Le coronavirus est une sirène pour les objectifs de développement durable liés à la santé

Les événements pandémiques tels que COVID-19 rappellent la nécessité d'investissements collectifs dans des systèmes résilients qui vont au-delà des soins de santé. Les objectifs de développement durable (ODD) fournissent à la fois l'aspiration et un cadre unificateur à ces investissements. Lorsque le premier cycle des ODD s'est achevé l'automne dernier, les panels d'évaluation ont relevé des points positifs tels que l'amélioration de la santé et de l'éducation des enfants. Pourtant, les experts ont reconnu que des lacunes dans la mesure, l'investissement et l'engagement partagé entravaient les progrès. Puis COVID-19 a frappé. La pandémie menace de ralentir encore davantage les progrès vers les ODD, combinant le choc économique d'une dépression avec l'augmentation du nombre de morts dans les pays à tous les niveaux de développement.

Bon nombre des priorités de l'ODD3 (bonne santé et bien-être) sont pertinentes pour la réponse aux surtensions et la récupération après COVID-19. C'est pourquoi l'ONU a qualifié la pandémie «d'opportunité pour la famille humaine d'agir en solidarité» pour atteindre les ODD. Les ODD constituent donc en fait le programme d'une réponse mondiale durable à COVID-19 – durable dans la mesure où la réponse à cette urgence ne doit pas conduire à négliger les éléments essentiels pour des soins de santé équitables et abordables pour tous. Dans cet article de blog, nous décrivons quatre opportunités pour la politique de santé mondiale de renouveler l'engagement du monde envers les ODD.

1. Générer un élan pour la couverture sanitaire universelle

Le principe de l’assurance est la protection contre l’incertitude, mais la moitié de la population mondiale n’a pas un accès abordable aux services de santé essentiels. Le piège santé-pauvreté garantit que tout événement de soins de santé peut causer une dévastation financière catastrophique aux personnes non assurées, le coût des soins entraînant chaque année 100 millions de personnes dans l'extrême pauvreté.

L'ODD3 reconnaît que nous ne serons jamais en mesure de nous protéger contre les pandémies si les populations ne peuvent pas accéder aux ressources de base ou s'offrir les ressources de base pour résister aux tempêtes naturelles de la vie humaine. La couverture maladie universelle (CSU) est une destination commune avec de nombreuses voies, depuis les régimes d'assurance maladie communautaires au Rwanda jusqu'au programme indien Ayushman Bharat. Bien que chaque pays soit unique, des décennies de preuves mettent en évidence l'importance de la collecte de revenus, des mécanismes de mise en commun, de la gouvernance des données et de la responsabilité institutionnelle. Les efforts visant à combler le manque de connaissances dans les contextes aux ressources limitées – tels que les travaux du Collaboratif africain pour les solutions de financement de la santé – seront essentiels pour intensifier les efforts de CSU. Les décideurs devraient recentrer leur attention sur la CSU comme point de départ pour améliorer la santé et le bien-être des populations du monde entier.

Après tout, la meilleure façon de prévenir les infections est de commencer par vacciner contre la pauvreté. Cela commence par des soins de santé primaires décents, afin que les ménages ne soient pas poussés vers le dénuement par des maladies évitables.

2. Développer un financement durable pour l'innovation dans les soins de santé

Les médicaments nécessitent des investissements soutenus pendant des années avant de porter leurs fruits sous forme de prévention et de traitement des maladies. Pourtant, le financement d'innovations en matière de santé comme les vaccins est inversement lié à leur valeur pour la santé publique. L'émergence de mécanismes de financement public (par exemple, le Fonds mondial) et d'organisations à but non lucratif internationales (par exemple, Coalition for Epidemic Preparedness Innovation) a rempli les trous dans le pipeline de recherche et développement (R&D) pour les produits de santé mondiaux. Pourtant, malgré ces efforts, un déficit de financement annuel de près de 3 milliards de dollars persiste.

Comme au lendemain d'Ebola, il est probable que les financements pour la R&D en santé mondiale suivront COVID-19. Mais l'histoire montre que de tels investissements sont aussi transitoires que nos souvenirs de l'impact des épidémies. Nous devons donc trouver des moyens de garantir que la réponse à COVID-19 soit celle d'un financement durable. Les décideurs disposent de nombreux outils pour financer un «bien commun mondial pour la santé», des mécanismes fiscaux internationaux au financement commun et aux achats stratégiques. La clé sera de garantir des engagements à long terme, à l'abri des coupes budgétaires à motivation politique.

Mais il s’agit de bien plus que du financement; une réponse durable nécessite une nouvelle réflexion sur le capital financier et le capital intellectuel. Par exemple, la protection des brevets est depuis longtemps un obstacle à l'accès à l'innovation dans les pays à faibles ressources. Le fait que bon nombre des thérapies proposées pour COVID-19 soient des médicaments réutilisés a ravivé les conversations sur l'importance des flexibilités accordées en vertu de l'Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce. Lorsque le monde se réunira à nouveau pour une pandémie post mortem, les pays doivent aller au-delà des engagements de l'année civile et commencer à accorder des subventions pour les générations.

3. Étudier les interdépendances entre la santé mondiale et le changement climatique

Les climats plus chauds peuvent être le lieu de reproduction de vecteurs de maladies transmissibles qui, comme l'a montré COVID-19, peuvent rapidement se propager à travers le monde. La reconnaissance des interdépendances entre les deux sera cruciale pour améliorer la santé des communautés et réaliser la mission des ODD.

Premièrement, nous devons mieux comprendre comment le changement climatique amplifie les effets des expositions connues affectant la santé de la population. Réfléchissez à la façon dont les objectifs de santé publique de l'ODD3 – réduction de la pollution de l'air, de l'eau et des sols – sont intimement liés à la crise climatique. Par exemple, le changement climatique peut augmenter la prévalence des maladies d'origine hydrique, qui tuent un demi-million d'enfants chaque année. De même, les émissions de carbone incontrôlées alourdissent le fardeau des maladies respiratoires, la pollution atmosphérique contribuant à 200000 décès prématurés annuels aux États-Unis seulement.

Deuxièmement, les infrastructures nécessaires au renforcement des systèmes de santé et à l'adaptation au climat sont les deux faces d'une même médaille. Par exemple, les interventions de santé publique de base (par exemple, le lavage des mains) sont impossibles dans les environnements où la contamination de l'eau est élevée. De plus, la protection contre les effets du changement climatique (par exemple, les catastrophes naturelles) nécessite d'investir dans des systèmes de filets de sécurité pour les populations vulnérables.

Bien que chaque crise présente des défis uniques, les décideurs peuvent utiliser les synergies naturelles entre les besoins en soins de santé et les effets du changement climatique pour effectuer des investissements au niveau de la population.

4. Créer une «capacité de composition»

Il est invraisemblable de s'attendre à ce que les pays présentant de grandes lacunes en matière de couverture sanitaire, des pénuries de professionnels de la santé et des obstacles allant du mauvais transport aux faux médicaments mettent en œuvre des mesures extrêmes telles que des tests de masse et la construction d'hôpitaux de campagne pour répondre aux demandes créées par les urgences sanitaires. Comment alors les décideurs devraient-ils fixer les priorités de santé publique?

Un moyen prometteur est de renforcer la «capacité de composition»: des investissements fondamentaux sur lesquels les communautés peuvent s'appuyer au fil du temps pour créer des systèmes résilients. Par exemple, l'ODD3 appelle à améliorer la formation et le recrutement de la main-d'œuvre. Les agents de santé communautaires ont une valeur ajoutée fondée sur des preuves pour la prestation des soins de santé et fournissent également un canal supplémentaire pour la riposte aux épidémies dans les pays à faible revenu et à revenu élevé. De même, le développement des capacités numériques peut améliorer l'accès aux soins dans les régions rurales (par exemple, via la télésanté) tout en créant une base analytique pour la surveillance des maladies. À la base de toutes ces innovations en matière de prestation, des réformes du financement de la santé permettent aux prestataires de première ligne – qu'il s'agisse de traiter l'insuffisance pulmonaire due à COVID-19 ou de gérer une personne atteinte de diabète, de cancer ou d'insuffisance rénale – de fournir des soins opportuns et pratiques.

Le développement durable comme prévention des pandémies

Les lacunes dans la réponse mondiale à COVID-19 devraient renouveler un sentiment d'urgence pour atteindre les ODD parmi les décideurs du monde entier. Relever les défis mondiaux dépasse la capacité d’un pays, par exemple, à contenir, suivre et traiter un virus. Les décideurs feraient bien de se souvenir du consensus sur les valeurs qui ont produit les ODD et de soutenir les efforts nécessaires pour tenir les promesses faites il y a cinq ans pour des investissements plus importants et une plus grande coopération internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *