L'épidémie de coronavirus fait chuter les attentes des consommateurs -Liberty Street Economics

L'épidémie de coronavirus fait chuter les attentes des consommateurs

Le Center for Microeconomic Data de la Fed de New York a publié aujourd'hui les résultats de son enquête de mars 2020 sur les attentes des consommateurs (SCE), qui fournit des informations sur les attentes et les comportements économiques des consommateurs. En particulier, l'enquête couvre les opinions des répondants sur la façon dont le revenu, les dépenses, l'inflation, l'accès au crédit et les conditions du logement et du marché du travail évolueront avec le temps. L'enquête de mars, qui s'est déroulée du 2 au 31 mars, fait état d'une détérioration substantielle des attentes financières et économiques, notamment de fortes baisses des revenus des ménages et des prévisions de croissance des dépenses. Comme le montrent les deux premières colonnes du tableau ci-dessous, la croissance médiane prévue des revenus et des dépenses pour l'année à venir est passée de 2,7% et 3,1% en février à 2,1% et 2,3% en mars, respectivement. De même, les attentes concernant la croissance des prix des logements ont chuté de 3,1% en février à 1,3% en mars. La lecture de mars pour les prévisions de croissance des prix des logements sur un an s'est établie à environ 1,4 point de pourcentage de moins que le creux précédent de la série, qui remonte à juin 2013.

En ce qui concerne les attentes du marché du travail, les prévisions de croissance des gains médians pour les douze prochains mois sont passées de 2,6% en février à 2,0% en mars. Les répondants ont également considérablement révisé à la hausse la probabilité moyenne que le taux de chômage américain soit plus élevé dans un an, passant de 34,2% en février à 50,9% en mars. La probabilité moyenne perçue de perdre un emploi au cours des douze prochains mois est passée de 13,8% à 18,5%, tandis que la probabilité moyenne perçue de trouver un nouvel emploi au cours des trois prochains mois, en cas de perte d'emploi aujourd'hui, est passée de 58,7%. en février à 53,0% en mars.

Les résultats de la SCE de mars indiquent également une détérioration de la situation financière future attendue des répondants, 27,8% prévoyant une détérioration (et 31,2% une amélioration) en mars, contre 10,5% (42,9%) en février. De même, nous constatons une plus grande inquiétude quant à l'accès futur au crédit et une augmentation de la probabilité moyenne de manquer à un paiement de la dette au cours des trois prochains mois. Enfin, les anticipations d'inflation médianes pour l'année à venir sont restées inchangées à 2,5% en mars, tandis que les attentes médianes à trois ans sont passées de 2,6% en février à 2,4% en mars. L'incertitude quant à l'inflation future a augmenté aux deux horizons.

Les résultats agrégés de mars masquent des variations considérables d'un mois à l'autre. Reflétant l'expansion constante de l'épidémie de COVID-19 / coronavirus, nous observons une aggravation progressive des attentes au cours du mois. Comme le montrent les colonnes 3 à 6 du tableau ci-dessous, les attentes de croissance du revenu des ménages ont continué de baisser chaque semaine tout au long du mois. Bien qu'initialement plus stables, les prévisions de croissance des dépenses des ménages ont affiché une forte baisse au cours de la troisième semaine de mars. Le risque moyen perçu de mise à pied a continué d'augmenter, tandis que la probabilité de trouver un emploi (compte tenu d'une perte d'emploi aujourd'hui) a diminué jusqu'en mars. Dans le même temps, nous observons une détérioration persistante au cours du mois des perspectives d'avenir des répondants concernant la disponibilité du crédit et leur situation financière globale des ménages. Même si les anticipations d'inflation médianes ont été plus volatiles à l'horizon d'un et de trois ans tout au long du mois, l'incertitude relative à l'inflation ainsi que la dispersion des anticipations d'inflation (non présentées dans le tableau) ont montré une augmentation persistante aux deux horizons en mars.


L'épidémie de coronavirus fait chuter les attentes des consommateurs

Le graphique ci-dessous représente une autre façon de voir comment les attentes ont évolué en mars: il suit la proportion de répondants qui s'attendent à être financièrement moins bien dans un an et la prévision médiane de croissance des dépenses pour l'année à venir. Les tendances présentées ici sont dérivées des régressions polynomiales locales ajustées aux réponses quotidiennes de SCE en utilisant une fenêtre de trois jours. Notez que ces dernières estimations ne ciblent pas la médiane de la variable d'intérêt, de sorte que certains modèles de série peuvent ne pas correspondre parfaitement aux chiffres indiqués dans le tableau. Un ensemble de graphiques montrant les tendances pour d'autres résultats peut être trouvé ici. Le graphique montre clairement que la plupart des changements dans les attentes ont commencé soit après le premier décès dû au COVID-19 aux États-Unis, soit à peu près au moment où l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l'épidémie était une pandémie.

En outre, comme suggéré par le graphique et confirmé par les cellules mises en évidence dans le tableau ci-dessus, la dernière semaine de mars, la plupart des séries avaient atteint une nouvelle série (post-juin 2013), haute ou basse. Les attentes médianes de croissance des dépenses des ménages ont tendu vers un territoire négatif au cours de la dernière semaine de mars, plus de 2 points de pourcentage en dessous de leur creux d'avant mars, tandis que la part des personnes interrogées prévoyant une situation financière moins bonne dans un an a fortement augmenté, grimpant bien au-dessus 40 pour cent.

L'épidémie de coronavirus fait chuter les attentes des consommateurs

Dans un blog complémentaire qui doit être publié le 16 avril, nous approfondirons ces données et analyserons les informations supplémentaires liées au COVID-19 recueillies dans le SCE de mars.

Données du graphique

Olivier Armantier
Olivier Armantier est vice-président adjoint du groupe de recherche et de statistiques de la Federal Reserve Bank de New York.

Gizem Kosar

Gizem Kosar est économiste au sein du Groupe de recherche et de statistiques de la Banque.

Rachel PomerantzRachel Pomerantz est analyste principale de recherche au sein du Groupe de la recherche et des statistiques de la Banque.

Daphne Skandalis

Daphne Skandalis est économiste au sein du Groupe de recherche et de statistiques de la Banque.

Kyle Smith

Kyle Smith est analyste principal de recherche au sein du Groupe de recherche et de statistiques de la Banque.

Giorgio TopaGiorgio Topa est vice-président du Groupe Recherche et Statistiques de la Banque.

Wilbert van der Klaauw

Wilbert van der Klaauw est vice-président principal du Groupe de recherche et de statistiques de la Banque.

Comment citer ce post:

Olivier Armantier, Gizem Koşar, Rachel Pomerantz, Daphne Skandalis, Kyle Smith, Giorgio Topa et Wilbert van der Klaauw, «Coronavirus Outbreak Sends Consumer Expectations Plummeting», Federal Reserve Bank of New York Liberty Street Economics, 6 avril 2020, https://libertystreeteconomics.newyorkfed.org/2020/04/coronavirus-outbreak-sends-consumer-expectations-plummeting.html.


Avertissement

Les opinions exprimées dans ce billet sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position de la Federal Reserve Bank de New York ou du Federal Reserve System. Toute erreur ou omission relève de la responsabilité des auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *