Lecture du week-end: Les inégalités économiques et raciales des sports universitaires

C'est un article que nous publions chaque vendredi avec des liens vers des articles qui touchent aux inégalités économiques et à la croissance. La première section est un tour d'horizon de ce qu'Equitable Growth a publié cette semaine et la seconde contient des articles pertinents et intéressants que nous soulignons d'ailleurs. Nous ne serons pas les premiers à partager ces articles, mais nous espérons qu’en revenant sur toute la semaine, nous pourrons les mettre en contexte.

Tour d'horizon de la croissance équitable

L'économie et les inégalités économiques des sports universitaires, et du football universitaire en particulier, ont longtemps été ignorées, le bien-être physique et économique des athlètes étant souvent négligé par les universités et les fans. Mais la pandémie de coronavirus soulève des questions sur les effets économiques du report d'un an des sports universitaires en raison de la crise de santé publique incontrôlable. Kate Bahn examine les raisons pour lesquelles deux grandes conférences sportives universitaires ont décidé de suspendre toutes les activités au moins jusqu'en janvier 2021, tandis que les trois autres ligues de haut niveau universitaire vont de l'avant. La perte de revenus résultant de l'annulation d'une saison ou d'une année complète de football universitaire aura un impact dramatique sur les économies des villes universitaires et les bourses des universités à travers les États-Unis. Mais, affirme Bahn, avec le coronavirus et sa maladie correspondante, COVID-19, affectant principalement les personnes de couleur – y compris les étudiants de couleur qui sont maintenant la majorité des athlètes de football collégial, même si les entraîneurs restent principalement blancs – les inégalités structurelles et économiques existantes. auxquels font face les étudiants noirs et Latinx et leurs familles sont mis au premier plan, tout comme l'appel de longue date pour que les étudiants athlètes soient reconnus comme une force de travail, ayant droit à une rémunération adéquate et à des protections au travail.

Chaque mois, le Bureau of Labor Statistics des États-Unis publie des données sur l'embauche, le licenciement et d'autres flux sur le marché du travail à partir de l'enquête sur les offres d'emploi et le roulement de la main-d'œuvre, mieux connue sous le nom de JOLTS. Le BLS a récemment publié les dernières données pour juillet 2020. Raksha Kopparam et Kate Bahn ont rassemblé quatre graphiques mettant en évidence les données clés de la publication, notamment le fait que les travailleurs commencent à se sentir plus confiants sur le marché du travail (ce qui se traduit par un taux croissant de ceux qui quittent le marché du travail). leurs emplois) et que les offres d'emploi continuent de générer moins d'embauches.

Rattrapez-vous sur les dernières lectures de Brad DeLong, dans lesquelles il présente son point de vue sur le contenu d’Equitable Growth et sur Internet. Les articles de cette semaine incluent la couverture de la Journée de l'emploi d'août 2020 d'Equitable Growth, un examen approfondi de l'une de nos descriptions de subventions 2020, et plus encore.

Liens de partout sur le Web

En août, un groupe de sénateurs américains a annoncé son intention d'introduire une législation décrivant une soi-disant charte des droits des athlètes universitaires, qui fournirait aux joueurs de la NCAA un salaire, des soins de santé, des bourses d'études à vie et des avantages supplémentaires. Les co-sponsors de la législation espèrent que cette charte des droits sera intégrée dans les projets de loi existants faisant leur chemin à travers les deux chambres du Congrès sur les politiques de la NCAA concernant l'utilisation du nom, de l'image et de la ressemblance, ou NIL, des athlètes universitaires. Sports illustrés’S Ross Dellenger plonge dans la charte des droits proposée, qui vise à« faire progresser la justice et les opportunités »pour les athlètes, en particulier en ce qui concerne la compensation monétaire et la représentation dans les décisions qui les concernent. Cela améliorerait également la transparence concernant les finances, les revenus et les dépenses des écoles et inclurait surtout les départements sportifs des collèges – qui sont notoirement secrets au sujet de leurs dépenses – dans cette exigence.

Les sports universitaires ne sont pas la seule industrie dans laquelle ceux qui occupent des postes de direction ont tendance à être blancs. UNE New York Times L'examen des plus de 900 personnes les plus puissantes aux États-Unis – de la politique au divertissement en passant par l'application de la loi – montre que même si la population américaine se diversifie, la grande majorité des personnes au pouvoir sont blanches. Denise Lu, Jon Huang, Ashwin Seshagiri, Haeyoun Park et Troy Griggs examinent 922 fonctionnaires et dirigeants, et constatent que 20% s'identifient comme noirs, hispaniques, asiatiques, amérindiens, multiraciaux ou autrement une personne de couleur, voire plus. plus de 40% des Américains s'identifient à l'un de ces groupes. Les co-auteurs examinent ensuite chaque domaine spécifique pour montrer la diversité – ou son absence – dans ses rangs de direction, notant que «même là où il y a eu des signes de progrès, une plus grande diversité ne s'est pas toujours traduite par un traitement plus égal.

Un regard en profondeur sur Le Washington Post dans un motel délabré d'Orlando, en Floride, juste en bas de la route de Disney World et d'Universal Studios, révèle un présent dévastateur et préfigure un avenir sombre pour de nombreuses communautés souffrant de destins similaires. Greg Jaffe écrit que les motels le long de ce tronçon d'autoroute ont longtemps été un baromètre pour l'économie, rassemblant des touristes soucieux de leur budget dans les bons moments et, pendant les périodes plus difficiles comme aujourd'hui, se transformant en abris de dernier recours pour les travailleurs en difficulté et leurs familles. Après la grande récession de 2007–2009 et l'effondrement du logement en 2008, le nombre de familles séjournant dans ces motels de plus en plus décrépits a augmenté, en raison d'un manque d'emplois bien rémunérés et de logements sociaux dans la ville. Maintenant, constate Jaffe, certains propriétaires de motels abandonnent leurs propriétés pour que les résidents les entretiennent, ce qui entraîne souvent des pannes de courant, des problèmes de ravageurs, une augmentation de la dépendance et des crises de santé mentale et des infrastructures en ruine. Quelques organismes de bienfaisance locaux s’emploient à aider ces familles vulnérables et durement touchées, mais une aide supplémentaire est nécessaire – et ne semble pas imminente. C'est un regard dévastateur sur ce qui ne pourrait qu'empirer si les décideurs politiques aux niveaux local, étatique et fédéral continuent d'ignorer les problèmes auxquels sont confrontées de nombreuses communautés à faible revenu dans le contexte de la récession continue des coronavirus.

Chiffre du vendredi

ttps: //equitablegrowth.org/ « http://www.w3.org/TR/REC-html40/loose.dtd »>

https://equitablegrowth.org/

La figure est tirée du «Le dilemme des inégalités du football universitaire au milieu de la récession du coronavirus» d'Equitable Growth par Kate Bahn.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *