La réouverture renforce l'optimisme des consommateurs, mais COVID atténue les perspectives – AIER

L'indice de confiance des consommateurs du Conference Board a baissé en juillet, chutant de 5,7 points à 92,6, laissant l'indice de 31,8% sous le niveau d'il y a un an. L'indice est construit de manière à être égal à 100 en 1985 (voir le graphique du haut). Les principales composantes de l'indice ont évolué dans des directions opposées en juillet.

La composante de la situation actuelle est passée de 86,7 à 94,2, un gain de 7,5 points bien que le résultat de juillet soit toujours de 44,9% en dessous de juillet 2019. Selon le rapport du Conference Board, «la confiance des consommateurs a diminué en juillet après un gain important en juin. L'indice de la situation actuelle s'est amélioré, mais l'indice des attentes a reculé. De fortes baisses ont été enregistrées au Michigan, en Floride, au Texas et en Californie, sans doute en raison de la résurgence du COVID-19. À l'avenir, les consommateurs sont devenus moins optimistes quant aux perspectives à court terme de l'économie et du marché du travail et restent modérés quant à leurs perspectives financières. Une telle incertitude quant à l'avenir à court terme n'est pas de bon augure pour la reprise, ni pour les dépenses de consommation. »

La composante des attentes a perdu 14,6 points à 91,5 contre 106,1 le mois précédent (voir le graphique du haut). Le rapport du Conference Board a également noté: «Les consommateurs, cependant, étaient moins optimistes quant aux perspectives à court terme. Le pourcentage de consommateurs prévoyant une amélioration des conditions commerciales au cours des six prochains mois est passé de 42,4% à 31,6%, tandis que ceux qui s'attendent à une détérioration des conditions commerciales est passé de 15,2% à 19,3%. Les perspectives des consommateurs sur le marché du travail étaient également moins favorables. La proportion qui s'attend à plus d'emplois dans les mois à venir est passée de 38,4% à 30,6%, tandis que celles qui prévoyaient moins d'emplois dans les mois à venir sont passées de 14,4% à 20,3%. Le pourcentage net des attentes en matière d'emploi (plus d'emplois moins moins d'emplois) s'est établi à 10,3, contre 24,0 en juin (voir le graphique du bas). Cela se compare à une hausse de 4,1 points à 1,3 de l'indice net du travail de la situation actuelle (emplois actuels abondants moins emplois actuels difficiles à obtenir, voir graphique du bas).

En ce qui concerne leurs perspectives de revenus à court terme, le pourcentage de consommateurs prévoyant une augmentation est resté relativement inchangé à 15,1%, tandis que la proportion prévoyant une baisse est passée de 14,1% à 15,0%.

Robert Hughes

Bob Hughes

Robert Hughes a rejoint l'AIER en 2013 après plus de 25 ans en recherche économique et financière à Wall Street. Bob était auparavant responsable de la stratégie d'actions mondiales pour Brown Brothers Harriman, où il a développé une stratégie d'investissement en actions combinant une analyse macro-descendante avec des fondamentaux ascendants.

Avant BBH, Bob était stratège principal en actions pour State Street Global Markets, stratège économique principal chez Prudential Equity Group et économiste principal et analyste des marchés financiers pour Citicorp Investment Services. Bob est titulaire d'une maîtrise en économie de l'Université Fordham et d'un BS en affaires de l'Université Lehigh.

Soyez informé des nouveaux articles de Robert Hughes et AIER.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *