Le commerce comme outil de reprise efficace – Blogue du FMI

Par Jesus Gonzalez-Garcia et Yuanchen Yang

Alors que les économies recherchent désormais des voies pour se remettre de la crise du COVID-19, de nouvelles preuves réaffirment que des politiques pour des économies plus ouvertes et plus intégrées au commerce pourraient grandement bénéficier à la concurrence intérieure et, en fin de compte, contribuer à réduire les coûts pour les consommateurs des économies émergentes et en développement.

Un document de travail récent, s'appuyant sur le chapitre des Perspectives économiques régionales sur la concurrence, la compétitivité et la croissance en Afrique subsaharienne, examine les effets de la libéralisation des échanges à l'aide d'un vaste ensemble de données au niveau de l'entreprise couvrant environ 400000 entreprises dans 83 économies émergentes et en développement de 2000 à 2017. L'étude se concentre également sur 29 pays d'Afrique subsaharienne où une plus grande intégration commerciale a conduit à des marges nettement inférieures. Les marges bénéficiaires montrent la capacité des entreprises à facturer les consommateurs au-dessus de leurs coûts et sont des indicateurs de pouvoir de marché. Plus la concurrence est forte, moins le pouvoir de marché est élevé et plus les marges bénéficiaires sont faibles.

Les réductions tarifaires entraînent une diminution significative des marges bénéficiaires dans le secteur manufacturier, car il fait généralement face à une forte concurrence étrangère. Le secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC) connaît également d'importantes réductions des marges bénéficiaires après des réductions tarifaires, probablement en raison de la baisse des coûts d'importation dans un secteur qui nécessite de gros investissements. Cet effet supplémentaire de la libéralisation sur les marges bénéficiaires des entreprises de TIC pourrait être lié à l'intensité de capital relativement élevée dans ce secteur, car l'ouverture des marchés à davantage d'importations de biens d'équipement peut contribuer à une concurrence accrue dans ce secteur et à la réduction des marges bénéficiaires des entreprises dominantes. Dans l'ensemble, les secteurs avec une plus grande pénétration des importations réagissent plus fortement aux réductions tarifaires.

La réduction des droits de douane entraîne des baisses importantes des marges bénéficiaires d'environ 4 pour cent au cours des cinq années suivant la réduction des barrières commerciales. En Afrique subsaharienne, la diminution est également significative. En utilisant des taux tarifaires spécifiques au secteur, il est démontré qu'une réduction de 10 pour cent des tarifs est associée à une diminution de 1 pour cent des marges bénéficiaires dans la région.

Cette étude a également révélé que, comparée à d'autres mesures politiques, la libéralisation des échanges semble être un outil particulièrement puissant pour atténuer le pouvoir de marché et a des synergies significatives avec les réformes du secteur réel.

Les résultats appuient les efforts actuellement en cours pour accroître l'intégration commerciale entre les économies émergentes et en développement. La zone de libre-échange continentale africaine, qui a fait l'objet d'un autre chapitre sur les perspectives économiques régionales, ainsi que d'une récente note de discussion des services du FMI, entrera en vigueur en janvier et constitue une occasion historique d'approfondir l'intégration commerciale et économique. Les preuves empiriques présentées ici devraient encore renforcer le rôle de la politique commerciale en tant qu'outil de renforcement de l'efficacité alors que les économies du monde entier poursuivent des stratégies pour se remettre de la crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *