Le Venezuela Maduro promet d'augmenter le prix de l'essence à l'approche du pétrolier iranien

CARACAS / MARACAY – Le président vénézuélien Nicolas Maduro a promis mercredi de commencer à facturer l'essence aux citoyens, alors que la quatrième cargaison d'une flottille à cinq pétroliers transportant du carburant d'Iran approchait de la zone économique exclusive de la nation sud-américaine.

L'Iran fournit au pays jusqu'à 1,53 million de barils d'essence et de composants pour l'aider à atténuer une pénurie aiguë qui a contraint les Vénézuéliens à attendre dans des files d'attente de plusieurs heures dans les stations-service ou à payer des prix élevés sur le marché noir.

Avec l'arrivée de l'essence, Maduro a déclaré qu'il mettrait fin à la politique de fourniture efficace de carburant gratuitement après plus de deux décennies de prix à la pompe gelés. Il n'a fourni aucun détail.

« L'essence doit être payée », a déclaré Maduro dans un discours à la télévision d'État, affirmant que l'augmentation des prix ferait partie d'un « plan de normalisation et de régularisation ».

« J'ai le soutien et la compréhension du Venezuela », a déclaré Maduro, imputant la pénurie aux États-Unis, qui a sanctionné la société pétrolière d'État PDVSA l'année dernière dans le cadre d'une campagne visant à évincer Maduro, que les États-Unis accusent d'avoir truqué les élections en 2018.

Les stations-service ont commencé à tester de nouveaux systèmes de paiement, ont déclaré trois personnes connaissant le sujet.

Au cours des dernières semaines, plus de 100 stations-service à travers le pays ont reçu de nouveaux équipements qui leur permettraient de facturer les ventes au détail d'essence et de rationnement, bien que leurs opérateurs n'aient pas encore reçu d'instructions claires du gouvernement ou du PDVSA, ont déclaré les gens, qui ont parlé. sous réserve d'anonymat.

Maduro en 2018 s'était engagé à augmenter les prix à la pompe, mais n'a jamais suivi le plan. Mettre fin aux subventions aux carburants est considéré comme politiquement risqué au Venezuela, où un effort de 1989 pour augmenter les prix de l'essence et des transports a contribué à une vague meurtrière d'émeutes et de pillages.

«ÉTATS PARIAH»

Bien qu'applaudie par le gouvernement vénézuélien, l'approvisionnement iranien a été critiqué par les autorités américaines car les deux pays membres de l'OPEP sont sous sanctions. Jusqu'à présent, les navires ont navigué sans dérangement vers leurs destinations.

Mercredi après-midi, le quatrième pétrolier, le Faxon, passait au nord de la Trinité-et-Tobago, une nation voisine à deux îles du Venezuela, selon les données d'Eikon. Le troisième, le Pétunia, approchait de la raffinerie El Palito, tandis que les deux premiers déchargeaient dans les ports.

David Schenker, le secrétaire d'État adjoint américain aux Affaires du Proche-Orient, a déclaré mercredi que Washington n'était « pas satisfait » des expéditions et cherchait des « options » pour une réponse.

« Ce sont deux États paria », a déclaré Schenker lors d'un webinaire organisé par l'Institut de Beyrouth. « On pourrait imaginer qu'ils envoient d'autres choses, je veux dire des armes, qui sait. »

Maduro a ajouté que le Venezuela avait payé les expéditions en dollars, après que des responsables américains ont déclaré que le gouvernement avait probablement payé l'Iran en utilisant une partie de ses réserves d'or. (Reportage de Mircely Guanipa à Maracay et Deisy Buitrago à Caracas; reportage supplémentaire de Parisa Hafezi à Dubaï, Mayela Armas à Caracas, Ghaida Ghantous à Dubaï, Luc Cohen à New York et Marianna Parraga à Mexico édité par Marguerita Choy et Leslie Adler)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *