L’économie sud-africaine, les tensions au Mali et le projet de gaz naturel liquéfié du Mozambique

L'économie sud-africaine se débat sous le poids de la pandémie

L'économie sud-africaine, qui luttait déjà avant la pandémie en raison d'une croissance lente et d'un chômage élevé, fait face à de nouveaux vents contraires alors que les décideurs politiques tentent d'atténuer les dommages du COVID-19. Avant la pandémie, le taux de chômage au premier trimestre 2020 était de 30% et l'Afrique du Sud en était à sa deuxième récession en deux ans. Avec l'arrivée du COVID-19, un salarié sur trois en février avait perdu sa source de revenu en avril. La moitié de ces personnes ont été mises à pied de façon permanente. Les travailleurs déjà plus vulnérables que d'autres ont également été touchés de manière disproportionnée: les deux tiers des emplois nets perdus appartenaient à des femmes, tandis que les travailleurs manuels étaient presque trois fois plus susceptibles que les travailleurs professionnels d'être licenciés.

Les décideurs politiques craignent qu'une récente flambée de cas et de décès de coronavirus, qui a déjà conduit le gouvernement à rétablir l'interdiction de l'alcool et le couvre-feu, puisse entraîner des mesures plus draconiennes qui entraîneront des licenciements supplémentaires.

Bien que l'Afrique du Sud ait connu une augmentation des entrées d'investissements directs étrangers (IDE) à 1,74 milliard de dollars au premier trimestre de 2020, ce chiffre ne semble pas avoir raconté toute l'histoire, puisque 1,7 milliard de dollars provenait de l'acquisition anticyclique par PepsiCo de Pioneer Food Group, l'un des les plus grandes entreprises sud-africaines d'une industrie en chute libre face à la sécheresse. Pendant ce temps, les capitaux privés quittent le pays à un rythme rapide. Près de 6 milliards de dollars sont sortis de l'économie au premier trimestre, comparativement à une entrée de 558 millions de dollars le trimestre précédent. Les non-résidents ont vendu près de 4,5 milliards de dollars d'obligations au cours du premier trimestre, ce qui a fait culminer les taux d'intérêt sur les obligations souveraines à 10 ans à plus de 12% à la fin du mois de mars, bien que les taux soient depuis revenus à leurs niveaux d'avant la pandémie. Selon Reuters, les experts estiment que la Reserve Bank d'Afrique du Sud pourrait baisser les taux d'intérêt pour la cinquième fois en 2020 dès la semaine prochaine, ce qui pourrait élargir l'attrait des obligations souveraines.

Notamment, le pays connaît également une migration massive de ses villes vers des zones plus suburbaines et rurales. De fin mars à fin mai, environ 15 pour cent des Sud-Africains (5 à 6 millions de personnes) ont changé de résidence. De nombreux migrants sont retournés dans leur village d'origine, ce qui a mis à rude épreuve la sécurité alimentaire et les revenus que leur famille est en mesure de fournir. L'insécurité alimentaire était déjà en hausse: dans une enquête récente, 47 pour cent des personnes interrogées en Afrique du Sud ont indiqué qu'elles ne pouvaient pas se permettre suffisamment de nourriture en avril. Un programme gouvernemental de chômage ciblant 15 millions de personnes n'avait payé que 600 000 personnes au début de juin.

L'escalade des tensions au Mali motive la CEDEAO à envoyer un médiateur

La montée des tensions politiques, une insurrection jihadiste persistante de huit ans, les grèves des enseignants et les effets en cascade de la pandémie de coronavirus ont inspiré et alimenté les manifestations en cours à Bamako, au Mali. Ces manifestations, qui ont débuté au début de juin de cette année, ont été menées par le groupe de coalition d'opposition M5-RFP et appellent à un gouvernement de transition. En réponse à l'escalade des tensions, cette semaine, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a nommé l'ancien président nigérian Goodluck Jonathan comme envoyé spécial pour arbitrer l'escalade de la crise dans ce pays. Jonathan est arrivé à Bamako mercredi.

L’environnement politique du Mali a été tendu ces derniers mois: les élections législatives de mars dans le pays, qui se sont tenues au milieu de la pandémie, ont vu un taux de participation de seulement 35% et des accusations d’achat de voix. Le mois suivant, la Cour constitutionnelle du pays a annulé les résultats de 30 des sièges au milieu de ces controverses. Afin de calmer les troubles cette semaine, le président Ibrahim Boubacar Keïta a dissous cette cour, déclarant: «J'ai décidé d'abroger les licences des autres membres de la cour constitutionnelle… Cette dissolution de facto de la cour nous permettra, à partir de la prochaine semaine, pour demander aux autorités compétentes de désigner de nouveaux membres afin que le tribunal réformé puisse nous aider rapidement à trouver des solutions aux différends découlant des élections législatives.

Dans le même temps, des responsables déclarent que les informations faisant état de violences commises par les manifestants les ont conduits à arrêter des dirigeants de l'opposition et des manifestants au cours du week-end, car certaines des manifestations largement pacifiques ont entraîné des violences et même des morts. CNN rapporte que le parlement et la station de radio du pays ont été attaqués vendredi. Dans de nombreux cas, l'identité et les affiliations des auteurs ne sont pas claires.

Les forces de sécurité officielles ont également été accusées d'avoir utilisé une force ou une violence inutile contre les manifestants. Le New York Times rapporte que les forces de sécurité ont même tiré sur et tué au moins 11 manifestants le week-end dernier. Restrictions sur Internet et les applications de messagerie ont également été mis en place à mesure que les événements se sont intensifiés.

Parallèlement, le Sénégal a annoncé cette semaine qu’il allait construire un camp militaire à sa frontière avec le Mali pour limiter les «menaces transfrontalières» telles que la criminalité et les retombées de l’insurrection jihadiste en cours au Mali.

Financement du projet de gaz naturel liquéfié de Total SA dans le nord du Mozambique

Vendredi 10 juillet dernier, la société pétrolière et gazière française Total SA a obtenu un financement de 15,8 milliards de dollars pour son projet de gaz naturel liquéfié (GNL) dans le nord du Mozambique. Le financement, qui a été sécurisé malgré les turbulences économiques causées par la pandémie COVID-19 et la volatilité des prix du gaz, provient d'un consortium de 20 banques, dont 5 milliards de dollars de l'Export-Import Bank des États-Unis, 3 milliards de dollars de la Japan Bank pour la coopération internationale et 400 millions de dollars de la Banque africaine de développement. Il s'agit du plus gros investissement direct étranger en Afrique à ce jour, selon le cabinet d'avocats White & Case LLP, qui a conseillé les financiers. Le montant levé équivaut au PIB du Mozambique.

En outre, le financement a été obtenu malgré le conflit dans la province de Mozambique, au nord de Cabo Delgado, où des groupes extrémistes militants – dont certains soutenus par l'État islamique, ainsi que des groupes extrémistes du Kenya, de la Tanzanie et du Mozambique – ont tué plus de 1 000 personnes depuis 2017. Le conflit s'est intensifié ces derniers mois, avec 300% d'incidents violents en plus au cours des quatre premiers mois de 2020 par rapport à la même période de 2019. L'instabilité est survenue à cause de plusieurs problèmes, notamment le conflit sur les ressources naturelles de Cabo Delgado, y compris le GNL et pétrole; la marginalisation des populations musulmanes locales; et les griefs concernant le manque de développement inclusif. Aucune attaque contre les principales installations gazières n'a encore eu lieu, mais les entrepreneurs de Total ont été visés le mois dernier par des militants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *