Le long chemin vers le très bon mois d’Israël

Ce n'est pas depuis mai 1948, lorsque les États-Unis et l'Union soviétique ont reconnu l'État d'Israël dans les semaines critiques de sa guerre pour l'indépendance, qu'Israël a connu un mois diplomatique comme celui-ci. Le 13 août, les Émirats arabes unis et Israël ont signé un accord de normalisation des relations, la cérémonie officielle devant se tenir mardi à Washington avec le président Trump. Le 11 septembre, Bahreïn a emboîté le pas. L'Autorité palestinienne, occupant la présidence tournante de la Ligue arabe, a présenté une résolution condamnant les Émirats arabes unis. lors d'une session Zoom des ministres arabes des Affaires étrangères, mais dans une rupture choquante avec la pratique passée, la motion n'a pas été adoptée. Le 13 septembre, une autre nation arabe, Oman, a publié une déclaration de soutien à la décision de Bahreïn de normaliser ses relations.

Pendant ce temps, défiant la pression de l'Union européenne et en échange de la reconnaissance israélienne de l'indépendance du Kosovo, le Kosovo est devenu le premier pays à majorité musulmane au monde à accepter de placer une ambassade à Jérusalem dans le cadre d'un autre accord négocié par Trump. (Le statut d'un engagement similaire de la Serbie n'est pas clair.)

L'Arabie saoudite autorisant les vols d'Israël vers les Émirats arabes unis. pour passer au-dessus de son territoire et que le Maroc serait sur le point d'autoriser des vols directs vers l'Etat juif, un point de basculement semble avoir été atteint au Moyen-Orient. Le ressentiment envers le sionisme et la sympathie pour les Palestiniens ne seront plus autorisés à interférer avec ce que les dirigeants arabes assiégés considèrent comme une relation vitale.

Ces changements sont plutôt évolutifs que révolutionnaires. L’opposition arabe à l’existence d’Israël n’a jamais été aussi unanime ou implacable que les observateurs occasionnels le supposent parfois. Sur le plan géopolitique, les États arabes conservateurs ont compris depuis longtemps que leurs intérêts et ceux d’Israël sont liés.

La force la plus puissante de la politique internationale est le moteur du changement: la peur. Le monde arabe dans son ensemble est confronté à sa plus grande crise depuis l'effondrement de l'Empire ottoman. L'Irak et la Syrie, autrefois piliers du nationalisme et de la force arabes, peuvent à peine se maintenir ensemble. Le Yémen et la Libye sont plongés dans d'âpres guerres civiles. L'Égypte, dont l'économie est stupéfiante alors que la pandémie réduit ses revenus du tourisme et du commerce, peut à peine gérer sa propre sécurité, et encore moins la stabilité des exportations vers le reste du monde arabe. Le Liban, qui a longtemps été la capitale financière et culturelle du monde arabe, souffre d’un État en faillite et de la main lourde du Hezbollah.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *