La Russie n'augmentera pas la production de pétrole en raison d'une offre excédentaire, selon un responsable

(Bloomberg) – La Russie ne prévoit pas d'augmenter la production de pétrole brut étant donné l'énorme offre excédentaire sur le marché mondial, selon un responsable gouvernemental, un signal potentiellement accommodant dans la guerre des prix avec l'Arabie saoudite.

Mais la Russie n’a pas encore entamé de pourparlers avec l’Arabie saoudite sur la situation, a-t-il déclaré, parlant sous couvert d’anonymat, pour discuter de questions qui ne sont pas encore publiques.

Le royaume du Golfe augmente sa production après avoir échoué le mois dernier à conclure un accord avec Moscou pour approfondir les réductions de production dans le but de soutenir les prix. Le pétrole brut a depuis plongé aux niveaux les plus bas depuis des décennies, la demande s'étant évaporée, une grande partie des pays développés étant bloqués au milieu de la propagation des coronavirus.

Le responsable russe a déclaré qu'il n'était pas logique que les producteurs augmentent leur production dans la situation actuelle. Le ministre de l'Énergie, Alexander Novak, a déclaré le mois dernier que la Russie pouvait augmenter sa production de 200 000 à 300 000 barils par jour à court terme et de 500 000 barils par jour dans un proche avenir. C'est une fraction du volume supplémentaire que l'Arabie saoudite s'est engagée à pomper.

L'appel de Trump à Poutine fait espérer à la Russie la fin d'une guerre pétrolière coûteuse

Mardi soir à Washington, le président Donald Trump a déclaré que les États-Unis rencontreraient l'Arabie saoudite et la Russie dans le but de stopper la chute historique des prix du pétrole.

Trump, a déclaré qu'il avait soulevé la question avec le président russe Vladimir Poutine et le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman. « Ils vont se réunir et nous allons tous nous réunir et nous allons voir ce que nous pouvons faire », a-t-il déclaré. «Les deux pays en discutent. Et je me joins au moment opportun, si besoin est. »

Le secrétaire américain à l'Énergie, Dan Brouillette, et Novak, son homologue russe, ont eu une « discussion productive » mardi et ont convenu de « poursuivre le dialogue entre les principaux producteurs et consommateurs d'énergie, y compris par le biais du G20 », a déclaré le ministère de l'Énergie dans un communiqué. L'agence n'a pas détaillé les mesures que les pays envisagent pour endiguer le ralentissement.

© 2020 Bloomberg L.P.

Bloomberg.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *