L'économie post-coronavirus: à quoi s'attendre et ce qui est nécessaire

Nous pensons que l'économie américaine a mis fin à sa chute libre induite par la pandémie. Des signes indicatifs du nadir de la récession sont évidents dans les données en temps quasi réel de l’économie.

Le statu quo ne va pas revenir. La pandémie détruit ce qui reste de l'ancien contrat social qui a survécu à la crise financière.

Il est maintenant temps de commencer à réfléchir à la forme de l'économie post-pandémique: à quoi elle ressemblera, dont les intérêts seront privilégiés et comment la politique budgétaire et monétaire guidera l'économie américaine.

Selon nous, le choc de type pandémique de la pandémie entraînera une destruction massive de ce que le savant Mancur Olson a appelé les coalitions de distribution – des groupes comme, par exemple, les lobbyistes qui jouent un rôle important dans la répartition de la richesse et des revenus qui annulent souvent Réforme économique. Ces groupes ont bloqué la modernisation de l'économie américaine pendant un certain temps.

Le fait que ces groupes de pression bien nantis recherchent eux-mêmes les mêmes renflouements fédéraux que des fils privilégiés tels que l'industrie du transport aérien national est une illustration des grands changements qui nous attendent. De plus, est-ce que quelqu'un pense qu'il n'y aura pas de changements structurels significatifs dans le système de santé domestique après la pandémie?

Le statu quo ne va pas revenir. La pandémie détruit ce qui reste de l'ancien contrat social qui a survécu à la crise financière. Les intérêts particuliers, les cartels et les coalitions politiques, qui ont façonné l'économie politique avant la pandémie, ne survivront probablement pas à l'ampleur des chocs qui se frayent un chemin dans l'économie et la société. Ce qui nous attend comprendra un changement majeur dans l'équilibre des pouvoirs entre l'État et la société, le travail et le capital, et l'individu et le gouvernement.

Ces changements nécessiteront un ensemble de politiques, y compris les dépenses publiques et l'accommodement monétaire pour soutenir la reprise pluriannuelle à venir, qui sont très différentes des politiques qui prévalaient avant la pandémie. D'importants déficits budgétaires, des taux d'intérêt négatifs réels et des initiatives parrainées par le gouvernement, telles que le programme de prêt de la rue principale de la Réserve fédérale et la reconversion des travailleurs, seront tous nécessaires.

Ce qui suit est un bref résumé de ce à quoi nous nous attendons à ce que l'économie ressemble au cours de la première phase de reprise de l'emploi, de l'inflation, des salaires, de la politique budgétaire et de la politique monétaire.

Le choc

Notre prévision de base a été fondée sur la notion de «choc de type dépression, pas de dépression». La baisse de l'activité économique et le rebond des cours des actions soulignent cet appel et nous nous en tenons à cela jusqu'à ce que les données ou la politique économiques impliquent le contraire.

Mais il est important que l'idée d'un choc de type dépression sans dépression repose sur une réponse politique soutenue des autorités fiscales et monétaires américaines. Un soutien budgétaire important et des taux d'intérêt négatifs réels devraient empêcher les boucles de rétroaction négatives des coupes budgétaires aux niveaux national et local. Ces réductions entraîneraient des licenciements massifs d'employés du secteur public bien rémunérés tels que les enseignants, les pompiers, le personnel médical et les policiers.

Si cette politique de soutien budgétaire et monétaire cède le pas à des politiques d'austérité prématurées, il existe un risque important que la récession rivalise avec la Grande Récession de 2007-2009; la récession à double creux du début des années 80; ou, pire que tout, la Grande Dépression des années 30. À ce stade, la différence entre une récession profonde et une dépression est un choix politique et non un destin. Nous sommes encore assez tôt dans le processus de réponse politique pour que l'autorité politique américaine ait la capacité de prévenir une dépression.

La Grande Dépression était induite par la solvabilité (et précipitée par le krach boursier de 1929). La récession de 2020, en revanche, est le sous-produit d'une guerre commerciale mal avisée et de l'arrêt global de l'activité économique en raison d'une crise sanitaire écrasante. Elle sera presque certainement suivie d'une crise de solvabilité, notamment chez les petites entreprises des secteurs du commerce de détail, des loisirs et de l'hôtellerie. Tout cela se déroulera dans un contexte de chômage élevé.

Compte tenu du bilan de la dernière décennie, si les réponses politiques sont mal orientées, insuffisantes et de courte durée – qui sont toutes susceptibles de prolonger la misère de ceux qui n'ont pas la chance de s'adapter aux changements des exigences du lieu de travail – alors les risques d'une dépression pure et simple va augmenter.

Forme de la reprise

Nous nous attendons à une reprise allongée et frustrante, qui ressemblera à un swoosh Nike plutôt qu'à un W ou un V à court ou moyen terme. Notre scénario de référence prévoit un solide rebond économique au dernier trimestre de 2020, suivi d'une période de reprise pluriannuelle plus modeste. Nous ne prévoyons pas une expansion au-delà des niveaux de janvier 2020 avant le milieu de la décennie.

Nous ne prévoyons pas une expansion au-delà des niveaux de janvier 2020 avant le milieu de la décennie.

Notre alternative à la ligne de base est une reprise basée sur W qui est définie par une deuxième vague de virus et une nouvelle baisse de l'activité économique au début de 2021, suivie d'une nouvelle série de licenciements et d'une augmentation du chômage.

La différence entre notre référence et la prévision alternative sera la combinaison de la politique macroéconomique et du comportement individuel qui atténue la maladie plus tard cette année. Si les décideurs politiques retirent leur soutien à l'économie ou si la récente réouverture de l'économie se révèle prématurée et qu'une deuxième vague d'infections se produit, alors nous commencerons à parler de croissance économique en dépression et de réponses politiques.

Enfin, notre alternative au W ​​serait une reprise en V dans le sens de l'amélioration des conditions financières et des marchés actions. Dans ce scénario, le virus prend fin et un retour massif au travail et une relance de l'économie par des mesures fiscales et monétaires se traduisent par une forte reprise à partir du troisième trimestre 2020.

Mais aucun de ces scénarios n'est préétabli. La façon dont le gouvernement réagit est un choix, qui peut être éclairé par l'expérience des récessions passées. Si les décideurs choisissent de réaffirmer le statu quo, cela risque de provoquer une catastrophe économique beaucoup plus importante.

Dans l'analyse qui suit, nous examinons la réaction du marché du travail, des prix à la consommation, des salaires et du déficit budgétaire fédéral dans les 14 ralentissements économiques depuis 1929. Bien que l'épisode actuel ne ressemble à aucune autre récession, et malgré les nombreuses incertitudes, il partagera certainement les caractéristiques avec le pire du lot.

Emploi: dynamique du travail américain

Cette récession est particulièrement pénible. Au lieu d'une baisse progressive de la demande et de la production entraînant une baisse progressive de la demande de main-d'œuvre, le tapis a été retiré de moins de 40 millions d'employés pratiquement du jour au lendemain, les laissant sans emploi ou en congé et poussant l'économie en récession.

Nous prévoyons qu'environ 25% de ces 40 millions de personnes perdront définitivement leur emploi. Cela implique un résultat optimiste de plus de 10% de chômage au cours des prochaines années. Ce sera la base de ce à quoi il faut s'attendre: un rôle beaucoup plus important du gouvernement dans la façon dont la main-d'œuvre est gérée, formée et recyclée. Une réglementation gouvernementale accrue de la main-d'œuvre et des dépenses de formation sera l'équilibre à l'avenir.

Comme l'illustre la figure ci-dessous, le taux de chômage a atteint son point le plus bas à la fin de chaque cycle économique depuis la Grande Dépression. Le taux de chômage commence alors à grimper à mesure que chaque récession s'installe. Il augmentera généralement pendant des mois après la date de fin officielle de la récession, car les entreprises retardent le départ des employés pour des raisons contractuelles ou par manque de loyauté.

Dans le tableau ci-dessous, nous montrons que le point culminant du taux de chômage s'est produit entre 11 et 27 mois après le début de la récession (à l'exclusion du premier creux de la récession à double creux de 1980-1981).

En moyenne, le pic de chômage se produit 15 mois après le début de la récession. Si cela est vrai, cela implique des taux de chômage à deux chiffres jusqu'en 2022 ou plus.

Ce qui est le plus important pour les décideurs politiques, c'est que non seulement il faut un à deux ans pour que le taux de chômage atteigne son sommet une fois qu'une récession a commencé, mais il faut également encore plus de temps pour que le taux de chômage revienne en dessous de 5 % niveau d'équilibre.

Dans le tableau ci-dessous, nous montrons que la durée moyenne du taux de chômage pour atteindre 5% ou moins a été de 32 mois après le mois de pointe du chômage. Cela souligne nos prévisions selon lesquelles l'économie n'atteindrait pas ses niveaux de janvier 2020 avant le milieu de la décennie.

Cela donne à penser qu'un arrêt rapide de l'aide au revenu pour les chômeurs est déraisonnable et contre-productif. Étant donné l'effet multiplicateur élevé des dépenses à faible revenu, un dollar d'aide pour ceux qui n'ont pas d'autre source de revenu crée plus d'un dollar de dépenses dans l'ensemble de l'économie et profite à tous.

Le taux d'équilibre est appelé taux de chômage naturel – qui fait référence au niveau normal de chômage lorsque les travailleurs passent à de nouveaux emplois ou emplacements ou à des situations qui changent la vie. Ce taux naturel de 5% correspond au taux de chômage moyen d'après-guerre de 5,7% indiqué dans la figure ci-dessus, en particulier si les taux de chômage de 10% pendant les récessions des années 80 et 2007-2009 sont traités comme des valeurs aberrantes.

Pendant la Grande Récession, les entreprises ont substitué la technologie à la main-d'œuvre et délocalisé la fabrication à l'étranger.

Nous ne prévoyons pas une expansion au-delà des niveaux de janvier 2020 avant le milieu de la décennie.

Ces dernières années, le concept de taux naturel a cédé la place à une idée appelée taux d'inflation non accéléré du chômage, ou NAIRU. Alors que la demande de main-d'œuvre augmente pendant la reprise du cycle économique et que le chômage baisse vers le niveau présumé de 5% du NAIRU, les salaires devraient augmenter, faisant pression sur l'inflation.

On pense que le NAIRU évoluera avec le temps avec les changements du cycle économique. Ainsi, au cours des récentes périodes de forte croissance, le NAIRU a été supposé chuter à 4,5% ou moins, peut-être comme un moyen d'expliquer un faible niveau d'augmentation des salaires. Dans notre analyse de l'inflation et des salaires qui suit, rappelons que le taux de chômage avant la crise des coronavirus était à un creux de 3,5% après la Seconde Guerre mondiale, l'inflation étant en baisse et inférieure au taux cible de 2% de la Réserve fédérale.

Nous soutenons que, lorsque les syndicats ont perdu leur emprise et que des technologies sophistiquées ont été intégrées dans la production de biens et la prestation de services, l'offre de main-d'œuvre n'est plus fixe. Les entreprises peuvent désormais délocaliser la production vers des centres à bas salaires, sous-traiter des tâches peu qualifiées à des entreprises qui font appel à des travailleurs non protégés ou substituer la technologie à la main-d'œuvre, ce qui réduit les coûts et augmente les bénéfices. .

Les entreprises ont profité de la grande récession de 2007-2009 pour remplacer la technologie par la main-d'œuvre et la fabrication offshore. Il y a peu de raisons de penser que cette tendance pourrait ne pas se poursuivre après cette récession. En fait, cette récession entraînera des tendances technologiques comme l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique, qui nuiront à de nombreux cols bleus et cols blancs.

Cela donne encore plus d'impulsion à une politique d'infrastructure lancée par le gouvernement qui comprend la reconstruction des réseaux de transport et des réseaux électriques, l'extension et l'augmentation de la couverture à large bande, le développement de la capacité de fabrication à terre des fournitures médicales et la création d'un corps bien rémunéré d'éducateurs, de chercheurs et de la santé. -des prestataires de soins pour aider les personnes âgées et handicapées et pour retrouver et traiter les victimes de pandémies.

Inflation

Le mantra des forces antigouvernementales a toujours été «plus de dépenses publiques équivalent à une inflation galopante». Même après que la déflation eut paralysé l'économie pendant la Grande Dépression de 1929-1933, le gouvernement décida que le public avait besoin d'une dose d'austérité au milieu d'une reprise, renvoyant l'économie dans une autre spirale déflationniste de 1937 à 1938.

L'économie est entrée en déflation dans sept des 18 récessions, à commencer par la récession de l'après-Première Guerre mondiale de 1920-21, y compris la grande récession de 2007-2009 et la récession actuelle provoquée par le coronavirus.

Comme le montre la figure suivante, l'inflation galopante s'est produite en seulement deux périodes. La première a eu lieu après la Seconde Guerre mondiale, lorsque l'économie était en train de passer de pénuries de guerre et de contrôle des prix, et réduisait la valeur de la dette publique réelle. La seconde a eu lieu lors des embargos sur le pétrole des années 1970, qui ont fait monter les coûts de production et les prix à la consommation et fait baisser la demande (l'ère de la «stagflation»). Mais la Réserve fédérale sous Paul Volcker a prouvé que la politique monétaire pouvait contrôler l'inflation et que la Fed savait comment le faire.

C’est ainsi que les banques centrales mondiales ont ciblé quatre décennies d’inflation, aidées et encouragées par la taille désormais infinie du marché du travail mondial. L'inflation a été éliminée de l'économie mondiale, comme marcher sur un cantaloup trop mûr. Les taux d'intérêt ont été compressés dans tous les domaines et les salaires des classes populaires ont stagné, tout en même temps que les bénéfices des entreprises ont décollé en raison des demandes mondiales axées sur le consommateur d'une classe moyenne en constante expansion.

Cette dernière partie sur les dépenses toujours croissantes de la classe moyenne montre cependant des signes de faiblesse alors que nous entrons dans ce qui semble être une autre période de désinflation ou de déflation pure et simple. Comme l'indiquent les chiffres ci-dessous, l'inflation diminue et atteint généralement son point le plus bas du cycle en moyenne 22 mois après le début de la récession.

Et puis il a fallu encore 27 semaines pour que l'inflation retrouve son objectif de 2%. Ceci est important car le coût d'une récession devra être financé par le gouvernement par la vente d'obligations du Trésor. Plutôt que de taxer le public pour payer les dividendes, il serait moins coûteux si ces coûts étaient gonflés, c'est-à-dire payés avec des dollars gonflés.

Des arguments ont été organisés autour du retour de l'inflation. La plupart d'entre eux reposent sur des dogmes dépassés et ne sont pas liés aux changements structurels importants qui se sont produits dans l'économie américaine.

L'argument selon lequel l'inflation est toujours et partout un phénomène monétaire n'est vrai que sous certaines conditions. Ces conditions ont très bien prévalu entre 1965 et 1985. Elles ne sont pas ici maintenant, ni pendant la grande crise financière de 2007-2009. Pendant cette période, par exemple, les banques ont pris des réserves supplémentaires et les ont injectées dans l'économie, créant une situation où trop d'argent chassait pas assez de marchandises dans une économie américaine relativement fermée.

Pour que les États-Unis connaissent un problème d'inflation, il faudrait deux événements majeurs:

  • Un choc d'approvisionnement important. Un exemple serait de couper la Chine et de fermer l'économie à ce que nous considérerions comme un système commercial mondial raisonnablement ouvert. La plupart du temps, quand on parle de risques inflationnistes, c'est un argument basé sur le nationalisme, l'anti-mondialisme et le rapatriement des chaînes d'approvisionnement.
  • Une surprise majeure à la hausse dans la reprise économique. Nous entendons par là une reprise au cours des prochaines années qui se traduira par la libération d'actifs détenus en réserve à la banque centrale pour répondre à une demande importante. Cela nécessiterait que la Réserve fédérale et le Département du Trésor acceptent et créent des conditions inflationnistes. Et si tel était le cas, il viserait à réduire la valeur réelle des dettes publiques et privées.

Dans les conditions économiques actuelles, un problème d'inflation serait un problème de choix, soit par le biais de la politique commerciale, soit par une décision explicite du gouvernement de réduire la valeur réelle de la dette publique et privée. Cela ne se produira pas automatiquement en raison d'une augmentation de la masse monétaire ou des dépenses publiques.

Les salaires

Nous avons divisé notre analyse des salaires en trois groupes afin de saisir les effets distincts de la désyndicalisation, de la chaîne d'approvisionnement mondiale et de l'externalisation de la main-d'œuvre essentielle. À ce titre, nous examinons l'impact des récessions sur les salaires des fabricants, le salaire horaire moyen et le salaire minimum.

Nos résultats soutiennent les notions de rigidité des salaires, de déflation refoulée et de main-d'œuvre rationnelle depuis 1985, les employés du secteur de la production étant confrontés à la concurrence d'une offre infinie de main-d'œuvre (disposée à réduire les salaires de fabrication nationaux) et les employés passant à une secteur des services plus instruit.

Salaires manufacturiers – Le secteur manufacturier moderne est né de la mobilisation en temps de guerre et a constitué l'épine dorsale de l'économie américaine de la fin des années 40 au début des années 80. La figure ci-dessous montre de fortes fluctuations des salaires dans le secteur manufacturier, les contrôles des prix et des salaires ayant été levés après la guerre et l'économie ayant connu deux récessions à faible taux de chômage en 1945 et 1948-1949. Après la récession de l'après-guerre de Corée, les salaires manufacturiers ont entamé une tendance à la hausse qui s'est poursuivie jusqu'au début des années 80.

Le déclin du pouvoir de négociation des syndicats au cours des années Reagan a coïncidé avec une expansion de l'offre de main-d'œuvre. La fin de la fabrication traditionnelle a commencé avec des usines attirées loin des régions à coût élevé de main-d'œuvre vers les zones à bas salaires du Sud, qui avaient des garanties imposées par l'État d'une main-d'œuvre non syndiquée. Ce changement a ensuite été remplacé par le développement de la chaîne d'approvisionnement mondiale et de sa main-d'œuvre étrangère bon marché.

Le manque de représentation syndicale a laissé une main-d'œuvre en diminution soumise à une rigidité salariale que nous attribuons à plusieurs facteurs. Il s'agit notamment de la baisse de la demande de main-d'œuvre résultant de la baisse générale de la fabrication nationale – due à la délocalisation et à l'évolution des goûts des consommateurs – et à la substitution de la main-d'œuvre à l'automatisation. Bien que les salaires n'augmentent pas, ils ne diminuent pas non plus, car les possibilités d'emploi dans le secteur des services en pleine croissance ont fixé un plancher aux salaires des fabricants.

Enfin, les salaires manufacturiers ont souvent augmenté au début des récessions avant de retomber à mesure que la récession arrivait à maturité. Cela est attribué au dernier, premier licenciement d'employés moins bien payés au début de la récession, laissant des employés mieux payés exploiter l'établissement. Alors que la récession s'aggrave, les salariés les mieux payés sont finalement licenciés et les salaires moyens se dégradent.

Gains horaires privés moyens – Comme nous l'avons mentionné au début, cette récession est unique; 40 millions d'employés ont été mis au chômage pratiquement du jour au lendemain. Le résultat a été une énorme augmentation du salaire moyen de ceux qui restent sur le marché du travail et qui ont la chance de travailler à domicile.

Bien que la fabrication reste un moteur des économies locales – les salaires de production soutenant les dépenses en aval – le secteur des services a dépassé la production de biens en tant qu'employeur dominant à l'échelle nationale. Comme le montre la figure ci-dessous, les salaires du secteur privé (qui incluent à la fois les secteurs de la production et des services) ont tendance à baisser pendant les récessions puis à augmenter pendant les reprises économiques, les employeurs étant en concurrence pour un bassin de main-d'œuvre disponible en diminution.

L'augmentation des salaires en avril doit être traitée comme une valeur aberrante – un événement de données dans un ensemble unique de circonstances. Comme l'indique le tableau ci-dessous, dans les trois récessions de la période d'ascension du secteur des services, le nombre moyen de mois pour que la croissance des salaires atteigne son plus bas niveau était de 40 mois après le début de la récession. Il a ensuite fallu 42 mois supplémentaires pour que la croissance des bénéfices revienne à 3%, ce qui correspond à la croissance moyenne des bénéfices de 1985 à février 2020, et que nous considérons comme le niveau de croissance normal.

Nous pourrions nous attendre à ce que les coûts salariaux soient modérés une fois que l'économie sera de retour au travail. La crainte d'une augmentation des salaires induite par l'inflation semble exagérée. Comme nous l'avons montré ci-dessus, l'inflation est revenue à environ 2% depuis les années 80.

Le salaire minimum – Une chose qui est presque certainement à faire après avoir été témoin de l'horreur de la pandémie est d'augmenter les salaires des travailleurs qui maintiennent nos hôpitaux propres et qui nourrissent et changent les couches de nos personnes âgées et infirmes. Si le passé est une indication, nous devrions anticiper une augmentation du salaire minimum national en 2021. Cela évoluera vers ce qui devient rapidement un salaire de subsistance consensuel de 15 $ de l'heure. Des augmentations du salaire minimum se sont produites dans sept des 12 récessions de l'après-Seconde Guerre mondiale, comme le montre la figure ci-dessous.

Et comme le montre le tableau ci-dessous, une famille de quatre personnes a besoin d'un salaire de 12,50 $ l'heure pour que le soutien de famille soit au niveau fédéral de pauvreté de 26 200 $ par an. Un salaire horaire de 15,75 $ générerait un revenu de 32 760 $ par an, ce qui placerait la famille à 125% du seuil de pauvreté.

Le déficit budgétaire fédéral

Il s'agit de la première récession depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et la guerre de Corée au cours de laquelle le déficit budgétaire se détériorait déjà avant le ralentissement économique. Comme l'illustre la figure ci-dessous, ce sera la quatrième année consécutive que l'écart budgétaire se creuse, ce qui est inhabituel dans une économie en croissance où les recettes fiscales devraient augmenter.

Après s'être réduit à 2,2% du produit intérieur brut en janvier 2016, le déficit budgétaire fédéral s'était détérioré à 4,9% en février 2020, le mois précédant la crise sanitaire des coronavirus qui avait mis un terme à l'économie. L'écart de production actuel est le résultat de réductions d'impôts sur les sociétés – qui ont réduit les revenus mais n'ont pas généré d'investissement – et d'une accumulation militaire qui a augmenté les dépenses.

Nous avons divisé notre analyse budgétaire en deux périodes: le monde pré-keynésien des années 1930 aux années 1950, et le monde keynésien moderne des politiques monétaires et fiscales travaillant à maximiser la production dans un système d'inflation et de chômage stabilisé.

En clair, le système économique moderne accepte de modestes dépenses déficitaires – des emprunts contre nous-mêmes – pour financer la croissance économique et promouvoir le bien-être et les opportunités pour tous. Comme l'illustre la figure ci-dessous, nous avons rarement enregistré un excédent budgétaire depuis 1960, le dernier survenu au cours du boom économique de la fin des années 1990 qui a pris fin avec l'effondrement et la récession de dot.com en 2001.

En moyenne, la détérioration du budget s'est poursuivie pendant 21 mois après le début d'une récession, puis pendant 38 mois supplémentaires pour que le déficit retrouve son niveau normal. (Nous avons défini un déficit budgétaire normal comme étant de 2,5% du produit intérieur brut, qui est la moyenne des déficits enregistrés de janvier 1960 à février 2020.)

Donc, avec un déficit déjà deux fois plus élevé que la normale avant même le début de la récession, et avec l'administration appelant à davantage de réductions d'impôts, les décideurs politiques et le public doivent peut-être repenser la situation.

La réduction d'impôt de 2017 n'a pas stimulé l'investissement, mais n'a réussi qu'à gonfler les cours des actions par le biais de rachats d'actions. Des dépenses haut de gamme ont eu lieu, mais combien de yachts une personne peut-elle acheter?

Politique monétaire

En peu de temps, il apparaît que les politiques budgétaires et monétaires sont devenues fonctionnellement intégrées. La Fed a proposé neuf facilités de crédit différentes, accru l'assouplissement quantitatif et réduit le taux d'intérêt nominal à zéro, les taux d'intérêt négatifs réels dominant le spectre des échéances sur 10 ans.

Les importants déficits d'exploitation du gouvernement vont être un récit déterminant de l'économie post-pandémique, et la Fed maintiendra les taux d'intérêt à zéro dans un avenir prévisible.

Si cela vous semble familier, c'est parce qu'il le devrait. La Fed s'est subordonnée au Trésor au cours de la période de 1942 à 1951, lorsque le gouvernement fédéral a enregistré d'énormes déficits d'exploitation annuels pour soutenir la production en temps de guerre et la transition d'après-guerre.

La banque centrale américaine possède une mémoire institutionnelle et sait gérer une telle condition. En outre, compte tenu de la prolifération des outils monétaires utilisés au cours de la dernière décennie et de l’évolution de la politique monétaire, il n’y a aucune raison d’anticiper un risque de taux d’intérêt significatif par rapport au bilan de la Réserve fédérale. Ce bilan dépasse maintenant les 7 000 milliards de dollars et s'élèvera probablement bien au-dessus de 10 000 milliards de dollars à court terme.

Nous nous attendons à ce que la Fed impose la politique de contrôle de la courbe des taux, ce qui est assez similaire à son fonctionnement pendant la Seconde Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Essentiellement, la banque centrale fixera le rendement à 10 ans, par exemple, à un demi pour cent et informera le public qu'il y restera jusqu'à ce que la banque centrale puisse atteindre un objectif de croissance nominale spécifique ou un objectif d'inflation sur une période de temps spécifiée. .

Notre évaluation de l'avenir de la politique monétaire est qu'elle n'inclut pas les taux d'intérêt négatifs nominaux tant que l'économie reste en dépression. Si cela se produisait, la Fed pourrait rapidement choisir d'utiliser une politique généralisée de taux d'intérêt négatifs nominaux – qui est distinct des taux d'intérêt réels qui tiennent compte de l'inflation. Cela impliquerait des modifications du cadre de réglementation financière qui comprendraient des sanctions contre la thésaurisation des espèces par les grandes entreprises, les compagnies d'assurance et les fonds de pension, ainsi que l'élimination progressive des coupures en espèces à grande échelle.

La forme des choses à venir

Dans cette crise sanitaire, la politique doit viser à sauver les petites entreprises et les employés qu'elles soutiennent. Le programme défectueux de protection des chèques de paie de la Small Business Administration et le prochain programme de prêt de la rue principale proposé par la Réserve fédérale sont susceptibles de définir la réponse politique à court et à moyen terme.

Les efforts pour soutenir l'emploi comprendront probablement également des garanties salariales pour les employés qui ne peuvent pas travailler à domicile.

Les efforts pour soutenir l'emploi comprendront probablement également des garanties salariales pour les employés qui ne peuvent pas travailler à domicile. (Les gouvernements européens subventionnent 80% des salaires, ce qui crée une grande expérience de la vie réelle pour le contrôle des dommages pendant une récession.)

Pour réorienter le comportement des consommateurs vers les activités sociales et commerciales traditionnelles, il faudra créer un programme «Amérique saine» pour financer les programmes de dépistage, de dépistage et de traitement pour lutter contre cette pandémie et celles à venir. Et, bien sûr, il serait utile que les États-Unis financent gratuitement le développement d'un vaccin qui est ensuite fabriqué et distribué à chaque personne aux États-Unis et dans le monde.

Le changement de comportement vers le travail à domicile entraînera une demande de large bande élargie dans toute l'économie, y compris en Amérique rurale. La reconstruction du réseau américain de transport d'énergie et du système de transport sera nécessaire pour soutenir une économie qui a été fracturée par la pandémie.

Les données économiques montrent clairement que les mesures de relance doivent être importantes et appliquées rapidement, et être maintenues aussi longtemps qu'il le faudra pour que les employés reprennent le travail. Attendre qu'un miracle se produise est erroné et plus coûteux que de résoudre le problème en premier lieu.

La pandémie provoque une chute de la demande qui se traduit par des changements importants dans notre façon de travailler et de magasiner. Cela accélère de profonds changements qui étaient déjà en cours et qui, dans certains cas, rendront ces changements plus douloureux à court terme, nécessitant une aide soutenue.

Le recours à une période d'austérité budgétaire et monétaire à court ou moyen terme serait considérablement contre-productif. La seconde moitié de la Grande Dépression et le ralentissement de 1937-1938 n’ont pas dû se produire. Elle a été provoquée par l'austérité budgétaire auto-imposée quatre ans après le pire ralentissement de l'histoire et un déficit budgétaire de seulement 4,2%.

De même, la lente reprise après la crise financière a été un choix motivé par les craintes de dépréciation du dollar, de choc des taux d'intérêt, d'inflation et de solvabilité budgétaire qui ne sont jamais arrivées. La différence entre une reprise solide et le retour à une croissance quasi inexistante après la pandémie est un choix.

Les coûts d'une récession et les réalités de la reprise ne sont pas qu'une question d'argent. Il s'agit de la dégradation des compétences, de la perte d'incitation pour ceux qui viennent d'entrer sur le marché du travail et des heures perdues de production qui ne pourront jamais être récupérées.

La décomposition des coalitions de distribution qui ont empêché des réformes économiques et sociales indispensables au cours des deux dernières décennies offre des chances de reprise, de renouvellement et de revitalisation du pacte social américain et de son économie politique.

Pour plus d'informations sur la façon dont le coronavirus affecte les entreprises de taille moyenne, veuillez visiter le Centre de ressources RSM Coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *