Le plan américain de réduire les tarifs sur l'aluminium canadien fait face à un puissant adversaire – Le lobby de la bière

Alors que l'administration Trump envisage de réimposer un tarif de 10 pour cent sur l'aluminium canadien, elle se trouve en contradiction avec un groupe puissant – les fabricants de bière.

Jeudi, Jim McGreevy, directeur général du Beer Institute, basé à Washington, DC, rejoint par des dirigeants de l'American Beverage Association, du Can Manufacturers Institute et de l'Aluminium Association, ont exprimé leur vive opposition à un tarif ou même à un quota sur les produits canadiens. aluminium, dans une lettre au représentant américain au commerce, Robert Lighthizer.

« Les contraintes sur les importations d'aluminium en provenance de l'allié le plus proche de notre pays, que ce soit sous forme de quota ou de tarif, augmenteront considérablement le coût de l'aluminium dans ce pays », ont écrit les dirigeants.

Plus tôt ce mois-ci, McGreevy, qui représente les producteurs et importateurs de bière, a écrit une autre lettre à Lighthizer, expliquant que plus de 60% de la bière aux États-Unis est emballée dans des canettes ou des bouteilles en aluminium. L'imposition de tarifs ou de quotas au Canada, «un acteur clé» de la chaîne d'approvisionnement, pourrait affecter la capacité des brasseurs à commercialiser de la bière.

La possibilité pour les États-Unis de réimposer des tarifs sur l'aluminium canadien, connus sous le nom de tarifs de l'article 232, attire une nouvelle attention après que Lighthizer a témoigné la semaine dernière au Comité sénatorial des finances des États-Unis qu'il était préoccupé par une «poussée» des exportations canadiennes d'aluminium vers les États-Unis, et a déclaré que les deux pays discutaient de la question.

Le témoignage de Lighthizer a fait craindre que le président américain Trump envisage un décret exécutif qui réintroduirait des tarifs de 10% sur les importations canadiennes d’aluminium primaire, bien que le calendrier et la probabilité ne soient pas clairs.

Les relations commerciales actuelles avec le Canada ne sont tout simplement pas un sujet de préoccupation au sein de l'industrie de l'aluminium

Association de l'aluminium

«Il y a quelques jours, sur la base de ce que j'entendais, j'aurais probablement dit que cela allait probablement être imposé. Maintenant, c'est plus près d'un tirage au sort », a déclaré Bruce Heymann, ancien ambassadeur des États-Unis au Canada sous le président Barack Obama, qui suit l'affaire.

Heymann a déclaré que le calcul politique de l'imposition d'un tarif est maintenant mélangé à la veille de l'accord commercial Canada-États-Unis-Mexique, qui prend effet le 1er juillet. Bien qu'il permette au président Trump de dire qu'il protège les travailleurs américains, il a également sape l'esprit de l'accord commercial.

Jeudi également, l'Association de l'aluminium basée en Virginie a envoyé une lettre à Lighthizer disant que les producteurs américains d'aluminium primaire ne pouvaient fournir qu'un tiers du matériau pour répondre à la demande d'aluminium du pays.

La lettre a été signée par plus de 15 PDG représentant différents segments de l'industrie de l'aluminium, du producteur de papier d'aluminium Reynolds Consumers Products au producteur primaire Alcoa Corp., qui exerce ses activités au Canada et aux États-Unis.

L'association a fait valoir que les deux pays ont une chaîne d'approvisionnement en aluminium intégrée et que les tarifs ou les quotas menaceraient la disponibilité et le coût du matériau, et finiraient par nuire aux travailleurs américains. Selon la lettre, jusqu'à 97% des emplois dans l'industrie de l'aluminium aux États-Unis sont dans le traitement intermédiaire et en aval et dépendent de l'aluminium canadien.

«Les relations commerciales actuelles avec le Canada ne sont tout simplement pas un sujet de préoccupation au sein de l'industrie de l'aluminium», a déclaré le groupe. «La chaîne d'approvisionnement nord-américaine intégrée de l'aluminium a été un élément crucial de la capacité de l'industrie américaine de l'aluminium à investir et à croître au cours des dernières décennies.»

L'American Automotive Policy Council, qui représente des constructeurs automobiles comme Ford Motor Co. et General Motors Co., s'oppose également au tarif, écrivant dans un communiqué de presse jeudi que la taxe nuirait à «des centaines de milliers de travailleurs à un moment où l'industrie peut le moins permettre », car il absorbe les retombées économiques de la pandémie de coronavirus.

Mais Century Aluminium Co., dont le siège est à Chicago, et Magnitude 7 Metals LLC, basée au Missouri, mènent une campagne «Aluminium Now» par le biais de leur propre groupe commercial, l'American Primary Aluminium Association.

Sur le site Internet «Aluminium Now», le groupe affirme que «le subventionnement illégal de la production nationale d'aluminium – perpétué par la Russie, le Moyen-Orient, la Chine et d'autres mauvais acteurs» a fait chuter le prix de l'aluminium dans le monde entier et, par extension, contraint les fonderies américaines à fermer et à licencier des milliers de travailleurs.

Ni Century, Magnitude 7 ni l'APAA n'ont fourni de commentaire pour cet article.

Les tarifs américains sur l'aluminium canadien ne sont pas une nouveauté. Ils ont été appliqués pour la première fois à toutes les importations d'aluminium aux États-Unis en mars 2018, mais ont été levés pour le Canada en mai 2018 en vertu d'un accord qui comprenait une disposition pour surveiller et limiter les exportations. Peu de temps après, les États-Unis, le Canada et le Mexique ont conclu un nouvel accord commercial pour remplacer l'Accord de libre-échange nord-américain.

L'industrie canadienne de l'aluminium de 13 milliards de dollars, principalement au Québec et en Colombie-Britannique, dépend fortement des États-Unis, avec 83% de ses exportations à destination des États-Unis en 2018.

Katherine Cuplinskas, attachée de presse au bureau de la vice-première ministre Chrystia Freeland, a déclaré dans un communiqué: «Nous croyons fermement que nos exportations d'aluminium ne nuisent pas au marché américain. Nous le soulignons dans nos conversations en cours avec nos partenaires américains. »

Un point de discorde est de savoir si les importations canadiennes ont en fait «bondi», comme l'a dit Lighthizer.

L’APAA, dans le cadre de sa campagne «Aluminium maintenant», affirme que les exportations canadiennes d’aluminium vers les États-Unis ont bondi de 80% depuis la levée des tarifs.

Mais d'autres ont dit que l'augmentation était due au fait qu'une fonderie au Québec, dans laquelle les travailleurs avaient été mis en lock-out dans un conflit de travail de janvier 2018 à juillet 2019, est maintenant revenue en ligne, et parce que les tarifs avaient auparavant découragé les exportations vers les États-Unis.

« NOUS. Les importations d'aluminium primaire en provenance du Canada sont aujourd'hui conformes aux niveaux antérieurs à la mise en œuvre des tarifs de l'article 232 et inférieurs aux volumes de pointe enregistrés en 2017 », a déclaré l'Association de l'aluminium dans sa lettre.

Quoi qu'il en soit, la menace d'un tarif a déjà fait monter en flèche les prix de l'aluminium aux États-Unis.

Vendredi dernier, le magazine spécialisé Metal Miner a rapporté que «la prime du Midwest, après près d'un an de baisse constante à environ 170 $ la tonne… a ramené à 300 $ la tonne où elle était à la même époque l'année dernière».

• Courriel: gfriedman@postmedia.com | Twitter:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *