Le revers de la vente au détail à Montréal montre la voie rocailleuse du Canada vers sa réouverture

(Bloomberg) – Le Québec a été contraint de revenir sur ses plans de réouverture de son économie, six jours seulement après leur annonce par le premier ministre.

Le nombre élevé de cas de Covid-19 dans les hôpitaux de Montréal a poussé le premier ministre François Legault à reporter l'ouverture des magasins d'une semaine dans la plus grande ville de la province. La semaine dernière, il a déclaré que les magasins de détail de la ville seraient autorisés à ouvrir le 11 mai; la nouvelle date est le 18 mai.

À côté de l'Ontario, le premier ministre Doug Ford a indiqué qu'il continuerait d'adopter une approche lente pour redémarrer la plus grande économie provinciale du Canada. Ford a déclaré que la province s'apprêtait à autoriser davantage de magasins de détail à ouvrir pour la collecte en bordure de rue – tant que les cas de virus continueront de diminuer. Il n'a pas donné de date.

Le retour aux affaires ne s'avère pas une tâche facile, même si l'économie canadienne continue de fléchir sous la pression des fermetures. Les deux provinces voisines représentent plus de 55% du PIB du pays, mais ont été l’épicentre de ses cas de virus, avec 93% des décès au Canada lundi.

Hôpitaux «très serrés»

Le prochain dilemme pour le Québec est de savoir s'il faut s'en tenir à la réouverture prévue le 19 mai des écoles primaires et des garderies à Montréal. « Il est hors de question d'ouvrir et d'augmenter le nombre de personnes qui pourraient se retrouver dans nos hôpitaux, alors que nous avons très peu de marge de manœuvre à Montréal », a déclaré Legault aux journalistes de Québec.

La plupart des 1 772 patients Covid-19 hospitalisés au Québec se trouvent dans la région de Montréal, qui dispose de suffisamment de lits pour l'instant mais où la situation est «très tendue», a-t-il déclaré.

Le nombre de décès au Québec est passé à 2 280 lundi, avec 32 623 cas confirmés. Selon l'Institut de santé publique du Québec, les décès enregistrent désormais 267 décès par million de personnes, soit plus que les États-Unis à 208 et plus du double du Canada à 101. Le problème, tant au Québec qu'en Ontario, a été des éclosions graves dans des établissements de soins de longue durée, qui représentent environ 80% des décès.

Pendant ce temps, de nouvelles preuves sont arrivées lundi que la tension économique continue de s'accroître. Les chiffres montrent que les entreprises ont contracté des prêts au rythme le plus rapide depuis 1981 en mars. Les données sur l'emploi attendues vendredi pourraient montrer que l'économie a perdu plus de 4 millions d'emplois en avril, un cinquième de la population active et de loin la plus forte baisse jamais enregistrée, selon une enquête Bloomberg auprès d'économistes.

Pourtant, les magasins à l'extérieur de Montréal ont été autorisés à rouvrir aujourd'hui, la fabrication et la construction devant toujours redémarrer partout au Québec le 11 mai.

En Ontario, seule une poignée d'entreprises ont pu reprendre leurs activités lundi, notamment des jardineries offrant un ramassage en bordure de rue, des lave-autos automatiques et quelques autres projets de construction essentiels. L'Ontario compte 17 923 cas et 1 300 décès.

Cependant, la province s'approche de l'assouplissement des restrictions sur le commerce de détail si le nombre d'infection continue de s'améliorer, a déclaré Ford.

« C'est inévitable. Les chiffres continuent de baisser. Nous allons faire tourner l'économie sur la base de la santé et de la science », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Toronto. « Tout simplement parce que nous ouvrons ces magasins, cela ne signifie pas que c'est un service gratuit pour tous. »

© 2020 Bloomberg L.P.

Bloomberg.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *