la responsabilité des auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *