Le plan de «double circulation» de la Chine est une mauvaise nouvelle pour les exportations d’autres pays

Cet article d’opinion a été initialement publié dans la revue asiatique de Nikkei. Les esprits à Pékin se concentrent de plus en plus sur la prochaine réunion du Comité central du Parti communiste chinois le mois prochain. L’élaboration d’un nouveau plan quinquennal officiel pour la plus grande économie d’Asie figurera parmi les priorités de l’organe. Un mot à la mode fraîchement inventé semble prêt à jouer (…)

Cet article d’opinion a été initialement publié dans la revue asiatique de Nikkei.

Les esprits à Pékin se concentrent de plus en plus sur la prochaine réunion du Comité central du Parti communiste chinois le mois prochain.

L’élaboration d’un nouveau plan quinquennal officiel pour la plus grande économie d’Asie sera l’une des priorités de l’organe. Un mot à la mode fraîchement inventé devrait jouer un rôle de premier plan dans ces discussions: «double circulation».

Le nouveau terme a gagné une place de choix dans les discours et les reportages des médias d'État depuis mai, même si sa signification précise est restée quelque peu ambiguë.

Ce qui importe pour les partenaires étrangers de la Chine, c’est que l’arrivée d’une stratégie de double circulation devrait marquer une volonté de réduire la dépendance vis-à-vis des importations, en particulier des équipements de fabrication haut de gamme et des intrants.

Alors que cela viendrait en réaction à la volonté américaine de découpler les chaînes d'approvisionnement mondiales, l'initiative de Pékin ne manquera pas de soulever de nouvelles inquiétudes auprès du Japon, de la Corée du Sud, de l'Allemagne et d'autres qui ont profité de l'exportation de biens intermédiaires vers des entreprises chinoises cherchant à améliorer leur production.

Les discussions sur la stratégie de double circulation sont apparues pour la première fois dans les rapports d'une réunion de mai du Politburo du Parti communiste. Alors que les préparatifs commencent maintenant sur ce qui sera le 14e plan quinquennal de la République populaire, les planificateurs travaillent sans aucun doute à l’élaboration du concept afin qu’il puisse être mis en œuvre avec des objectifs de performance spécifiques pour les années 2021 à 2025.

Malgré l'ambiguïté considérable qui entoure le concept à l'heure actuelle, le consensus des observateurs économiques est que la double circulation signale un retour à une plus grande dépendance à la demande intérieure.

À première vue, cela ressemble à la grande stratégie de rééquilibrage que Pékin a appliquée dans sa réponse à la crise financière mondiale.

Lorsque la Chine a introduit son concept de rééquilibrage, qui a ensuite servi de fondement intellectuel au 12e plan quinquennal, le monde semblait toujours ouvert à la Chine et le multilatéralisme était en vogue. Ce n'est plus une réalité aujourd'hui.

La «première circulation» dans la nouvelle formulation double consiste à maintenir l'intégration avec le reste du monde. Cela reste important, mais cela dépend de plus en plus des États-Unis, une proposition discutable à un moment où le président Donald Trump parle de découplage de la Chine.

Ainsi, la «seconde circulation» dans la double formulation concerne une dépendance accrue à l'égard de la demande intérieure et une réduction de la dépendance économique vis-à-vis du reste du monde.

Le rééquilibrage en 2008 s'est également appuyé sur une augmentation de la contribution de la demande intérieure à la croissance de la Chine. Cela s’accompagnait de l’idée que, grâce à une croissance plus rapide de la consommation intérieure, l’excédent de longue date du compte courant de la Chine céderait la place à un déficit à mesure que les importations augmenteraient.

Cette fois, l'idée est de s'assurer que la plus grande partie de cette demande accrue est satisfaite par la production intérieure plutôt que par les importations. À cet égard, la stratégie de double circulation est un corollaire du précédent programme gouvernemental Made in China 2025 pour la mise à niveau des capacités technologiques de la Chine, car il est devenu possible de remplacer les produits haut de gamme uniquement grâce aux progrès réalisés dans des secteurs clés.

Autrement dit, l’ancien rééquilibrage visait à réduire la dépendance de la Chine vis-à-vis des exportations. En revanche, l'objectif de la double circulation consiste à réduire la dépendance à l'égard des importations et à accroître l'autosuffisance.

Cela équivaut à une «intégration couverte» pour protéger l'économie chinoise de la volatilité qui pourrait venir de l'étranger tout en bénéficiant de la vente sur les marchés étrangers.

La stratégie de rééquilibrage était une excellente nouvelle pour le reste du monde car elle a stimulé les exportations de la plupart des pays vers la Chine. Cette fois-ci, les pays qui en ont bénéficié seront probablement déçus, en particulier ceux qui exportent des produits haut de gamme que la Chine peut désormais produire seule.

Alors que l'ancien rééquilibrage était conçu pour éloigner la Chine des déséquilibres extérieurs excessifs, la stratégie de double circulation vise l'autosuffisance, mais avec une poussée continue sur les exportations aussi longtemps que possible. En fait, la nouvelle double circulation n'est rien de plus qu'une stratégie de substitution importante tout en essayant de garder les marchés étrangers pour les produits chinois.

Ce changement de stratégie n’est pas une décision capricieuse des dirigeants chinois, mais une réponse de couverture à la nature changeante des relations de Pékin avec les États-Unis en tant que principale puissance mondiale. En seulement 10 ans, soit la durée de deux plans quinquennaux, les relations américano-chinoises sont passées d'un engagement profond à un découplage.

La nouvelle poussée de la Chine pour l’autosuffisance aura des coûts pour les économies qui se sont habituées à exporter des produits intermédiaires haut de gamme dans le pays.

La Chine fera désormais tout son possible pour remplacer les produits nationaux par ces intrants étrangers.

Il va sans dire que si la technologie des producteurs locaux n'est pas encore aux normes pour cela, la Chine n'épargnera aucune dépense pour acquérir le savoir-faire, que ce soit par des acquisitions à l'étranger ou par d'autres moyens.

La stratégie de double circulation de la Chine sera probablement beaucoup plus préjudiciable pour le reste du monde que le rééquilibrage. Alors que les dirigeants se concentrent sur la conception du 14e plan quinquennal, la double diffusion est susceptible d'être consacrée comme un objectif à moyen terme, avec des conséquences à la fois pour la Chine et ses partenaires commerciaux.


Republication et référencement

Bruegel se considère comme un bien public et ne prend aucun point de vue institutionnel.

En raison des accords de droits d'auteur, nous vous demandons de bien vouloir envoyer par e-mail une demande de republication des opinions qui ont paru imprimées (email protégé).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *