Le Burundi appauvri, battu par la violence et le coronavirus, se prépare pour les élections

NAIROBI – Le Burundi organise sa première élection présidentielle compétitive la semaine prochaine depuis le début de la guerre civile en 1993, mais la violence politique et les craintes que les rassemblements électoraux accélèrent la propagation du coronavirus ont déjà entaché les campagnes.

Le président Pierre Nkurunziza, qui a été accusé de répression politique dans son pays et à l'étranger, se retire après 15 ans de mandat, bien que l'ancien chef rebelle soit appelé à rester une force de premier plan dans la pauvre nation d'Afrique de l'Est.

Il a nommé le général de l'armée à la retraite Evariste Ndayishimiye candidat au parti au pouvoir CNDD-FDD, qui a organisé samedi un rassemblement final avec des milliers de personnes dansant sur la musique, scandant des slogans de soutien et agitant des drapeaux.

« Nous engloutirons notre sombre passé qui ne mérite pas d'être notre prison », a déclaré Ndayishimiye à la foule enthousiaste, promettant « de faire tout son possible pour mettre fin à toutes les causes des conflits » au Burundi, où 300 000 personnes ont été tuées au cours de ces 12 années. guerre civile qui a pris fin en 2005.

Six autres candidats se présentent aux élections de mercredi, dont le chef de l’opposition Agathon Rwasa, vice-président de l’Assemblée nationale et chef du parti CNL.

Les opposants ont boycotté le scrutin de 2015, accusant le gouvernement d'abus électoraux et de violations des droits, accusations qu'il a niées.

« Le parti au pouvoir et le gouvernement tentent de montrer qu'il s'agit d'un processus légitime », a déclaré Nelleke van de Walle de l'International Crisis Group, ajoutant que Rwasa avait pu ouvrir des bureaux et organiser de grands rassemblements autour du Burundi.

Mais le Burundi a déclaré que la plupart des observateurs électoraux devraient subir une quarantaine de 14 jours. Les journalistes disent qu'ils sont constamment menacés d'arrestation ou d'agression, et beaucoup ont fui le pays, tandis que certaines organisations de la société civile ont été fermées.

CRITIQUE RÉPÉTÉE

Le gouvernement a fermé le bureau des droits de l'homme des Nations Unies l'année dernière après avoir critiqué à plusieurs reprises que l'aile jeunesse du parti au pouvoir et les services de sécurité torturaient, violaient et assassinaient des opposants politiques.

Des groupes de défense des droits de l'homme affirment que les attaques se sont intensifiées à l'approche des élections présidentielles, législatives et municipales de mercredi.

Ndayishimiye et Rwasa étaient des commandants supérieurs de milices à prédominance hutue qui ont combattu pendant la guerre civile contre une armée dirigée à l'époque par des Tutsis de souche. Nkurunziza est arrivé au pouvoir dans le cadre d'un accord de paix qui a mis fin au conflit.

Le pays a de nouveau été plongé dans la violence en 2015 après que Nkurunziza a demandé un troisième mandat, une décision qui, selon ses opposants, a violé la constitution et les termes de l'accord de 2005.

Près d'un demi-million de personnes ont fui au cours de cette crise il y a cinq ans et l'économie en difficulté ne s'est jamais rétablie. De violentes manifestations se sont finalement apaisées mais la violence politique de faible intensité se poursuit.

Un électeur, trop craintif pour donner son nom même si elle soutenait le parti au pouvoir, a déclaré à Reuters qu'elle envisageait de voter pour le CNDD-FDD car il offrait un meilleur bien-être aux Burundais.

« Ils nous donnent du riz et des haricots et peuvent construire des maisons pour les plus vulnérables d'entre nous comme les aînés ou les veuves », a expliqué le vendeur de légumes de 45 ans.

Nkurunziza restera président jusqu'en août, et une nouvelle constitution lui a donné des pouvoirs étendus pour déclarer l'état d'urgence si les résultats sont contestés.

Cette semaine, son gouvernement a expulsé le représentant de l'Organisation mondiale de la santé au Burundi malgré la crainte grandissante que des rassemblements électoraux ne contribuent à propager le nouveau coronavirus.

La nation de 11 millions de personnes a signalé 27 cas à ce jour mais n'a effectué au total qu'environ 520 tests. (Rédaction par la rédaction de Nairobi; rédaction par Gerry Doyle et Edmund Blair)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *